Vous avez interviewé Pascal Perri, auteur du livre «Ne tirez pas sur le football. Contre les idées reçues»

29 contributions
Publié le 25 novembre 2011.

VOS QUESTIONS - L'économiste a répondu à vos questions vendredi dès 15h...

Le foot, les footballeurs, sont-ils touchés par la crise? (lioneld)
Bien sûr. Les clubs vont devoir réduire leurs dépenses car le foot ne vit pas en dehors de la société. Les dépenses de loisirs et de spectacles sont les premières à être arbitrées quand le pouvoir d’achat baisse. Les clubs sont confrontés à une baisse de la recette guichets et des revenus marketing. Dans un club comme Lyon par exemple, où l’élimination en Champions League est une mauvaise nouvelle, les actionnaires vont devoir assumer le manque à gagner. Même si Lyon reste un club d’avenir dans le football français, avec une vraie politique de marque et une vraie stratégie de long terme.  

Le salaire moyen d'un Français est de 2.000 euros. Comment nous faire croire que les footballeurs ne sont pas trop payés? En ligue 1, le salaire moyen est de 40.000 euros par mois et en ligue 2 entre 2.000 et 20.000 euros par mois. Ils travaillent pendant 10 ans en moyenne soit 40.000*12(mois)*10(ans) = 4.8 M Euros. Pour un Français moyen il faudrait travailler 200 ans ! (momo83500)
Si vous comparez le salaire d’un footballeur à celui d’un cadre moyen, nous aurons du mal à nous entendre. Même dans ces conditions, si on prend le salaire moyen, 40.000 euros par mois pour 10 ans de carrière, c’est l’équivalent de 10.000 par mois pour 40 ans de carrière. Par ailleurs, on juge de la pertinence d’un revenu, en le comparant à la taille du marché. Le marché du foot français c’est 1.5 milliard par an pour 40 clubs professionnels. Je ne suis pas choqué que les acteurs du spectacle perçoivent une partie importante de la plus-value. Comparez le budget d’un film à grand spectacle et le revenu des acteurs vedettes avec le marché du foot et le salaire des footballeurs. Et dans ce cas, comparaison sera raison. Le football est typiquement une activité de main d’œuvre. Il est logique qu’elle soit rémunérée au prorata de sa contribution au spectacle. 
 
Une question pratique : André-Pierre Gignac dont le salaire est de 3,8 millions / an pour zéro but inscrit cette saison (je précise que c'est un attaquant) n'est-il vraiment pas trop payé? Certes la saison n'est pas terminée mais depuis la reprise, en 4 mois, il a déjà gagné le salaire de 2 vies entières d'ouvrier retraite comprise... Longue vie à votre bouquin (RobertDenisRault)
Gignac est depuis hier soir écarté de l’effectif professionnel pour avoir insulté son entraîneur. Dans une entreprise classique, un tel comportement aurait justifié une mise à pied immédiate et un licenciement pour faute grave. Il faut appliquer à Gignac les règles du droit français. On peut dire aussi que le club s’est trompé en le recrutant. Ce joueur a été survalorisé. C’est tout juste un joueur moyen acheté très au-dessus de son prix. 
 
Le Rugby se professionnalise. Ne risque t-on pas d'avoir les mêmes effets à long terme? Quid du parallèle entre le foot business et le foot avec des valeurs?  (Leroy Jethro Gibbs)
Le rugby est relativement à l’abri car ce n’est pas un sport mondial. Le succès du football tient à sa simplicité, le rugby est complexe. Il est pratiqué en Europe et dans quelques pays de l’hémisphère sud. Son marché naturel est donc réduit. Il est selon moi partiellement à l’abri des dérives financières. Quant aux valeurs du football, on peut avoir l’impression qu’elles ont été oubliées mais je vous invite à vous méfier de l’effet de loupe. Les comportements inacceptables de quelques uns ne doivent pas condamner tous ceux qui pratiquent le football.
 
Mr Perry, je partage assez vos idées sur le foot en général. Par contre il a un domaine qui me choque énormément en ce qui concerne les écoles de foot des grands clubs qui recrutent des enfants de plus en plus jeunes, notamment en provenance d'Afrique francophone. Cette pratique leur permet de se doter de joueurs très physiques en général, qu'ils exploitent ensuite à très bon marché ou qu'ils revendent pour les meilleurs d'entre eux avec de gros bénéfices à de grands clubs européens. Il y a eu de très nombreux cas ces dernières années. Ne pensez vous pas que ces méthodes, outre les aspects déjà évoqués, s'assimilent à un marché humain indigne de nos sociétés occidentales et ne rendent finalement aucun service ni au foot Français ni aux intéressés eux-mêmes en les coupant très jeunes de leur milieu d'origine et de leur cocon familial. (dandy43)
Il y a incontestablement une filière africaine. L’école dominante dans le football est celle qui privilégie la défense, on recrute donc des grands costauds, en particulier en Afrique, à des conditions tarifaires très avantageuses pour les acquéreurs. Je ne suis pas opposé au fait qu’on aille recruter partout dans le monde mais cela doit être fait dans des conditions transparentes et contractuelles. Je suis moi aussi choqué par les méthodes de ces filières informelles qui pratiquent une forme de traite sportive inacceptable. Les dangers d’un football ethnique, vous avez raison, existent. 
 
Bonjour, pourquoi faire ce livre sur le milieu du foot?  (manu34)
Je suis depuis ma tendre enfance passionné de foot et je n’ai jamais trouvé sur le marché un livre sur l’économie du foot pro. Après la coupe du monde, en Afrique du Sud et le torrent de critiques déversé sur le milieu du football, j’ai voulu comprendre les coulisses. Je me suis simplement demandé ce que ça coûtait et ce que ça rapportait. Ça a donné ce livre. J’ai moi-même été surpris par une partie de réponse. Par exemple sur la rigueur de gestion des clubs français, sur la valorisation des salaires moyens (45.000 euros par mois en France), sur la hauteur des droits TV et surtout sur les comparaisons européennes. 
 
Vous affirmez que le football rapporte à la collectivité 1 milliard, si je me souviens bien. Dans vos calculs, incluez-vous les dépenses en arrêt maladie pharaonique de la sécu pour telles ou telles blessures de Lisandro and co? Ou encore le chômage que perçoit les dizaines et dizaines de joueurs au chômage? (Raitoma)
Les cotisations sociales sont assises sur le salaire. Plus le salaire est élevé, plus les cotisations sociales le sont. Les footballeurs se payent eux-mêmes leurs arrêts maladie ou leurs blessures et ce sont souvent les clubs qui fournissent le financement des “remises en état”. Même chose pour le chômage. En 2010, il y avait 280 joueurs sans emploi sur 1650 professionnels.
 
Pensez-vous que les Français ont un problème avec l'argent? Les Espagnols, les Anglais, ont-ils les mêmes difficultés à accepter l'argent dans le football? Je me souviens d’une déclaration d’Anelka, qui critiquait la “jalousie” des Français vis à vis de l’argent (Irina75)
Oui, les Français ont malheureusement un problème avec l’argent. Je me rappelle du débat au parlement sur la suppression du DIC : droit à l’image collective. Il permettait aux clubs professionnels de sport d'écrêter une partie des cotisations sociales sur les salaires. Les députés et sénateurs, tous bords confondus, s’étaient payés la tête du football comme le symbole de l’argent facile. L’opinion est toujours prompte à jeter la pierre aux artistes et aux footballeurs. Mais on ne devrait pas oublier qu’ils payent leurs impôts en France, en tout cas pour les footballeurs engagés dans le championnat de France et que chaque année, le football rapporte 1.1 milliard d’euros à l’État. Comme le disait Anelka, les Français ont un problème psychologique avec le succès et le “pognon”.
 
Hier, vous avez eu une phrase magnifique en disant que vous étiez pour le DIC (Droit à l'image collectif). Alors non seulement vous nous dîtes que les joueurs ne sont pas surpayés, mais en plus vous nous dîtes qu'ils sont surtaxés. C'est sûr que si chaque catégorie raisonne comme ça, aucune ne sera soumise à l'effort de solidarité nationale. L'exemple que vous citez de Ribéry : Un contrat fédéral à 10 000 euros par mois, vous en connaissez beaucoup? Merci de me donner votre avis (Raitoma)
Ce qui est sûr, c’est que les footballeurs engagés dans le championnat de France ne pratiquent pas l’évasion fiscale et payent des impôts qui correspondent à leurs revenus. Mais il y a une grande inégalité de traitement entre pays européens. Par conséquent, il faudra arbitrer entre les ambitions sportives et la pression fiscale. N’êtes-vous pas étonné de voir que tous les bons footballeurs français partent jouer en Angleterre ou en Espagne ? Nous pratiquons de l’élevage intensif de champions qui vont ensuite faire la fortune des autres. Franchement le DIC représenterait une enveloppe de 40 millions par an, quand je vois les cadeaux faits ici ou là pour des dizaines de milliards d’euros, je me dis que l’on aurait pû être un peu plus réaliste. 
 
Que pensez-vous de la DNCG française? Êtes-vous pour une DNCG européenne? Quel avenir pour les grands clubs européens ultra-endettés? (exemple : Barcelone, Real Madrid...) (JulienC)
La DNCG française joue un rôle précieux pour la santé économique du football français. Elle a raison d’être pointilleuse car le jour où les règles seront les mêmes pour tous (ce qui arrivera inévitablement), les clubs français seront en bonne santé pour affronter la compétition. Oui, je suis favorable à une DNCG européenne, c’est d’ailleurs ce que Michel Platini tente de mettre au point avec le fair-play financier : les clubs dans une situation financière très dégradée, ne pourront plus avoir leur ticket pour la Ligue des champions. Le fair-play financier devrait être mis en œuvre avant 2016. Les grands clubs endettés devront un jour faire face à leur situation financière réelle : il faudra soit leur imposer une cure d’austérité financière, soit il faudra les exclure des compétitions européennes.
 
Qu'est-ce qui poussent des milliardaires à investir dans un club de football? Est-ce plus pour l'image, pour un retour sur investissement? (Renaii)
Les milliardaires aiment les danseuses. Le cas de Chelsea en Angleterre est symbolique de cette situation. Il y a un fantasme du rectangle vert. Avoir son club, c’est chic ! Le danger pour le football anglais, c’est que les fantasmes sont parfois fugaces. Abramovitch peut se lasser du football, et surtout, la santé de son club dépend de la santé de ses affaires. S’il venait à être défaillant, il ferait courir un risque systémique à tout le championnat anglais, qui repose sur un modèle d’achat à terme. Les clubs s’achètent et se vendent les joueurs à crédit avec un échéancier de règlement. Si l’un d’entre eux fait défaut, c’est tout le système qui s’écroule.
 
Les salaires, les prix des transferts, peuvent-ils encore monter? L'argent explique t-il le déséquilibre entre les clubs français et espagnol/anglais/italien au niveau européen? (bernardo)
Les prix des transferts varient selon une règle classique : celle de l’offre et la demande. Il y a des joueurs d’exception qui font la différence et qui justifient leur prix : Ronaldo a coûté 98 millions d’euros au Real. En un an, il a vendu 1.5 million de maillots à son nom au prix unitaire de 65 euros. Il a donc remboursé l’investissement du club pour acquérir ses services. La tendance en général reste cependant à la modération des salaires dans la mesure où de très nombreux clubs n’ont plus les moyens. Je propose un salary cap : un plafonnement des salaires qui correspondrait à un niveau de dépenses raisonnables sur la base des moyens de chaque club. Par exemple pas plus de 50 ou 60% du budget. Oui, l’argent explique directement le déséquilibre entre les clubs français et les autres. Les Italiens et les Espagnols ne déposent pas de comptabilité, ne payent pas une partie de leurs fournisseurs, à ce compte là, ils bénéficient d’un avantage concurrentiel par rapport à ceux qui respectent les règles. 
 
En parlant argent. J'aimerai votre avis sur l'Olympique de Marseille. On a beaucoup dit que l'OM a couté beaucoup d'argent à la famille Dreyfus. Qu'en pensez-vous? N'ont-ils pas, plutôt, beaucoup gagné, avec les retombées financières derrières? Via Adidas par exemple. (Renato4)
Vous avez raison. Incontestablement, l’OM a coûté cher à son actionnaire. Mais il s’est rattrapé sur les revenus générés notamment à travers Adidas. Aujourd’hui, l’OM est cependant invendable compte tenu du fait que le club a délégué aux associations de supporters la vente de 30.000 places à l’année au Vélodrome. Je ne connais pas d’investisseurs qui achèteraient une entreprise sans maîtriser ses recettes. 
 
Que pensez-vous d’un club comme le Real Madrid qui recrute a tout va, avec l’aide des banques espagnoles pratiquement ruinées et avec la bénédiction du gouvernement de ce pays qui éponge régulièrement ses dettes et tout cela sans aucune politique de formation? (anarchiste au pouvoir)
Le Real devrait être placé en liquidation judiciaire. Ce club ne devrait pas participer à la Champions League. C’est une entreprise en faillite. Le football espagnol cumule 3.5 milliards de dettes, les trois clubs espagnols qui sont montés de 2e en 1ere division sont aujourd’hui incapables de payer les salaires de leurs joueurs. Le foot espagnol est ce que l’on fait de pire en matière de gestion. 
 
Le foot, qui brasse de telles quantités d'argent, est-il atteint par le blanchiment de capitaux? (Rusio) 
On ne peut pas l’exclure dans les championnats de l’Europe de l’est et notamment en Russie. La Russie est d’ailleurs signalée comme un territoire incertain en matière d’investissement et de fiscalité. Le doute frappe le football mais aussi tous les autres secteurs. Le point faible pourrait être les paris. Mais il y a un organisme de contrôle SportRadar, qui valide la légalité des engagements. Cet organisme estime que la France et l’Allemagne présentent les meilleures garanties en matière de transparence. 
 

Merci pour toutes vos questions et pour ceux qui ont évoqué les grandes gueules de RMC. L football n’est pas exempt de critique mais on aurait tort de lui faire porter toutes les anomalies de la société. Et merci à l’équipe de 20 minutes !

----------------------------------------------------

Présentation du chat:

L'économiste Pascal Perri a décidé de prendre le parti des footballeurs. Non, les joueurs ne sont pas trop payés, non ils n’ont pas tout les torts. Pour ce spécialiste de la concurrence et des prix, le foot français a de nombreux atouts et il y a des solutions pour en tirer le meilleur. Avec son livre Ne tirez pas sur le football. Contre les idées reçues (éditions JC Lattès), l’auteur nous éclaire sur un monde méconnu, pour mieux connaître et comprendre les fondamentaux de l’économie du football.

>> Lire l'interview de Pascal Perri accordée à 20 Minutes

Pascal Perri est un économiste et géographe français. Il dirige PNC Marketing services, un cabinet de conseil en stratégie et enseigne l'économie du modèle low-cost en école de commerce. Il intervient aussi régulièrement dans l'émission de RMC «Les Grandes Gueules». 

C.G.
Newsletter
La MATINALE

Recevez chaque matin
l'actualité du jour

publicité
publicité
publicité
publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr