Y'a t-il une méthode efficace pour retenir des textes à réciter ?
Moimemeshow

La mémoire de l'acteur est essentiellement la mémoire lexicale, la seule méthode est de répéter, par court passages, puis relier les passages, les "accrocher" à des situations, partie ou objet de la scène.

D'après vous, est-il meilleur de réviser le soir ou l'après midi?
thomas0592

En principe Thomas, l'après-midi, mais tout dépend de votre cycle. Si vous êtes un couche-tard, le soir est bon aussi.

Bonjour. J'ai une bonne mémoire, me semble-t-il. Pourtant, je n'arrive pas à mémoriser les noms, prénoms et dates. Je me rappelle du contexte historique, des annecdotes, des images, voir du contexte dans lequel j'étais lors de l'apprentissage; mais ni du nom des personnes, ni des dates précises. Pareil dans la vie courante. Je sais quand je l'ai rencontré, ce qu'il fait, ce dont on a discuté... mais le nom !?! De quoi cela vient-il? Physiologique? Psychologique?
ktp

Ktp votre cas est un cas d'école correspondant à ce que j'ai expliqué plusieurs fois: pour les mots, nous n'avons pas une mais deux mémoires, une mémoire lexicale pour la carrosserie (donc les noms, prénoms, les dates font sans doute partie d'une mémoire numérique) et la mémoire sémantique pour le sens, mais aussi d'autres mémoires , imagée, spatiale, des visages. Apparemment vous avez une très bonne mémoire pour les dernière mais pas pour la mémoire lexicale. Il faut donc vous orienter (si vous êtes jeune) vers des métiers tournés vers la compréhension, l'analyse, mais le métier d'acteur n'est pas fait pour vous... Si vous êtes très embêté, regardez dans mon livre des petits procédés, décomposez les syllages, jeux de mots phonétiques, pour vous aider, et si c'est important, rappelez-vous que l'apprentissage par coeur est la méthode-clé pour la mémoire lexicale.

On parle souvent de différentes formes de mémoires: mémoire kinesthésique, mémoire visuelle, mémoire auditive...qui seraient plus ou moins prononcées chez certaines personnes et pas d'autres. Pourtant, dans toutes les lectures sur la mémoire (dans des magasines scientifiques ou sur le net), je n'ai jamais lu la division de la mémoire faite ainsi. Ne serait-ce pas une sorte d'idée reçue assez répandue, comme quoi ces mémoires existeraient. Je ne nie pas qu'il y ait diverses formes de mémoires (procédurale, sémantique, olfactive, de travail...), mais classer les mémoires comme vu plus haut me semble complétement faux. Qu'en est-il réellement ?
Mewtow

Votre intuition est bonne Mewton, la division en mémoires sensorielles (et kinesthésique) est une très ancienne théorie du neurologue Charcot milieu du XIXe siècle. ce n'est pas que c'est faux, mais très incomplet. Nous avons bien des mémoires sensorielles mais de courte durée et elles sont relayées par des mémoires abstraites dont j'ai déjà parlé, par exemple, la mémoire lexicale, sémantique, imagée (qui n'est pas photographique), des visages , procédurale (motrice...).
Par exemple, la mémoire sensorielle visuelle, appelée "iconique" ne dure qu'1/4 de seconde... Impossible donc de photographier la page d'un cours. De même pour la mémoire auditive, rappelez-vous que Beethoven est devenu sourd au moment de la composition de la 4e symphonie, ce qui ne l'a pas empêché de composer (mise à par la 3e) ses plus belles symphonies, la 5, la 6 et la 9e...

Est-ce que c'est important de s'efforcer de continuer d'apprendre des choses par coeur une fois adulte, pour entretenir sa mémoire? Et du coup, est-ce que quand on a eu des troubles alimentaires de longue durée, on peut avoir perdu de la mémoire.
Gaël

- Oui comme je l'ai dit pour d'autres questions, pour les mots, on a deux mémoires, la mémoire lexicale (carrosserie des mots) dont la méthode est précisément l'apprentissage par coeur, et la mémoire sémantique (le sens) dont la méthode est de faire des exercices de compréhension ou de varier les contextes (ce que j'ai appelé l'apprentissage multi-épisodique"
- Ce n'est pas impossible que des troubles alimentaires de longue durée aient posé des problèmes; en cas de doute sérieux demander une consultation dans un service de neurologie spécialisé pour la mémoire; au pire, quelques tests classiques vous rassureront.

Lorsque l'on lit lentement, c'est généralement le signe d'une mauvaise mémoire, ou s'il faut au contraire prendre la question à l'envers, et c'est parce que l'on a une mauvaise mémoire qu'on lit lentement. Ou s'il n'y a aucune corrélation
Charlotte

Oui Charlotte, il y a une corrélation. Plus on connaît (=plus de connaissances en mémoire) et plus on lit vite. La raison en est que le cerveau n'enregistre pas des "photocopies" des mots du texte, mais les construit et construit le sens. Si les mots sont inconnus, il faut les construire à partir de quelques syllabes ou même de sons (si ces mots sont étrangers), ce qui est très long et difficile.Du coup, face à des mots inconnus ou difficiles, le cerveau ordonne à nos deux yeux de prendre plus de prises de vue et de revenir en arrière, ce qu'on appelle techniquement des "saccades oculaires"; il y a à peu près une saccade par mot d'un texte (par exemple quand vous lisez cette réponse) et trois saccades par seconde. Les recherches (photographiant les saccades) montrent que chez les enfants, il y a plusieurs saccades par mot et beaucoup de retours en arrière, et c'est l'explication de la lenteur dans la lecture des enfants; mais c'est le cas aussi pour nous, face à un texte dans un domaine qui ne nous est pas familier.

Est-ce que apprendre par coeur est-il plus efficace du point de vue mémoire que comprendre ses cours? J'aurais personnellement tendance à dire que sur le long terme, on mémorise mieux ce que l'on a compris et moins bien ce que l'on ne comprend pas. Est-ce vrai?
otto lindenbrouk

Ce n'est pas l'un ou l'autre, Otto, mais les deux car (voir plus haut), pour les mots, nous avons deux mémoires principales, la mémoire lexicale qui construit la carrosserie des mots (orthographe et phonologie) et la mémoire sémantique qui ne stocke que les idées et concepts. L'apprentissage par coeur est la méthode de la première, la compréhension est la méthode de la seconde. C'est comme si pour une voiture, on demandait, faut-il la carrosserie ou le moteur...les deux mon capitaine!

Bonjour, je suis étudiant en mathématique et j'ai du mal à assimiler "vite" les notions vu en cours.Il me faut beaucoup de temps pour apprendre et comprendre. Comment apprendre vite? Une autre question, est ce que ça marche les gélules "aide-mémoire"?
joliafiote

Non, les gélules ne marchent pas plus que des aliments ordinaires (chocolat, viande, etc). A nouveau, si vous avez du mal, évitez les apéritifs et les soirées arrosées avec les copains, le tabac et le manque de sommeil. Sinon, peut-être faut-il changer d'orientation? Car les recherches montrent que nos mémoires sont très spécialisées, et il y a des mécanismes et zones spécialisées du cerveau pour les nombres et mathématiques. Si vous êtes curieux, lisez les livres de Stanislas Dehaene, spécialiste français de la question (par exemple son livre "La bosse des maths")

Bonjour,
Je rédige un mémoire sur "La mémoire du pianiste" et j'ai quelques questions générales à vous poser :
1) Que pensez-vous des traitements (allopathie, homéopathie, plantes, huiles essentielles, acupression...) pour la mémoire ? 2) Quel est selon vous le rapport mémoire/trac ? Et le rapport mémoire/motivation?
3) Y a t-il un moment dans la journée où la mémorisation se fait plus facilement? 4)Selon vous, quels sont les processus pour mémoriser à court terme et ceux pour mémoriser à long terme? Merci beaucoup !
Pianamelie

Bonjour Pianamelie
1) Il faut une bonne alimentation, éviter l'alcool, tabac, drogues, stress... Le reste est placebo à moins qu'une étude expérimentale nous démontre le contraire
2) Oui, l'excès émotif n'est pas bon pour la mémoire; il faut être dans un état relativement tranquille; c'est pour cela, qu'il faut se sur-entraîner, y compris en public, pour apprendre (c'est aussi de la mémoire), à gérer en situation.
la motivation est nécessaire mais n'agit pas directement sur la mémoire mais indirectement; d'une façon générale, si on est motivé, on va passer plus de temps à répéter et à réviser, et c'est cela qui est bénéfique.
3) Oui, le matin après une petite phase de mise en route, et le milieu de l'après midi. La moins bonne période est celle de la "sieste". De même, il faut bien dormir, car il y a des mécanismes biologiques de consolidation pendant certaines phases du sommeil.

Quelles méthodes d'apprentissage pour les élèves dys...? (dyspraxiques, dyslexique, dyscalculiques...) Merci pour votre réponse.
Sanspseudo

Là, c'est trop spécialisé pour que je puisse répondre, voyez avec un orthophoniste. Sinon dans les grandes lignes, chaque difficulté est liée à des mémoires spécialisées donc il faut des méthodes différentes. Par exemple, pour la dyslexie, si c'est la correspondance graphèmes-phonèmes, qui est en cause, il va falloir faire plein d'exercice permettant de construire ce code "phonologique".Lisez quelques livres (si ce n'est pas déjà fait) de mes collègues spécialistes de la lecture, par exemple de Pascale Colé, spécialiste de la question.

Bonjour, dites moi, quelle serait la bonne méthode, selon vous monsieur, pour mémoriser une ou des informations?
ZloOoTChY

Comme je le disais Zloootchy, comme il y a plusieurs mémoires, il y a plusieurs méthodes. J'ai dit que pour la mémoire lexicale (carosserie des mots), ce sont les recettes classiques de l'apprentissage par coeur, répéter les mots , faire des lignes pour les mots complexes). Pour la mémoire sémantique, ce sont des exercices de compréhension. Pour les mémoires imagées et des visages, il faut analyser l'image car nous n'avons pas (contrairement à la légende) de mémoire visuelle "photographique"; et donc il faut analyser les partie de l'images (ex. un schéma en biologie), le reproduire plusieurs fois et associer des légendes (mémoires lexicale et sémantique).

On parle du BAC, des étudiants, de la jeunesse mais est-ce qu'il est encore possible pour un "vieux" d'entraîner ou améliorer sa mémoire ? En clair, est-t-il jamais trop tard pour bien mémoriser ?
Vladimir

Oui, Vladimir, on apprend à tout âge, et je suis entouré de professeurs dont l'âge n'empêche pas de continuer à enrichir leurs connaissances et heureusement pour nos sénateurs qui n'ont plus vingt ans depuis longtemps. Sauf pathologie ou mauvaise hygiène (alcool, tabac, etc), les capacités de mémoire baissent très légèrement et très progressivement; çà n'est vraiment qu'à partir de 70 ou 80 ans que c'est sensible...En plus, stimuler son cerveau est bon pour les neurones, donc, foncez!

Bonjour, j'aimerais savoir quelle est la meilleure méthode pour apprendre à un adolescent de treize ans ayant des troubles de la concentration?
Alex

Bonjour Alex. Comme pour la question de Mousss, sachant que nous avons une mémoire à court terme très limitée, la surcharge est vite arrivée. Il faut donc avec votre ado, lui apprendre (et être avec lui) à faire des fiches, schémas, etc, à partir de ses cours, pour limiter la surcharge. Puis lorsque c'est acquis, revenir sur le cours et faire à nouveau des fiches et schémas plus complets. S'il a du mal à se concentrer, faire des courtes séances d'apprentissage (1/2 h à 3/4 d'heures) et avant un peu de sport, ou jeu vidéo ou autre pour "épuiser" un peu son énergie motrice...

Une bonne hygiène de vie (alimentation, sommeil, ...) peut-elle améliorer significativement la mémoire ?
Yamato_Gun

Tout à fait Yamato, car si la mémoire ressemble à un ordinateur dans son fonctionnement, elle est basée sur le cerveau, qui est biologique. Or, s'il faut une alimentation normale pour le cerveau, il est fragile à certains toxiques. En particulier pour la mémoire; bien que les mémoires spécialisées reposent sur toutes les aires du cerveau (ex. cortex temporal pour la mémoire sémantique, et cortex occipital, pour les mémoires visuelles...), il existe un petit organe qui s'appelle l'hippocampe (en fait, il y en a deux, un pour chaque hémisphère cérébral) dont les neurones sont très fragiles. Or l'hippocampe est l'enregistreur (le bibliothèquaire de notre mémoire). Ainsi, le premier ennemi de l'hippocampe est l'alcool, mais le tabac et les drogues sont également nocives. L'alcool peut détruire complètement l'hippocampe, ce qu'avait décrit à la fin du XIXe, le neurologue Korsakoff qui a décrit le premier cette amnésie (=perte de mémoire). Les patients gardent une mémoire à court terme et la mémoire à long terme de leurs souvenirs et connaissances (avant leur maladie),mais ne peuvent plus rien enregistrer (et c'est définitif). Ils vivent donc dans leur passé.

Je me suis toujours demandé ce qui m'arrive, d'habitude j'ai une mémoire excellente, pourtant j'oublie systématiquement le 90% de ce qui se passe quand je voyage, quitte à ne même pas me rappeller des lieux que j'ai visités. Quelle pourrait-être la cause de ce manque de mémoire si spécifique? Merci.
Morley

Morley, on pourrait appeler cela "le syndrome de la visite du Musée". Ces facheux oublis sont encore dus à notre mémoire à court terme qui ne peut stocker (pendans 20s) que 6 ou 7 éléments. Du coup, quand on visite, la mémoire est très vite saturée, et bien qu'on ait l'impression de tout suivre, c'est effacé au fur et à mesure. Vive l'appareil photo!! Pour vraiment mémoriser, il faudrait soit préparer les visites, soit réviser gràce à des documents, notes et photos, (les deux "préparation" + révision, sont encore mieux, si vous voulez vraiment garder ces souvenirs.

Un traitement béta-bloquant contre l'hypertension artérielle peut-il altérer la mémoire ? Merci.
Caroline

Bonjour Caroline, mais je suis chercheur en psychologie. N'étant pas médecin, je ne peux répondre à cette question, désolé.

Bonjour, je suis en première année des études de médecine, cette première année est sanctionnée par un concours très difficile ou il faut tous savoir par cour. Il y donc une quantité très importante de connaissances à apprendre, ma question: comment mémoriser un grand nombre de données sans en oublier au fur et à mesure de l'apprentissage et comment mémoriser ces donnés durablement? Méthodes?
mousss

Oui, Mousss, sachant que les apprentissages passent par une mémoire à court terme, qui est limitée (7 mots ou idées), elle est vite débordée, il y a surcharge et cette surcharge nuit à l'apprentissage. Avant d'apprendre, donc, je suggère de simplifier pour enlever la surcharge; un plan optimal est de tourner autour de 3 titres de 4 éléments (4+3=7), avec tableaux et figures par exemple. Une fois cela acquis, on peut revenir au cours pour ajouter des notions. Ainsi, même si le temps vous manque, vous aurez appris l'essentiel: "entre tout et rien, il y a peu" et j'en ai fait ma devise!

L'un de mes bons maître disait : "On ne sait bien que ce que l'on a appris trois fois..." Certes, mais il n'y a pas qu'une forme de mémoire, sinon des formes de mémoires et des méthodes d'apprentissages; le tout n'est-il pas de trouver la méthode d'apprentissage qui correspond le mieux à sa forme de mémoire?
ABC

Tout à fait ABC, c'est le leitmotiv de mon livre "Mémoire d'éléphant", de dire que, comme il y a plusieurs mémoires, il y a plusieurs méthodes. Par exemple, pour les mots et le texte, il existe deux mémoires, la mémoire lexicale et la mémoire sémantique; La mémoire lexicale est celle de la carrosserie des mots, les bonnes méthodes sont celles, classiques, de l'école, répéter, écrire des lignes... Mais il y a une autre mémoire pour le sens (la mémoire sémantique), du coup, ce sont d'autres méthodes; il faut comprendre, et par exemple traduire en synonymes, poser des questions (et y répondre), faire un résumé, apprendre par plusieurs contextes (un cours, un livre, un documentaire), ce que j'ai appelé l'apprentissage multi-épisodique. Dans tous les cas, cependant, il y a une forme de répétition car c'est la méthode de la mémoire "biologique" qui permet que les neurones concernés se connectent entre eux.

Je suis parfaitement conscient des capacités de mon cerveau, la preuve j'ai eu un examen ce samedi j'ai révisé 10 minutes le cours avant de m'endormir) le lendemain matin je connaissais tout le cours par coeur.
Pouvez-vous expliquer par quel moyen cela est possible?
JupitersCwok

Vous avez de la chance d'être doté de bons moyens de mémorisation. Car le mécanisme biologique de la mémoire est la connexion entre neurones, et la plupart du temps, il faut de nombreuses répétitions pour apprendre. Par exemple pour apprendre une carte de géographie avec 24 noms, il faut cinq essais d'apprentissage pour que des élèves de 5e en retiennent environ 16.

Bonjour, dès que je rentre dans la salle d'examen, j'ai l'impression d'avoir tout oublier. Je me retrouve devant ma copie et là c'est gros blanc. Comment y remédier ?
Edith

C'est classique, c'est ce que j'appelle "le trou noir" avant les examens. En fait, nous avons deux mémoires, tout comme l'ordinateur, une mémoire à court terme (la mémoire vive de l'ordi)  et une mémoire à long terme (le disque dur); or la mémoire à court terme a une capacité limitée à 7 mots (ou idées) et s'efface très vite , en 20 secondes. Au contraire, la mémoire à long terme contient nos connaissances, mots, images, visages, etc et dure de quelques heures à plusieurs années (visages). Mais tout passe, à l'entrée (apprentissage) comme à la sortie (rappel) par la mémoire à court terme; donc Edith, si vous parlez avec vos copines avant l'examen, les mots de la conversation occupe toute la mémoire à court terme et efface ce que vous venez de réviser. Mais pas de panique, si vous avez bien appris, les "cours" sont dans la mémoire à long terme, et il suffira de voir des mots-clés dans la question de l'examen, pour que la mémoire à court terme récupère toutes ces connaissances.

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Dans quelques mois les lycéens passeront leur baccalauréat. Les vacances de Pâques sont le moment où les révisions commencent.  Pour préparer cet examen déterminant, certains choisissent de travailler avec leurs camarades de classe, d’autres de faire des stages intensifs et il y a ceux qui sont seuls chez eux face à leurs cahiers.
 
Alain Lieury, professeur émérite de psychologie cognitive à l’université Rennes 2 est l’auteur d’un grand nombre de livres sur les méthodes de mémorisation. Il est notamment l’auteur de «Mémoire et réussite scolaire» publié aux editions Dunod.
 
Faut-il ficher ses cours? Apprendre par cœur? Chacun a sa méthode: moyens mnémotechniques, mémoire photographique, mémoire des mots. Encore faut-il pouvoir en avoir conscience et utiliser ses capacités au maximum. «Des méthodes de gymnastique du cerveau sont apparues, et on peut désormais stimuler sa mémoire et entraîner son cerveau» explique le professeur dans son ouvrage.
 
Alain Lieury était à la rédaction de 20Minutes pour répondre à vos questions, vous donner des conseils, des méthodes d’exercice.

Mots-clés :