Le site de micro-blogging Twitter.
Le site de micro-blogging Twitter. - NICHOLAS KAMM / AFP

Les réseaux sociaux débordés par la haine raciale? L’Union des étudiants juifs de France (UEJF) s’est émue ce dimanche du hashtag (thème de discussion) #unbonjuif qui a connu un succès évident sur Twitter. Selon l’association, ce hashtag était le troisième le plus consulté du réseau mercredi dernier.

«Un nouveau système de modération des tweets»

Il donne lieu à de nombreux commentaires antisémites ou de blagues sur la Shoah. Et a fait partie des trending topics, séléction des thèmes les plus populaires, proposés par Twitter sur sa page d’accueil. L’UEJF a demandé un «rendez-vous d’urgence» à Twitter France «afin de mettre en place un nouveau système de modération des tweets». Et envisage même de porter plainte.

Le ministère de l’Intérieur a indiqué «partager» l’inquiétude de l’UEJF. Ce dimanche, Twitter n’avait pas répondu aux sollicitations de l’UEJF mais le président de l’association, Jonathan Hayoun, avait bon espoir d’entrer en contact avec le réseau social dès lundi.

Les précédents Apple et Google

«Le responsable du succès du hashtag, c’est l’antisémitisme. Plus qu’une banalisation, nous assistons à une libération de la parole antisémite. Nous porterons peut-être plainte contre les auteur des tweets mais en ce qui concerne Twitter, nous privilégions la concertation», explique Jonathan Hayoun qui rappelle que cette méthode a déjà porté ses fruits avec Apple et Google.

A la première, l’UEJF avait demandé le retrait de l’application juifoupasjuif, à la seconde de prendre des engagements pour éviter que l’adjectif «juif» soit souvent suggéré avec le nom d’une personnalité par le moteur de recherche.

En raison des débordements systématiques sur ce type de sujet, nous sommes contraints de fermer cet article aux commentaires, merci de votre compréhension.

 

Mots-clés :