Vous avez interviewé Robert Perroud, vigneron en Beaujolais

10 contributions
Publié le 11 septembre 2012.

VOS QUESTIONS - L'exploitant agricole a répondu à toutes vos questions sur le métier de vigneron...

[Le chat est terminé]

Merci pour toutes vos questions! Je vois que le monde du vin suscite bien des interrogations. N’hésitez pas à rendre visite aux vignerons, vous pourrez découvrir les hommes qui se cachent derrière le vin, mais aussi l’univers qui les entourent. Le Beaujolais est une région mal connue.  Connue mondialement par son Beaujolais nouveau mais il faut aussi découvrir ses Beaujolais et  Beaujolais-villages, ses rosés, ses blancs (100% chardonnay) et aussi ses 10 crus. Pour ma part, je suis producteur de Beaujolais, Beaujolais-villages, et de deux crus: Côte-de-Brouilly et Brouilly, ainsi que des Bourgognes blancs. Et oui, La région du Beaujolais est située en Bourgogne. Vous pouvez en savoir sur le site internet de mon domaine: www.robert-perroud.com et également sur le groupement de vignerons artisans et indépendants que j’ai créé en 1997: www.terroirs-originels.com.

onestousdanslememepanier: Le bio est-il vraiment bio comme on le pense?
La certification AB est une garantie. Il y a aussi des vignerons qui ne demandent pas l’agrément AB mais qui font le même travail. Le mieux, c’est de rencontrer le vigneron, d’aller chez lui et vous verrez de vos yeux comment il travaille (Les oreilles ne suffisent pas...).

Pierre, par email: J'ai eu l'occasion de vous rencontrer dans votre entrepôt un vendredi soir, l'an dernier. J'ai eu un très bon accueil malgré l'heure tardive (19h30). Vous m'avez fait découvrir vos vins, de magnifiques 2009, qui m'incitent dorénavant à suivre les crus du Beaujolais. Merci!
Merci à vous, je vois que vous êtes déjà devenu un super ambassadeur de mon domaine! A bientôt dans ma cave, un verre à la main ...

Christophe: Le vin n'est pas un produit comme les autres. Il ne s'agit pas non plus d'un alcool comme les autres. Pourtant l'environnement réglementaire sclérose totalement la communication autour du vin. Comment faites-vous pour communiquer, présenter vos vins, faire la promotion de votre production? Quelles sont les solutions qui pourraient vous aider?
C’est une bonne question, comme dirait nos chers hommes politiques! Ces derniers ont pondu des lois qui nous emm....  au quotidien! Heureusement, en dehors de la France, c’est beaucoup plus simple. Les vignerons ne produisent pas du vin pour être des vendeurs de malheurs! Nous sommes pour une consommation modérée. Si on pouvait communiquer, on pourrait également l’expliquer. Nous sommes dans notre cher pays les plus gros consommateurs d’antidépresseurs. Pourtant un bon vin vaut un bon médecin! La joie de vivre, autour d’une bonne bouteille, est tout le temps au rendez-vous, c’est peut-être ça la solution pour relancer la croissance!

ados: Pourquoi vous êtes-vous installé dans le Beaujolais? Par choix ou par héritage?
Je suis vigneron de père en fils depuis au moins sept génération. Je suis tombé dans le Brouilly quand j’étais petit. J’aime ma région, elle est merveilleuse, et je me bats au quotidien pour la faire connaitre. S’y installer aujourd’hui est vraiment très difficile. Il faut beaucoup de trésorerie pour commencer, trouver des vignes. Par ailleurs, le métier ne s’apprend pas que dans les livres… Les secrets confiés de père en fils font souvent la différence!

Awake: Bonjour, les vignes du Beaujolais sont-elles touchées par l'Esca (maladie de la vigne)? Quel est le pourcentage de vos ventes en France comparé à vos exportations?
L’Esca est une maladie qui touche aussi notre région mais la taille gobelet (utilisée encore beaucoup) est une taille qui rend le cep moins sensible à ce champignon. 80% de mes ventes se réalisent en FRANCE, 20% en export (USA, Europe et Japon).

Philippe, par email: Regardez-vous «L'amour est dans le pré»? Quelles sont vos impressions sur cette émission?
Désolé, je ne regarde pas cette émission.

Lasagne21, par email: Dans l'esprit des gens, bio rime avec écolo mais j'ai entendu dire qu'en réalité, utiliser du cuivre à outrance dans les vignes, plutôt que d'employer un traitement chimique à une dose raisonnable peut être aussi nocif. Quelle est votre opinion sur le sujet?
Ce serait vrai si l’on mettait de grosses doses de cuivre à l’hectare. Cependant, le vigneron bio est à l’écoute de la nature et utilise le cuivre à dose homéopathique pour combattre le mildiou. Les doses utilisées sont dans le cahier des charges des vignes en bio. Par ailleurs, ces doses sont contrôlées annuellement par les organismes. Le AB en viticulture est un label très contrôlé et très fiable.

David, par email: Qui dit peu de quantité dit grande qualité. Pensez-vous que le millésime 2012 sera au rendez-vous?
C’est tout à fait vrai. Pour que le raisin arrive à bonne maturité, il faut du soleil. Plus il y a de raisins, plus il faut des rayons de soleil. Donc quand il y  a peu de raisins, quelques rayons suffisent. C’est plus facile à obtenir de dame Nature! Le Millésime 2011 a été très ensoleillé, la récolte fut normale mais le vin est un grand millésime!

David, par email: Un article, il y a quelques semaines, traitait du rachat d'un domaine viticole par un Chinois. Pensez-vous que ce phénomène est amené à se répéter? Quels dangers pour le vin français?
Beaucoup de grands domaines partent dans les mains d’étranger depuis plusieurs décennies. Il y a un avantage. Prenons l’exemple de cet acheteur chinois, il va faire la promotion de son vin dans son pays et apparemment, il a de très gros moyens. Après, le problème c’est que les vignerons du terroir ne peuvent plus s’acheter leur outil de travail.

Torgniolle: Combien gagnez-vous sur une bonne année, et sur une année exceptionnelle?
Le revenu mensuel peut aller de -3.500€ par mois à +3.500€ par mois pour 35 heures par semaine de sommeil! Ce n’est pas un métier mais une passion. Je me considère vraiment comme un privilégié!

Hommechat: Est-ce que le métier de vigneron oblige à l'endettement?
Il faut énormément de matériel pour travailler et le foncier est très cher. Les prêts sont faits à partir d’un rendement moyen, mais si deux ou trois années de suite la nature se déchaine, l’agriculteur est vite en difficulté.

David, par email: Comment qualifieriez-vous la vendange de cette année? Qu'est-ce qui fait qu'une année va être bonne ou pas?
2012 est le type d’année que l’on aime! La météo a été très capricieuse et le vigneron, depuis le mois d’avril, n’a eu aucun repos. Les vignes, qui ont été bien dorlotées, ont actuellement de beaux raisins, mais pas très nombreux. C’est une récolte qui sera faible en quantité… Pour la qualité il faudra attendre encore trois semaines. Le vigneron que je suis est optimiste. Dans mon domaine, on commence les vendanges le jeudi 13 septembre.

Mederic33: Le Beaujolais nouveau c'est la «Lada» du vin. Ca ressemble à un vin, ça sent le vin mais ce n'est pas du vin... Qu'en pensez-vous?
Le Beaujolais nouveau est une réussite commerciale que beaucoup de régions nous envient. Quarante millions de bouteilles sont commercialisées et bues en trois jours dans le monde. En France, on aime bien « tirer » sur ce qui fonctionne bien. Le Beaujolais provient du cépage Gamay. Celui-ci donne naturellement des vins fruités. C’est en fait le premier vin rouge consommable de l’année. Le concept est également intéressant : se retrouver entre amis en toute simplicité avec une assiette de charcuterie et un vin rouge gourmand qui rappelle la corbeille de fruits du printemps alors que l’on est fin novembre dans le brouillard. C’est un plaisir à partager. Le Beaujolais nouveau est un vin très difficile à faire. Il faut de la finesse, de la légèreté. Le vigneron travaille avec un seul cépage (il n’y a aucun assemblage), c’est vraiment de la haute couture. Si vous n’avez jamais dégusté de bon Beaujolais nouveau, je vous laisse mon adresse!

Babiroussa: Vivre du vin est-il plus compliqué aujourd'hui qu'avant, avec la concurrence étrangère et la baisse de la consommation?
Comme toute production, il faut se battre pour garder ou conquérir des marchés. Il est vrai que la concurrence des vins du «nouveau monde» est ressentie. Leurs techniques de vente sont beaucoup plus affinées que les nôtres. Cependant, le vin à la française est encore très demandé. La baisse de consommation est vraie dans certains pays, comme la France, mais elle a tendance à augmenter dans plusieurs pays (USA, Chine etc.).

Babiroussa: Que pensez-vous de la nouvelle réglementation sur le vin bio? Le bio est l'avenir du vin?
Comme toute réglementation, elle n’est pas parfaite. Mais elle a le mérite d’être là pour la mise en place de la production du vin bio. Le bio dans le monde du vin, comme dans le monde de l’agriculture, mérite d’exister. C’est avant tout une philosophie, qui montre aussi le chemin d’une agriculture plus raisonnée. Mais il faut savoir qu’à l’heure actuelle, l’agriculture bio ne pourrait nourrir le monde! J’ai deux exploitations viticoles, l’une en bio, l’autre en viticulture raisonnée. Avec celle en bio, j’ai encore quelques soucis de rentabilité, surtout avec une année comme 2012, qui a été compliquée au niveau de la météo.

--------------------------------------------------

Présentation du chat:

Cette année, le Beaujolais nouveau pourrait être vraiment nouveau. Depuis le 1er août, une règlementation européenne distingue en effet, selon la teneur en soufre, les vins biologiques des autres.  Bio ou pas (et bon ou toujours pas), le Beaujolais nouveau débarquera mi-novembre dans vos verres. Avant de le boire, viticulteurs et étudiants en mal de fonds, ont déjà entamé les vendanges dans plusieurs régions de France.

Mercredi, la rédaction de 20 Minutes vous propose de rencontrer Robert Perroud, vigneron en Beaujolais, producteur de Brouilly.  Ce viticulteur de 46 ans, membre de l’alliance de vignerons indépendants Terroirs Originels, travaille sur son domaine de 10 hectares depuis 1990.

Christine Laemmel & Cédric Garrofé
Mots-clés
Newsletter
La MATINALE

Recevez chaque matin
l'actualité du jour

publicité
publicité
publicité

publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr