Vous avez interviewé Clarisse Mérigeot-Magnenat sur la presse people

29 contributions
Publié le 30 juillet 2010.

VOS QUESTIONS - Clarisse Mérigeot-Magnenat a travaillé dans la presse people et publie «Presse People» et a répondu à vos questions.

Le feuilleton people de l'été est le séjour en prison de Lindsay Lohan, sur le petit écran avec la maison des secrets, ou «Dilemme» qui font le buzz.

Clarisse Mérigeot-Magnenat a travaillé presque 8 ans dans la presse people.

Elle publie aux éditions «anabet» un ouvrage intitulé «Presse People, Récit d'une collaboration toxique». Dans cet ouvrage, un pamphlet, elle témoigne de son addiction à la presse et l'info people. Clarisse Mérigeot-Magnenat est l'invitée de la rédaction, elle répond à vos questions en ce moment.

Les mots Télé-réalité, Sex-Tape, Bogossitude, Moundir ou Laly de Secret Story ne vous sont plus inconnus. Retrouvez les réponses de Clarisse Mérigeot Magnenat ci-dessous...

Durant votre carrière, vous est-il arrivé – a vous personnellement ou dans votre rédac - d’étouffer un scandale mettant en scène des hommes politiques ? Si oui pourquoi. Si non, comment expliquer qu’il y a si peu de sujets sur les politiques –hormis des trucs très soft – alors qu’apparemment, ça fait bien vendre ? Et qu’en plus Sarkozy a explosé la frontière très française de la vie privée
MAUDEM

Je ne sais pas si j'ai le droit de répondre à ça.

Bonjour, ne pensez vous pas que la presse people (ou plutôt "à scandale") peut vivre justement car elle fait vivre une vie anxiogène à certaines stars, qui ensuite craquent ? Ce système ne s'entretient-il donc pas tout seul en broyant des gens sur son passage ? De plus, que penser de l'image de la femme véhiculé par cette presse ? Ce sont les premiers à pointer du doigt le moindre kilo en trop, le moindre choix malheureux de vêtements.. Ne pensez vous pas que cette presse entretient les jeunes filles/femmes dans un élitisme factice du culte du corps ? Bref, la société ne se porterait-elle pas mieux sans cette presse ?
Soar

L'achat d'un magazine people dépend de sa notoriété, qui dépend des scandales qu'il déclenche. J'ai travaillé pour Entrevue. A chaque nouvelle élection de Miss France, je me demandais ce que nous allions trouver qui allait faire réagir Geneviève de Fontenay. Oserais-je dire que nous faisions exprès de la titiller. J'ai quitté le journal au moment où les photos sexy de Kelly Bochenko on été publiées. Je ris encore chaque fois que j'entends que Geneviève de Fontenay a attaqué le journal parce que des photos de son visage avaient été imprimée sur le sexe de la fille. Kelly Bochenko a beaucoup pleuré de cette affaire, mais au moment où elle a fait son entrée dans la Ferme Célébrités un portrait d'elle a été diffusé dans lequel elle disait être "la miss qui a été la plus médiatisée". Il faut croire qu'elle s'est remise de ce déplorable incident et qu'elle a su en profiter. Même si ce n'est pas très fin, il n'y a pas mort d'homme.

Le people n'est-il pas une version mondialisé du commérage de nos villages?
Rhum coca

Savez-vous s'il est vrai que Cindy de Secret Story a été violée? J'ai vu l'été dernier une couverture de Public qui m'a fascinée. Il y avait écrit dessus que sa meilleure amie racontait tout. Sur la couverture, Cindy adressait son aisselle fraîchement épilée au monde entier.

Clarisse, J'ai lu votre livre ainsi que le précédent, et je me demande... Avez-vous donc forcément un rapport destructeur et toxique avec tout ce(ux) que vous aimez (Dave Grohl, La presse people) ? Si oui, pourquoi ? Autre curiosité : quelle a été la réaction du "magaZine" Entrevue à la publication de votre livre? De la presse people en général? Propositions d'embauche, ou plutôt mépris? Le magazine Voici, qui est l'autre journal dans lequel vous auriez aimé travailler (d'après votre bouquin), a-t-il pris soin de vous contacter? Merci d'avance et bonne route!
Geneviève de Fontenay

1. Il faut croire que ma nature est excessive.
2. Mon livre n'est pas un livre sur le magazine Entrevue, c'est un livre sur la presse people en général. C'est un fourre-tout d'expériences vécues, de témoignages récoltés. Par ailleurs, j'ai quitté Entrevue en de très bons termes. Par ailleurs, je garde de très bons souvenirs des moments que j'ai passés avec eux.
3. Mon livre est le témoignage d'une journaliste people qui est accro à son métier. Aujourd'hui je fais de mon mieux pour me désintoxiquer mais c'est difficile. Il faut que je me cadenasse les mains dans le dos, que je me fasse violence pour ne pas acheter Voici. Je n'en peux plus, je commence à manquer. Appel d'offres: quelle rédaction voudrait de nouveau m'engager?

Journaliste people, c’est le même métier que journaliste ?
Forçalambo

Les journalistes people méritent-ils leur carte de presse? Malgré plusieurs semaines d'un questionnement intense, je n'ai pas de réponse à apporter à cette question. Les journalistes people sont des gens qui travaillent dur. Il en existe même quelques uns qui vérifient leurs informations! Il faut parfois des heures pour écrire quelques lignes. Je me rappelle mes premiers papiers chez France Dimanche. On m'a un jour dit : "Gilbert Montagné veut un enfant, sa femme n'est pas d'accord. Débrouille-toi!" Il faut avoir beaucoup d'imagination pour construire quelque chose à partir de rien! Au-delà de ça, il est vrai que le people est un peu le "journalisme de la paresse". Le people, c'est un bureau, un ordinateur qu'on quitte pour serrer la main de quelques actrices pornos. C'est un téléphone qui sonne avec au bout du fil un frère, une voisine ou un gendre qui ont quelque chose à vendre. Des journalistes people, j'en connais quelques uns qui seraient bien ennuyés si on décidait de les envoyer faire un vrai papier. Je l'avoue volontiers.

Bonjour, comment choisissez-vous les people à qui vous vous intéressez? Faut-il être bankable ? Prenons Jean-Jacques Goldman par exemple. Il est une célébrité appréciée et un musicien hors pair. On ne le voit jamais dans la presse people. N'intéresse t'il pas les paparrazzis ou prend t-il davantage de précautions que les autres, qui eux se servent des paparazzis pour exister aux yeux du public?
pikachu

Je me contrefiche de voir ce monsieur en maillot de bain. Je ne ressens pas non plus l'envie de m'en moquer. La presse people telle que je l'aime satisfait le sadisme le plus pur. Je lui préfère un crétin de Secret Story, parce que je sais que je pourrai m'en moquer. Au final, personne n'en souffrira. Surtout pas lui. Il sera content qu'on parle de lui, c'est tout.

Une question à poser à cette chère madame Mérigeot-Magnenat ? Et bien elle sera toute simple : pourquoi avoir choisi un tel métier ? Espionner, fouiller, surveiller, guetter et traquer font partie de vos "hobbys"..? C'est d'un désolant...
ridan42100

Ce n'est pas désolant, c'est amusant. Qu'en dire de plus? Je ne suis plus journaliste people aujourd'hui. J'ai quitté ce type de presse parce que je l'aimais trop et que mon état était devenu inquiétant. On ne parle que de la médiocrité de la presse people, mais je ne pense pas que ce soit le plus intéressant. La presse people est toxique. Pour moi, c'était une passion qui passait avant tout et n'importe qui. Je m'angoissais à la simple idée de devoir partir en vacances. Une fois dans un endroit isolé, j'étais capable de faire des dizaines de kilomètres pour trouver mon magazine et le serrer contre mon coeur. Il fallait que je vérifie si mon nom y était écrit. Je crois que j'étais devenue folle. J'ai écrit mon livre pour savoir à quoi j'étais concrètement accro et m'en détacher pour sauver ma peau.

Qu'est ce qui vous a fasciné le plus au cours de votre carrière?
mélanie56

On m'a attribué l'invention de Mickael Vendetta, j'en ris. Je l'ai connu alors qu'il n'était qu'un blogueur parmi d'autres. J'ai écrit sur lui trois pages qui ont été publiées dans le magazine Entrevue. Mickael n'était pas content du papier. Je l'ai pris en photo pendant un très long moment, des centaines de fois, mais nous n'avons gardé de lui qu'une photo dans laquelle il faisait avec des doigts le "V" de "Vendetta". La légende: "Mickael nous montre son QI". Ce qui m'a fascinée dans cette histoire, c'est l'application avec laquelle ce jeune homme se conformait au rôle qui lui avait été attribué. Nous marchions dans la rue, il croisait des filles qui riaient de lui, il me disait "les filles adorent Vendetta, tu l'écriras". Plus tard, un camion poubelle lui a heurté le bras. il a dit : "Vendetta est invincible, ça aussi tu le diras". Au final, c'est un garçon qui a travaillé dur pour se construire un personnage. Il ne faut pas lui enlever ça.

J'ai été plus jeune une grande lectrice de presse people. Mais elle a beaucoup évolué ces dernières années et aujourd'hui elle me dérange. Je pense qu'elle devient bien trop intrusive et qu'elle est très néfaste pour certaines personnes (Cf. Britney Spears, Lindsay Lohan ou même Loana). Ressentiez vous parfois de la culpabilité ?
Coralie

J'ai placé au début du livre un historique du magazine Entrevue, qui dérive du magazine Interview, fondé par Warhol et Malanga à la fin des années soixante. Pour moi, il était très important d'analyser la façon dont le concept de base du journal s'est dégradé. A l'époque de Warhol, la dimension sensationnelle des papiers résidait dans la célébrité des gens qui y étaient interviewés. "Liz Taylor s'adresse à moi, lecteur, en direct de son bain, génial!" Aujourd'hui la célébrité n'a plus aucune valeur. Tout le monde peut se faire un nom en participant à un Loft ou en s'inventant une notoriété comme l'a fait Vendetta sur le Net. Il faut aller chercher la dimention sensationnelle plus loin, le plus souvent dans le trash, dans le sexe.

Bonjour. J'ai trouvé étonnant que vous parliez du magazine Entrevue comme d'un magazine people. Closer, Voici, Gala, ok, mais Entrevue, c'est pas plutôt un magazine masculin/trash ? Ok, on y parle de people, mais à ce moment là, Le Point et le Figaro sont également des journaux people ! N'avez-vous pas un peu confondu les deux genres, et fait une généralisation sur ce qu'est la presse people alors que clairement ça n'en est pas ? Dans Voici, je serais étonné qu' on traite exactement les mêmes sujets que dans Entrevue, avec la même approche... Qu'en pensez-vous ?
Maxou

La presse people, c'est comme les émissions du type "Top Chef". Plusieurs magazines/cuisiniers sont en lice, à qui on présente un étalage de produits de base qu'ils vont devoir cuisiner. Ces produits de base sont des informations qui sont identiques pour tous: "X va épouser Y", "Z couche avec ses voisins". Chacun applique son savoir-faire et met en pratique les recettes qu'il connaît. Voici traite l'information people avec beaucoup d'humour, France Dimanche mise sur des unes accrocheuses, et Entrevue s'est choisi pour angle d'attaque le sexe. Je ne pense pas avoir fait d'amalgame malheureux. Peu importe le journal, l'information est la même partout. Il n'y a que la façon de la cuisiner qui change. Pourquoi préfère-t-on un magazine à un autre, au final? Ce n'est qu'une question de goût.

Pourquoi avoir choisi ce metier (journaliste people) ? Par defaut ? Pour l'argent ? J'imagine mal comment on peut choisir un jour dans sa carrière: "Dans la vie, Je veux faire des reportages sur les fesses de Britney Spears et les films porno de Laly de Secret Story."
Olorin

Je suis partie dans la vie avec une conception idéalisée du journalisme. Romantique. J'étais persuadée qu'il s'agissait d'enquêter, d'écrire avec humour, d'avoir de l'esprit. Enfant, je collectionnais les meilleures légendes de Voici que je collais méticuleusement dans un petit cahier spiralé. Pour moi, le journalisme people n'a jamais rien eu de honteux. Je l'ai toujours conçu comme un journalisme d'école, une espèce de couteau suisse de la presse. Pour moi c'était un passage obligé dans ma carrière, qui me permettrait d'apprendre un métier en manipulant une information ludique.

Charles Dufresne
Newsletter
La 13H

Votre point info
de la mi-journée

publicité
publicité
publicité
publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr