Vous avez interviewé Armel Le Cléac'h

VOS QUESTIONS Le skipper vous a répondu en direct des mers du sud...

— 

Le jeune Armel Le Cléac'h (31 ans) est à l'autre bout du monde. Perdu dans le plus grand désert maritime du monde, il fait effectivement partie du peloton de tête du Vendée Globe depuis le début de la course. Malgré la distance, grâce à sa connexion via satellite, il a répondu à vos questions en direct:

Pour la vidéo de tes copains du CNSP, ça pourrait peut être te détendre :) Je regarde le chat en même temps que j'écoute les vacations, intéressant à suivre ce Vendée! Semaine difficile (casse et accident de Yann, soulagement maintenant en attendant il a les médocs), c'est stressant et à suivre à terre aussi, as-tu des techniques pour gérer le stress? Bon vent pour la suite...
Pas de technique particulière! Et puis le stress ça évolue: dans les premiers jours dans les 40èmes c'était dur car c'était nouveau pour moi... je n'avais pas de repères et c'était donc très stressant... maintenant, j'ai pris mes marques, mes habitudes : je me gère mieux et je gère mieux le bateau... mais le stress de la casse et des glaces est toujours là lui... faut faire avec, c'est tout!

Jusqu'à combien de milles penses-tu reprendre pendant la remontée de l'Atlantique si tu dois aller chercher un podium? Merci pour cette belle aventure, je te suis tous les jours et tu me surprends de jour en jour, bonne navigation et RDV aux sables!
Très difficile à dire. La première chose c'est déjà d'arriver au Cap Horn sans encombre et de mettre le clignotant à gauche. Après : on verra bien combien! Il y a des bateaux devant et à combien de milles... Disons que si je pouvais maintenir un écart qui n'excède pas 24 heures, ce serait parfait!
 
Est ce que le contact humain te manque ou te sens tu dans ton élément?
Je mentirais si je disais que la solitude ne pèse pas parfois... mais dans l'ensemble, on est quand même bien occupé et le temps passe vite ! Et puis en venant ici on savait sur quoi on s'engageait. Ce Vendée Globe on en a tous tellement rêvé qu'on ne va pas bouder notre plaisir!

Re-salut Memel, est-ce que tu as beaucoup de contacts avec les autres concurrents?
Avec quelques uns oui... j'ai eu Vincent Riou encore ce matin! C'est celui avec lequel j'ai le plus de contacts: sans doute parce qu'on a un peu la même manière d'appréhender la course et aussi parce que depuis le début nous naviguons toujours très proches l'un de l'autre. Depuis hier, on s'appelle aussi pas mal les uns et les autres pour prendre des nouvelles de Yann! Parfois on échange aussi par mail: comme avec Sam Davies par exemple que j'ai régulièrement par mail!

Comment exercez-vous vos cordes vocales pour toujours avoir une voix quand vous serez de retour parmi les vôtres? Et comment faites-vous pour vous gratter le dos?
C'est comme le vélo, ça se perd pas! Pour le grattage de dos: comme vous!

A propos du manque de sommeil: est-ce que tu as déjà été en proie à des hallucinations, apparemment courantes chez les marins en solitaire? Si oui, comme tu gères lorsqu'elles interviennent? Tu conserves une part de lucidité qui te permet de garder les pieds sur...terre?
Je n'ai pas eu d'hallucinations jusqu'à présent... peut-être parce que depuis le départ du Vendée, j'arrive assez bien à gérer mon sommeil. Tant qu'on ne se met pas complètement dans le rouge, ça va! Ca m'est arrivé par le passé sur des étapes de solitaire du Figaro, mais c'était après plus de 48 heures de course sans fermer l'oeil!

Merci de porter haut les couleurs du Centre Nautique de Saint Pol de Léon. Le meilleur club du monde as-tu dit? J'espère que la vidéo des copains du CNSP t'encourage et t'accompagne. Bon courage.
Je l'ai dit et je le répète, le CNSP est le meilleur club du monde! Je suis fier d'y avoir fait mes armes et heureux que tout le club me soutienne!

Bravo pour ton calme et ta lucidité pour conserver ton Britair en état et dans la course.
peux tu nous dire comment tu fait pour conserver le pied sur le frein et ne pas lancer l'avion trop vite contre ces grosses vagues? tu vas ou il y a moins de vent, tu déduit la voilure... amitiés et vifs encouragement Gérard INSA Rennes
Salut Gérard! et salut à toute l'INSA de Rennes (école d'ingénieur de Rennes où j'ai fait mes études!) Comme je fais pour ralentir? Je réduis la voilure parfois oui: je préfère d'ailleurs le faire trop tot que trop tard! parfois comme en ce moment on ne va pas forcément la ou il y a le plus de vent: pas forcément pour trop ralentir mais aussi pour ne pas trop prendre de risque!

Je suis la course depuis chez moi bien au chaud.
Vous me faites tous m'évader, car peut on rêver en voyant les images actuelles? J'ai presque honte de rentrer dans votre intimité sans y avoir vraiment été invitée. Amitiés et chaleur envoyée de la Corse Chapeau bas. Rien à dire de plus que: Continuez et bon vent!
 Eh, eh... faites comme chez vous! Et puis la chaleur corse, je la prend avec grand plaisir car ici ca caille dur! Vous savez, ces aventures en solitaire ne prennent leur sens que par les gens qui nous regardent et qui nous soutiennent! Alors c'est un grand plaisir de les partager avec vous!

J'aime beaucoup le fait que l'on puisse vous suivre pas à pas, mais est ce que cette possibilité qui vous est données aussi (toutes les 4h je crois) ne tue pas «l'exploit» personnel, finalement cette course n'est plus tellement en solidaire puisque vos choix sont sûrement un peu guidé par les choix des autres? bonne chance pour la suite.
Que les pointages réguliers modifient la manière d'appréhender la stratégie de course, c'est sûr car en effet parfois on navigue en fonction des autres... mais je ne crois pas du tout que ça change quoi que ce soit à la notion de solitaire !! Ce n'est pas qu'une partie d'échec : chacun fait ses propres choix en fonction de lui, en fonction des risques qu'il est prêt a prendre, en fonction de sa condition et de sa volonté...

Pendant les passages difficiles, rappelez-vous que plein d'internautes suivent votre course, et la vivent avec vous (même si eux sont bien au chaud...). Joyeuses fêtes, 2009 sera une année!
J'y pense souvent! Savoir que des gens vibrent a travers ce qu'on fait est très gratifiant et motivant! Joyeuses fêtes a vous!

Qu'as-tu pensé de ce qui est arrivé à Yann Eliès?
C'est ce qui peut arriver de pire en mer! La casse matériel, c'est rien. Mais se retrouver seul en mer, surtout ici, blessé... c'est affreux! Je pense bien à lui... J'espère qu'il va déjà pouvoir prendre des antidouleurs rapidement et que les secours pourront rapidement le récupérer! Je pense aussi que la présence de Marco à proximité, même si le contact n'est pas direct doit être rassurante pour lui! Je suis en tout cas de tout coeur avec eux!
 
Au fait: joyeux noel Armel! on pense bien a toi. Matthieu LS et Marie
Merci... Joyeux Noël à vous, à mes amis, à tous ceux qui me supportent et m'encouragent et à tous les internautes de 20minutes.fr!

Je crois que tout le monde s’en fout de cette course... qu’en penses tu?
Pas tout le monde visiblement puisque je répond à pas mal de questions déjà aujourd'hui... ensuite je crois savoir que le site internet du Vendée Globe bat des records d'audience... et que le Vendée Globe virtuel a passé la barre des 250.000 participants... Alors, peut être que tout le monde ne s'intéresse pas à ce qu'on fait, mais pas tout le monde!

Wouah c'est trop fort la technique. Tu es vraiment là derrière ton ordi à l'autre bout de la terre à lire ce que j'écris depuis mon bureau? Est-ce que tu penses que la navigation en solitaire est plus "facile" avec la connexion internet par satellite?
Alors pour être très clair: je suis bien derrière mon ordi, mais sur l'écran, je n'ai pas 20 minutes, mais mes fichiers météo! En fait je suis au téléphone irridium avec mon équipe de communication qui me pose les questions et qui les retranscrit ! De toute façon, là, ça remue trop pour que je puisse bien taper sur le clavier... si je le faisais comme ça, j'en serais encore à la réponse à la première question! Par contre c'est clair que les connexions satellite facilitent la navigation en solitaire, ne serait ce que pour la récupération des fichiers météo en temps réel!

Salut le Gnou! Comment fais-tu pour dormir? tu disais en tranches de 10 minutes. Mais combien de fois pas jour et as-tu déjà craque et dormi plus? Bises de Matthieu Le Stum et Marie
Le Gnou vous salue bien !! les tranches sont un peu plus longues: plus 40 que 10 min… après tout dépend des jours et des conditions! J’ai du faire une pointe à 1h30 je crois…

Si tu pouvais comparer l'océan Indien et Bloscon, à quelle puissance tu multiplierais Bloscon, un jour de baston là haut bien sur. As-tu aimé la vidéo St-Politaine?

Eh eh… alors déjà les gars pensez bien que tout le monde ne connaît pas Bloscon (et à tort… ils perdent qqch!). Donc pour ces derniers, Bloscon, c’est la baie de Morlaix… mon pays et celui de BRIT AIR!  Parfois ça cogne aussi là haut… mais c’est vrai que ce n’est pas vraiment comparable à ce qu’on a ici! La grosse différence, ce n’est pas le vent: par exemple ici la pointe max que j’ai eu n’était «que» de 47 nœuds… la grosse différence, c’est la mer! Avant-hier, c’était 8/9 mètres de creux! Très gros, très désordonné, très cassant!

Tout ceux qui suivent ton blog et moi te saluons, tu as déjà fait un très beau parcours jusqu'à présent. Penses-tu accélérer progressivement ou gardes tu le meilleur pour la fin? Comment interprètes tu les avaries dus groupe de tête? Est-ce un risque à courir, ou plutôt un excès de zel?
Pour l’instant, j’en garde sous le pied! La priorité c’est la sécurité: je ne tire pas sur le bateau, je ne prend pas de risque. Il faut sortir de l’Indien, puis du Pacifique (qui n’a de pacifique que le nom !) vite et en bonne forme (pour moi et pour le bateau). Après, on verra bien… Si y’a moyen, on lâchera les chevaux ! Concernant les avaries: y’ a de tout ! Un peu de malchance (comme pour JP DICK), un peu d’usure parfois, peut être un peu trop de prise de risque parfois… mais c’est très difficile de juger. Toute la difficulté en course à la voile et surtout dans un Vendée Globe, c’est de savoir ou tu mets le curseur entre performance et sécurité… Après, c’est au jugement de chacun!
Je pourrais aller plus vite: je ne pousse pas BRIT AIR à 100% en ce moment. Je pourrais aussi descendre plus au sud… Mais je n’ai pas envie de prendre des risques excessifs et surtout pas d’endommager la matériel. Faut pas oublier que le Vendée Globe est un marathon… pas un sprint!

Salut Armel, et chapeau bas pour tes exploits, plus de 70 Léonards te suivent sur facebook dans le groupe "Pour que Memel remporte Vendée Globe" et nous avons tous une question : Armel est au top de la Mode, "les crocs" c'est un cadeau de Roselyne Bachelot ?
Allez Kenavo

Merci à tous les léonards! Vos encouragements me parviennent, même ici, et me motivent! C’est vrai que je suis au top de la mode, surtout en ce moment avec mes 3 couches de polaires et mon bonnet! Là je peux vous dire que les crocs, elles sont rangées! Mais ne vous inquiétez pas, elles ressortiront d’ici quelques semaines. Ce n’est pas un cadeau ministériel mais c’est bien pratique pour la nav quand il fait beau et chaud… Je vous les conseille!

Salut Armel. On espère que tu va nous faire péter le podium. Sinon, comment gères-tu ton sommeil? C'est vrai que les marins sont capables de s'endormir sur commande?
Merci pour les encouragements… vous me mettez un peu la pression là! Pour le sommeil, en ce moment, c’est en fonction des conditions et des passages de dépression: j’anticipe, je regarde à quel moment j’aurai l’occasion de m’accorder une petite plage de repos… Quand c’est donc un peu plus calme, je dors par petites tranches : 40 min… 1 heure parfois d’affilée… je fractionne! Après quand on se connait bien et qu’on a l’habitude, c’est vrai qu’on dort presque sur commande!
 
Avez-vous une chérie? Si oui, comment communiquez-vous avec elle? Que mangez-vous? Racontez nous un repas type...
J’ai une chérie oui… une petite fille aussi !Je les ai régulièrement soit au téléphone, soit par visio. Pour l’alimentation, on alterne entre lyophilisés et plats préparés sous vide… avec beaucoup de protéines ! Du pain aussi : j’ai un fournisseur de pain bio longue conservation (BIOFOURNIL) qui « m’alimente » durant la course. Ce qui est bien avec le pain, c’est que c’est ce qu’il faut pour l’aspect protéiné et que ça rappelle aussi un peu la maison !

Bonjour. La séquence choc de la descente vers le sud, c'est celle de la douche à l'avant du bateau. Etait-ce une fois en passant pour la caméra (déjà exceptionnel), ou est-ce la technique habituelle quand les réserves d'eau douce sont limitées? Meilleurs souhaits pour la suite de la course.
Non, non! Ce n’était pas que pour le show! C’est la méthode habituelle quand les conditions et surtout la température de l’eau le permettent. Je ne le ferais pas en ce moment!

Quelle est la chose la plus dure à gérer en ce moment, le froid, la solitude «physique» (vous avez tous des contacts radio avec les responsables de courses ou les proches), ou le stress de ne pas casser?
En ce moment, c’est clairement le stress! le froid, l’humidité : on s’habitue… la solitude : on savait sur quoi on s’engageait et puis c’est vrai qu’il y a quand même des moyens de communication avec la terre performants… mais ce stress permanent (de la casse, des glaces…), c’est vraiment très pesant! Vivement qu’on ait passé le Cap Horn!

Au-delà de tout ce qui se trouve sur le bateau, si vous pouviez amener autre chose, ce serait quoi?
Mon équipe… mais ça ne serait plus du solitaire! Pour qu’ils puissent partager l’aventure avec moi et constater que tout le travail qu’ils ont fait durant la préparation a été bien fait! Car si je suis seul et bien placé sur ce Vendée Globe, je le leur dois!

Au revoir et à la prochaine!
Merci à tous pour cet échange bien sympa ! Ça me change un peu les idées... Merci aussi pour vos nombreux encouragements, aujourd'hui mais aussi tous les autres jours! Ça fait chaud au coeur! Un grand coucou à ceux que j'ai reconnu (mes potes léonards, mes amis du CNSP, mon prof de sport de l'INSA...) et aux autres! Continuez à nous suivre et nous encourager et à très bientôt!
Amitiés des mers du Sud!
Armel


Le chat est fini, Armel est retourné à sa solitude
.

 

Mots-clés :

Aucun mot-clé.