Des écrans connectés à Internet, Facebook.
Des écrans connectés à Internet, Facebook. - REUTERS/Valentin Flauraud

Vous pouvez arrêter de spammer vos amis Facebook.  La ou les déclarations - il en existe sous plusieurs formes - que vous avez sans doute vues circuler sur le réseau social, surtout ces derniers jours, est un fake.

«Conformément à l'AGBG, en raison de la nouvelle politique sur Facebook, je refuse par la présente, l'utilisation commerciale de mes données personnelles c'est-à-dire: mes textes, mes photos, mes photos personnelles, mes données personnelles, mes photos de profil ainsi que toutes les autres images, etc... Rien de ce qui me concerne ne devra être commercialisé ou divulgué sans mon consentement écrit», commence par exemple l’un de ces messages.

Traduits et diffusés en de nombreuses langues sur le réseau social, ils prétendent tous la même chose: du fait du changement de statut de l’entreprise Facebook, désormais cotée en bourse, les règles de confidentialité auraient changé, et Facebook aurait tous les droits d’utiliser nos données pour une utilisation commerciale.

Aucune valeur juridique

Et publier ces messages sur nos profils aurait miraculeusement le pouvoir de protéger votre contenu. Sauf qu’il n’en est rien. Non seulement les messages n’ont aucune valeur juridique, mais le fait que Facebook soit cotée en bourse ne change rien aux conditions de confidentialité signées au moment de la création de votre compte. L’absurdité des affirmations du faux message est détaillée phrase par phrase ici par Steve Williamson, du site Hoax-Slayer.

CBSNews rappelle toutefois que «les membres de Facebook sont propriétaires de la propriété intellectuelle de leur contenu, mais celle-ci dépend des paramètres de confidentialités choisis». Vérifiez donc bien que ce que vous partagez est accessible «uniquement à vos amis». «Les photos, vidéos et les statuts pour lesquels vous avez coché ‘public’ sont légitimement à la disposition du réseau», rappelle CBS.

Mots-clés :