Vos questions sur le vin

VOUS INTERVIEWEZ Fabrice Le Glatin suit l'actualité vinicole au jour le jour sur son blog «Vin sur vin». Il vous a répondu...

— 

Fabrice Le Glatin du blog «Vin sur vin»

Fabrice Le Glatin du blog «Vin sur vin» — ED - 20 minutes

Les vendanges touchent à leur fin, les foires au vin aussi, le beaujolais nouveau est pour bientôt (20 novembre). Fabrice Le Glatin suit l'actualité vinicole au jour le jour sur son blog «Vin sur vin».

Que valent les crus 2008? Et plus largement quel vin boire en quelle circonstance? Il a répondu à vos questions le vendredi 17 octobre:

Ses dernières réponses:

Encoreunemauvaise | 17.10.2008 - 15h17
Pourquoi faire autant de bruit avec le vin. Celui-ci fait parti de la catégorie des alcools et que l'état Français mets un point d'orgueil (même s'il en consomme beaucoup eux aussi) à dire à la population que cela est néfaste à la santé. Au volant / boîtes de nuit / bistrot et autres lieux ou le vin est servi. On parle de modération mais tout dans la vie est voué à la modération quelque soit le produit. Alors pourquoi autant de bruit sur le vin et Rien mais absolument rien sur l'eau? Celle là même qui est à l'origine de la vie et qui en fonction des régions n'a pas les mêmes propriétés?
Au même titre que la gastronomie française, le cinéma, la littérature, la peinture, la mode et le parfum, le vin fait partie du patrimoine et de la culture française. Des gens traversent des pays, des océans pour venir l'acheter en France, pour le déguster dans nos restaurants. Ce n'est pas un alcool comme les autres. Autrefois il était même considéré comme un met. A dose modérée, le vin est «bon pour la santé», notamment pour le cœur, chose prouvée scientifiquement. Lorsque les gouvernements s'attaquent aux vins français, ils s'attaquent à l'essence même de la culture française, de notre civilisation. C'est une véritable hérésie.

Le vin a également une image très positive auprès des jeunes qui voit en lui un produit lié à la culture, au raffinement, à l'âge adulte et non pas comme un vulgaire alcool que l'on consommerait à haute dose dans les bars et boîtes de nuit pour se saouler lamentablement.

Malheureusement, le politiquement correct et la société hygiéniste avec les ayatollahs de la modération, de l'abstinence et du pessimisme font de graves amalgames en mettant sur le même piédestal, le vin et des alcools forts, destinés aux jeunes et ayant pour but de les saouler et de les en rendre dépendant.

nilslof | 17.10.2008 - 17h42
Savez-vous si la hausse des prix touche significativement le secteur du vin? Si oui, la consommation des ménages s'en trouve-t-elle modifiée (achat de vin dit de «table» au détriment du «bon» vin ou des vins «de garde»)?
Si oui ça reviendrait à dire effectivement que la filière viticole est en crise (cf. questions ci-dessous). Je ne suis pas économiste mais on peut imaginer que manque de pouvoir d'achat oblige, le secteur du vin n'échappe pas à la morosité ambiante. De fait, on peut imaginer que les gens se tournent vers des vins de petit prix. De toute façon s'ils sont bien conseillés, il n'y perdront pas au change puisque pour 5,7 euros, on peut trouver, notamment chez les vignerons eux-mêmes mais également chez les cavistes (Cave Lya, rue d'Orsel 75018 ou Vins et Cépages, rue Legendre 75017 pour ne citer qu'eux...). Maintenant, le vin fait partie intégrante de la culture française et je m'imagine mal les français se passer d'une bonne bouteille de vin le dimanche en famille!

exfan | 17.10.2008 - 17h45
Salut. Quel est le prix minimum pour l'achat d'un vin sans tomber dans la "piquette"? merci.
Très bonne question. Le problème aujourd'hui en France, c'est qu'un vin d'un prix X (5, 10, 20 euros) ne garantit pas forcément un rapport qualité/prix excellent, même si à partir de 7 euros, on doit être en mesure de boire un vin plaisant. Récemment j'ai dégusté un vin blanc de Bordeaux à 3,30 euros (Quintet) que j'ai trouvé super. En Loire, j'achète des Chinon et des Saint Nicolas de Bourgueil à 4,70 euros qui s'avèrent absolument délicieux. Mais j'ai été plus d'une fois trahi par des vins à 12 euros, tristes, fades et insipides. (Ceux qui me connaissent, savent de quelle région ils viennent!)

LEGLAZIC | 17.10.2008 - 17h16
Bonjour. Quand vous achetez un vin privilégiez vous les vins de récoltants? Y a-t-il beaucoup de bons vins de négociants?
Il y a sûrement des vins de négociants bons à boire! Ceci dit, et c'est la philosophie de «Vins ur Vin», je privilégie les vins de récoltants, de petits vignerons qui travaillent dans l'ombre, parfois écrasés par les grandes maisons et les grands noms (Bordeaux...), qui se démènent, qui sont passionnés par leur métier et dont le but est de produire les vins les meilleurs possible. A ce sujet je vous invite à vous rendre chez eux dès que l'opportunité vous est donnée.

Ed | 17.10.2008 - 17h22
Bonjour Fabrice, alors tu as séché pour nous faire part de tes connaissances oenologiques dont je suis friand;-) Plus sérieusement, la vendange 2008 sera-t-elle une bonne année, disons en champagne?
Salut Ed, fidèle
TupperWiner! En règle générale, l'année 2008 s'annonce très très bonne, voire excellente. En Champagne, Benoit Tarlant (dont on dégustera les champagnes lors du TupperWine du mardi 2 décembre) était absolument enthousiaste su le raisin qu'il a récolté et sur les jus en fermentation. Il a eu 15 jours de soleil pour vendanger. D.E. Defaix, à Chablis me confiait cet après midi que 2008 était une année, je cite: "miracle, grâce à un vent du Nord qui a desséché et concentré les raisins, leur donnant, chose rare, une concentration sucre et acide très équilibrée." Il a même fait un parallèle avec les grandes années 47, 90 et 96. Mireille Martin du domaine de l'Anticaille (Provence) ainsi que Alain Gourdis (Pomerol) m'ont tout les deux dit qu'il s'agissait d'une "année de vignerons": le travail toute l'année dans les vignes ainsi que le bon choix dans les dates des vendanges seront primordiales. Dominique Bertram à Bordeaux me dit qu'il faudra "se méfier de certains Cabernet-Sauvignons dont le goût de poivron pourrait être prononcé à cause de la pourriture dans les vignes."

nice | 17.10.2008 - 16h28
Comment reconnaît on un vin bouchonné? Est ce qu'il est plus acide que d'habitude? Un goût de bouchon est pour moi assez difficile à reconnaître dans un vin. (Surtout si on me l'a jamais signalé)

On doit pouvoir reconnaître le VDB (vin de bouchon) en humant le bouchon de LIEGE lui-même, qui normalement devrait sentir le fruit par exemple. Là, il y a une odeur désagréable, difficile à décrire parce que cela sent tout sauf le liège. Pour plus de détails, je vous invite à consulter le blog et même
la note portant sur le sujet.

alucard2 | 17.10.2008 - 17h10
Que pensez vous des vins d'autres pays (Californiens, argentins, Chiliens...)?
La notion de terroir (sol, climat, cépage, vigneron...), de savoir-faire, d'expérience est primordiale dans la conception du vin. La qualité du terroir français est unique au monde. Et avec toute la bonne volonté du monde certains pays étrangers ne parviendront jamais à atteindre l'homogénéité et la qualité française. Or, des pays du "Nouveau Monde" sont en mesure (et ça ne date pas d'aujourd'hui) de réaliser des vins de très grande qualité. Comme dans la Napa Valley en Californie dont les vins ont été et seront encore parfois préférés à des français, à l'aveugle notamment. Les entrées de gamme dans les chaînes de magasins de vins français sont souvent à proscrire. En exemple, le Malbec planté en Mendoza (Argentine) peut aussi s'avérer excellent (des notes de torréfaction, de cacao...). J'ai g
oûté un jour un Veramonte Primus (Chili, 2001), dégusté à Quito. C'est un épatant assemblage de Merlot, Cabernet et du rare Carménère de la vallée de l'Aconcagua, ce vin m'était apparu à la fois distingué et exotique, fin et puissant. Par contre je suis un peu plus réservé sur l'Australie pour avoir goûté des blancs épais, pâteux, "butter scotch".

nice | 17.10.2008 - 16h30
Comment connaître la durée de conservation optimale d'un vin?
Dans un premier temps, il y a des vins qui n'ont pas vocation à vieillir comme le Beaujolais nouveau, les rosés, certains vi
ns de Loire et de d'autres régions... Simplement parce que leurs cépages, leurs terroirs ne s'y prêtent pas. Par contre, un vigneron doit être en mesure de vous informer sur la durée de garde de son vin (10, 15, 20 ans). La garde d'un vin n'est pas uniquement inhérente au vin lui-même: il faut des conditions de garde idéales. C'est-à-dire; une cave à température constante (entre 12 et 16 degrés), une hydrométrie entre 75 et 95%, pas de vibrations, pas de lumière, pas de mauvaises odeurs (essence, produits chimiques...). Enfin si l'on achète un vin par 6 ou par 12, on pourra déguster ce vin dans le temps et constater si effectivement il évolue favorablement.

panchito | 15.10.2008 - 19h03
Combien de litrons par jour ingurgitez-vous?
Tu étais ivre quand tu as posé la question ?!! Les deux régions en France qui sont affectées par l'alcoolisme sont deux régions non viticoles: la Bretagne et le Nord. Tout l'art de déguster ne réside pas dans la quantité "ingurgitée" mais dans la qualité des vin bus. Je suis breton, certes, mais l'abstinence et l'art de recracher quand on déguste sont des critères essentiels dans l'oenophilie. De fait, j'ai beaucoup de plaisir à ouvrir une bouteille le week-end entre amis, en famille. Je ne cache pas que pour progresser dans la connaissance du vin, il n'y a pas 36 solutions: il faut beaucoup déguster, à l'aveugle, entouré d'amateurs comme de professionnels.

alucard2 | 17.10.2008 - 15h53
Pouvez-vous me conseiller quelques vins afin de parfaire ma cave (à prix abordable j'entends (15 - 20€ max))
Sortez des sentiers battus, intéressez-vous à des régions peu connu
es. En blanc, goûtez le cépage Chenin de chez Didier Richou (en Anjou), celui de Jo Pitton, le savennières de la Coulée de Serrant. Toujours en blanc, il faut déguster le Chardonnay du Mâconnais (Pouilly fuissé de chez Dominique Cornin ou celui du domaine Mathias). On goûtera également des blancs du Luberon (cépage Rolle, Chardonnay) ou de la Bastide du Claux. Les vins d'Alsace bio du domaine Becker ou de chez Seppi Landmann. En rouge, à Cahors orientez vous vers le Clos Troteligotte et ses Malbecs fins, fruités et amples. En Languedoc: appellation Saint Chinian, Faugères (domaine des Estanilles), Cabrières, Montpeyroux (Marc Cros, Alain Chabalon)ou terrasse du Larzac... En Rhône: avez-vous goûté des Cairannes, des Vinsobres, des Visans, des "villages" comme le domaine de la Millières ? En Loire: c'est l'époque des Chinon (Baudry, Aillet, Pérais-Sourdais...), des Saint Nicolas de Bourgueil (David Drussé), des Saumur (Thierry Germain ou le domaine Saint Nicolas à Varrains...). Il est également très intéressant de posséder des Rivesaltes, des coteaux de L'Aubance, des vendanges tardives d'Alsace, des vins liquoreux avec une belle acidité à déguster avec des desserts ou à l'apéritif pour ces dames.

charlot | 16.10.2008 - 12h06 Quel est le meilleur rapport qualité prix chez Nicolas en rouge?
Je n'en ai aucune idée puisque je ne fréquente pas les magasins Nicolas. Je vous invite à vous rendre chez un petit caviste qui possède des vins de propriétaires, de vignerons qu'il connaît, et qui prendra le temps nécessaire pour vous conseiller sur le rouge ou le vin qui vous convient. Dites-moi où vous habitez, je vous conseillerai des cavistes!

darm | 17.10.2008 - 15h24
La viticulture est-elle touchée par la crise?
Oui et non! On trouve des régions qui n'ont absolument pas à se plaindre des effets de la crise du vin ou de celle du pouvoir d'achat, comme la Champagne, la Bourgogne ou le Medoc. Je pense qu'en Loire il y a des vignerons qui s'en sortent très bien de par la qualité de leur travail, leur
notoriété. Ce qui les rend à l'abris des difficultés que rencontrent certains en ce moment. Pour contraster, il y a une région comme le Languedoc où l'on a demandé à des vignerons d'arracher des vignes et donc de quitter le monde de la viniculture, ce qui est pour eux un véritable crève coeur. Il faut savoir qu'il y a des primes allouées par l'Europe pour arracher des vignes afin de réduire la production française et j'espère tendre vers une production de qualité. Je pense qu'un certain nombre de vignerons se sont remis en question en s'adaptant au nouveau marché (le "Nouveau Monde") en développant des sites internet, en acceuillant les touristes chez eux, en organisant des dégustations de plus en plus régulières. Le vigneron d'aujourd'hui ne peut plus se satisfaire de travailler dans ses vignes, il doit être également un commercial ouvert sur le monde.

alucard2 | 17.10.2008 - 15h53
Combien de temps peut-on conserver un rosé ou un muscat?
Par définition un rosé ne se garde pas. Il doit être bu dans son année, le plus vite possible parce que c'est un vin qui n'est pas très tannique, qui n'est pas vinifié comme un vin rouge ou un vin blanc. C'est un vin rafraîchissant, fruité et qui s'accorde à merveille l'été à l'apéritif ou sur les viandes (grillades). Par contre on peut trouver des rosés en France, notamment en Provence ou d
ans le Languedoc dotés de plus de concentration, de corps, de matières ce qui leur permettra d'évoluer dans le temps.

lucmentin | 17.10.2008 - 16h06
Le champagne se conserve-t-il bien ?
Le champagne est un vin à part entière, élevé sur de bons terroirs, vinifié par de bons vignerons, le champagne se garde donc très bien. Cependant il peut perdre son effervescence et deviendra un vin qu'on accordera avec des mets et avec des plats parce qu'il gagne en complexité, perd son côté festif (les bulles) et développe des arômes qu'on ne lui connaît pas encore quand il est jeune.

alucard2 | 17.10.2008 - 15h53
Le beaujolais nouveau peut-il être considéré comme un grand vin?
Pas exactement le beaujolais nouveau c'est surtout un vin de fraîcheur, de copains, fruité. C'est un vin qui fait partie intégrante de la culture vinicole française. Si on considère qu'un grand vin est issu d'un grand terroir tel que le Médoc la Bourgogne ou le Rhône, alors on considérera le Beaujolais comme un vin "modeste". Ceci dit il faut s'intéresser
à la région Beaujolais et goûter notamment des Morgons, des Brouilly, des Fleury... Je conseille d'ailleurs les vins de Didier Desvignes qui fait des vins élégants, racés et délicieux!

Le chat est fini...

 

Mots-clés :

Aucun mot-clé.