Nikos Aliagas était dans les locaux de 20 Minutes pour répondre à vos questions. Extraits choisis de ses réponses:

«Je dois énormément à Christine Bravo, c’est elle qui est venue me chercher quand j’étais grand reporter à Euronews et qui m’a en quelque sorte "dévergondé" dans le monde de l’animation.»

«Au fond de moi, dans ma méthode de travail, je reste encore plus journaliste qu’animateur. Je n’exclus pas d’y revenir d’une façon ou d’une autre, c’est une histoire de timing.»

«The Voice n’a rien à voir avec la Star Ac. Chaque talent est jugé seulement pour sa voix.»

«Pendant l'amour, je suis comme dans Un poisson nommé Wanda, mais moi je ne parle pas russe, je parle grec.»

«Les vrais rêves, lorsque l’univers professionnel s’arrête, concernent la famille. Et peut être qu’au final, les seules choses qui restent sont directement liées à la famille. J’espère un jour être père.»

«La radio, c’est d’abord une histoire de lien, pas de mise en scène. On ne trompe pas l’auditeur, on l’invite à partager son quotidien avec nous. Et c’est ce que je m’efforce de faire aujourd’hui sur les ondes d’Europe 1 avec Bruce Toussaint.»

«J’étais très excité et ému de retrouver dans la production de The Voice (Shine et TF1) des collaborateurs de l’époque de la Star Ac. 10 ans plus tard, on se retrouve plus mûrs, plus expérimentés, plus vieux, mais toujours Rock n Roll!»

---------------------------------------------------------

Que retenez vous comme souvenirs quand vous étiez dans la bande de Christine Bravo et les avez-vous revus depuis?

Nous étions des apprentis sorciers, nous ne savions pas ce que ça allait donner, mais c’était d’abord l’esprit d’équipe et de la bande autour de Christine Bravo qui a fait le succés de cette émission. A l’époque parler d’Europe à la télé était un sujet risqué parce que cela n’intéressait pas grand monde. Avec Christine, et le ton qu’elle a insufflé en nous racontant notre quotidien d’européen, c’est devenu un vrai succès. Je dois énormément à Christine, c’est elle qui est venu me chercher quand j’étais grand reporter à Euronews et qui m’a en quelque sorte «dévergondé» dans le monde de l’animation. C’est une femme extraordinaire et généreuse, ce qui est rare dans nos métiers.

Vous présentiez en Grèce le journal télévisé. Après toutes ces années passées à la présentation de divertissement, n’avez-vous pas envie de revenir à l'info?

Curieusement je n’ai jamais coupé le lien avec l’info j’ai toujours gardé un bureau dans une rédaction même pendant la Star Academy. J’assurais un entretien par semaine sur LCI avec des écrivains, des gens de de cinéma, des artistes en général. Aujourd’hui, je suis quotidiennement sur la matinale d’Europe 1 avec Bruce Toussaint. Et je pense qu’au fond de moi, dans ma méthode de travail, je reste encore plus journaliste qu’animateur. Je n’exclus pas d’y revenir d’une façon ou d’une autre c’est une histoire de timing.

Vous êtes pour nous un des plus grand présentateur télévisé. Bravo pour toutes vos émissions! La Star Academy, surtout la 4 était fabuleuse avec Grégory Lemarchal! A quelle adresse postale peut-on vous écrire? Continuez comme vous êtes & bonne continuation!! (Thibault)

Merci, rappelle-moi ton âge quand Jennifer a gagné?! Je réalise que déjà une génération qui a déjà grandi avec moi à la télévision, comme moi-même j’ai été élevé à la télévision de Jacques Martin et de Michel Drucker. Ma génération n’aura pas la longévité télévisuelle de mes pairs parce que la télé et les médias en général ont changé. Donc je suis très fier, si je fais partie de ces figures du petit écran qui t’accompagnent et je te remercie pour ta confiance. Si tu veux m’écrire, le plus simple est de me twitter! @nikosofficiel Tu connais le tarif? C’est gratuit!

Bonjour Nikos Aligas, j’ai une petite question pour vous en espérant que vous pourriez y répondre, en France vous ne faites pratiquement que des émissions musicales (que j’adore et que je regarde tout le temps). Mais n'aimeriez-vous pas changer un peu? (Manon)

J’essaye de me diversifier. Depuis septembre 2011, j’anime une émission quotidienne avec Nicolas Canteloup, dans le registre de l’humour. 50 minutes inside est un magazine hebdomadaire sur lequel je travaille depuis déjà 5 ans, avec Sandrine Quétier. Il y a aussi Europe 1 et je pense que c’est déjà assez rare de présenter des émissions de varités et d’être dans ces registres qui sont pour moi complémentaires. J’ai été plus longtemps journaliste qu’animateur. Mais aujourd’hui, j’assume les deux.

Après autant de réussites dans son parcours professionnel il n'y aurait pas un autre rêve qui ne se serait pas encore réalisé?

Les vrais rêves, lorsque l’univers professionnel s’arrête concernent la famille. Et peut être qu’au final, les seules choses qui restent sont directement liées à la famille. J’espère un jour être père.

Lorsque l'on participe à beaucoup d’évènements qui ne font que s'enchaîner et que l'on a des journées bien remplies, a-t-on du temps pour être nostalgique?

En fait je suis un nostalgique permanent, nostalgique vient de deux mots grecs, qui signifient «nostos» et «algos» qui signifient la douleur du déracinement, de l’exil, de la distance, Mon héros est Ulysse. Le héros par excellence de la nostagie car il passe sa vie à regretter Ithaque. Je suis d’ailleurs moi même fils d’un immigré arrivé en France à la fin de années 60. Donc derrière le masque et la lumière de mon travail, il y a en permanence un sentiment aigre doux d’une joyeuse mélancolie. Je ne vous ai pas déprimé, là?!

Même si vous êtes aux côtés de Nicolas Canteloup tous les soirs, La dose d'humour du 6/9 d'NRJ ne vous manque t-elle pas?

Le 6-9 a été une aventure extraordinaire. Mais quand je suis arrivé sur la matinale de NRJ, personne n’avait misé un kopec sur cette nouvelle formule, mais l’alchimie a pris parceque Mustapha El Atrassi, Karine Ferri, Florian Gazzan et toute la bande accompagnait vraiment les gens, tous les matins du pied du lit à la porte du bureau. La radio, c’est d’abord une histoire de lien, pas de mise en scene. On ne trompe pas l’auditeur, on l’invite à partager son quotidien avec nous. et c’est ce que je m’efforce de faire aujourd’hui sur les ondes d’Europe 1 avec Bruce Toussaint.

En ce moment tu enregistres, The Voice. Tu préfères ce concept à la Star Academy? Ps: Peux-tu m'accorder une interview pour le judo club Osny TV?

Quand tu veux pour l’interview du judo club. Ça a été mon sport fétiche pendant 17 ans. J’ai encore les genoux cabossés et plus le temps passe, plus j’ai mal! En fait, plus sérieusement, même si c’est une émission musicale, et un talent show, The Voice n’a rien à voir avec la Star Ac. Il n’y a pas de télé réalité dans The Voice. On est dans l’émotion de la voix. et chaque talent, est jugé seulement pour sa voix. J’étais très excité et ému de retrouver dans la production de The Voice (Shine et TF1) des collaborateurs de l’époque de la Star Ac. 10 ans plus tard, on se retrouve plus mûrs, plus expérimentés, plus vieux, mais toujours Rock'n'Roll! Ca va être une belle aventure.

Quelle(s) personnalité(s) t'a / t'ont le plus marqué parmi celles que tu as interviewé depuis la rentrée sur Europe 1?

Karl Lagerfeld cette semaine, il est une industrie à lui tout, seul, une machine à idée, il est sa propre valeur marchande, et surtout un homme féru de culture. Meryl Streep, pour son élégance naturelle, Johnny Depp pour sa simplicité désarmante. La leçon, c’est que plus ils sont stars, plus ils sont simples. Mais là je parle de vraies stars, pas de vedettes. La dernière compagne de Jacques Mesrine était très émouvante, parcequ’après toutes ces années, toutes ces épreuves, elle aimait encore son “gangster”.

Quel rôle va tu jouer dans The Voice? Sur combien de temps va s'étaler l'émission? Ce sera du direct? Ce sera une émission par semaine, en prime-time? Bref dites nous tout !

Il y aura une partie en direct, mais les premiers primes sont enregistrés. Mon rôle est celui d’un accompagnateur à la fois au niveau des talents et de leurs familles mais aussi au niveau des téléspectateurs. Je suis le lien entre les coachs, le public présent dans le studio, les talents, et les téléspectateurs. Mon rôle d’animateur va être plus présent progressivement dans l’émission. Virginie de Clausade sera là aussi pour m’épauler sur les primes, notamment concernant tout ce qu’il se passe en coulisse, parallèlement à l’émission, qui n’est pas négligeable dans l’émission. Après le prime, il y aura une deuxième partie de soirée.

Quel regard portes-tu sur la situation grecque, et la situation européenne, alors que les discussions sur le plan d'aide au pays restent tendues? (Aurélie)

Je crois qu’il y a un malentendu après tous ces mois de transactions et de balai diplomatique, entre les partenaires européens et Athènes. Il y a un décalage entre ce que l’on dit dans la presse occidentale et la réalité en Grèce. Il faut rappeler qu’un prêt n’est pas un cadeau et que les taux d’intérêts sont bien plus élevés qu’on ne le dit. Cela veut dire concrètement qu’un jeune homme qui ne s’est pas encore lancé dans la vie active devra payer un crédit sur 40 ans, donc à vie, pour des dettes dont il n’est pas responsable.

La vie en Grèce est aussi chère qu’à Paris, or, selon les dernières accords qui sont sur le point d’être signé, le smic sera inférieur à 400 euros. Comment voulez-vous que la population ne se révolte pas? Comment voulez-vous leur dire que faire partie de l’Union européen c’est pour leur bien, alors qu’en même temps, c’est toute la société grecque qui essuie des attaques humiliantes, à travers la presse européenne?

Si l’Allemagne voulait vraiment aider la Grèce, quand les premières brèches sont apparues elle n’avait qu’à le faire à ce moment là. Aujourd’hui le talon d’Achille peut devenir une boite de Pandore. Et on voit bien, en France, avec les pressions, des agences de notation que plus personne n’est à l’abri. Si l'avenir est incertain pour les Grecs, il n’est pas non plus assuré, pour nous autres qui vivons à Paris à Londres ou ailleurs. La France a été solidaire à la Grèce et je ne l’oublie pas, puisque je suis moi même né en France mais d’origine grecque.

"Quand je fais l’amour, je parle grec" Nikos Aliagas. C'est vrai cette citation?!

J’ai du dire cette connerie dans une interview, je pense qu’il y a un fond de vrai, c’est mon côté méditérannéen, comme dans Un poisson nommé Wanda, mais moi je parle pas russe, je parle grec!

ESPACE LIBRE:

Mon rapport à la Toile est quotidien, notamment via le réseau social Twitter. Parce qu’il est instantané, interactif, et cash. Parfois on est un peu coupé du monde quand on est à fond dans son planning et ma spécialité c’est le sprint marathon et c’est vrai qu’avoir le retour direct pendant une émission, après, et pouvoir discuter avec eux, les écouter, et voir ce qu’ils aiment et n’aiment pas, fait désormais partie de mon quotidien, ce n’est pas un gadget ni un plan de com’ de le faire. C’est une nécessité. Merci pour vos questions ne lâchez jamais l’affaire. Nikos.

-----------------------------------------

Présentation du chat:

Révélé au grand public comme présentateur de la Star Academy, Nikos Aliagas multiplie les casquettes. Auteur, animateur, il a notamment présenté les émissions 50 mn Inside, Après le 20 heures c’est Canteloup et les NRJ Music Awards. Depuis la rentrée 2011, il anime du lundi au vendredi à 8h30 une rubrique culture sur Europe 1, où il interviewe chaque jour une personnalité des arts et spectacles. Le 25 février prochain, il présentera The Voice en prime-time sur TF1. Cette nouvelle émission propose à de jeunes chanteurs d'être auditionnés par un jury qui ne peut les voir, seulement les écouter.

Mots-clés :