Guillaume Duval, rédacteur en chef du mensuel Alternatives Economiques
Guillaume Duval, rédacteur en chef du mensuel Alternatives Economiques - C.GONTHIER // 20 MINUTES

Cédric Garrofé & Mathieu Bruckmüller

[Le chat est terminé]
 
Bon voilà ça se termine. Merci à vous pour vos excellentes questions autour de ce sujet complexe mais central pour notre avenir du «modèle allemand». Vous trouverez des réponses plus complètes et plus précises dans le livre «Made in Germany» aux éditions du Seuil (voir par ici) mais n’hésitez pas aussi à poursuivre le dialogue si vous le souhaitez sur ma page facebook (voir par ici) et vous pouvez également retrouver ces questions chaque mois dans le magazine Alternatives économiques. Bon week end à tous et à toutes, malgré le froid...
 
TARABISCOTE: Le compte en banque de l'Allemagne se porte bien. Mais celui des Allemands? Je pense qu'avec 30 millions d'habitants en plus, la France ne peut pas lutter. Les Français ont perdu depuis un certain temps le plaisir d’aller travailler. Ils se sentent floués par des entreprises qui payent peu aux vues des profits. Vous rajoutez le bourrage de crâne des syndicats, vous obtenez une main d'œuvre française, robotisée. Qu’en pensez-vous?
Le compte en banque des Allemands va bien (ils sont comme les Français, des champions du monde de l’épargne) mais ils n’ont pas investi cette épargne en Allemagne même: ils l’ont prêté au reste de l’Europe. Or les politiques d’austérité excessives que le gouvernement allemand impose actuellement aux pays en crise d’Europe est en train de détruire leurs économies.  Et le risque est grand que du coup, les épargnants allemands perdent au bout du compte leurs économies: c’est le paradoxe actuel, les politiques voulues par Angela Merkel, sont contraires aux intérêts véritables des Allemands. 
 
Pour le reste, l’Allemagne ne compte actuellement que 15 millions d’habitants de plus que la France et devrait en avoir moins d’ici une trentaine d’années. Mais c’est vrai que les modes de management autoritaires des dirigeants d’entreprise français ne permettent guère de motiver les salariés et contribuent beaucoup à nos difficultés actuelles.
 
Lawrence: Bonjour, j'aimerais savoir quels secteurs d'activités, à l'instar de l'industrie allemande, pourraient permettre l'essor économique de la France à long terme?
C’est une excellente question ;-) et la réponse n’est pas aisée... L’agroalimentaire probablement, à condition de ne pas continuer à privilégier une agriculture chimique de basse qualité, mais aussi l’aéronautique, le cinéma, les jeux-vidéo et tout un tas de choses à inventer...
 
lokken: Bonjour, est-il vrai que l'industrie allemande est tellement performante qu'elle est en pénurie d'ingénieurs en R&D?
Oui c’est vrai, mais pas seulement parce que l’industrie est performante. C’est aussi parce qu’il y a simplement très peu de jeunes Allemands sur le plan démographique et aussi que les jeunes Allemands se sont plutôt détourné des études scientifiques et techniques ces dernières années pour se tourner vers la finance, le droit, le marketing, les sciences po...
 
La sensibilité écolo des allemands a joué en particulier un rôle dans ce désamour mais les pouvoirs publics Allemands essaient de corriger le tir.
 
azadian4: Suivre le modèle allemand? Avec quoi dans les mains? Nos cultures ne sont-elles pas trop éloignées? Sans parler des mentalités! Qu’en pensez-vous?
Ces histoires de “modèles” à suivre marchent en effet rarement, du fait d'histoires très différentes. Il y a néanmoins des éléments positifs importants qu’on peut et qu’on doit chercher à adapter aussi chez nous et notamment le rôle beaucoup plus important des représentants des salariés dans les entreprises avec un droit de veto des comité d’entreprise (notamment sur les restructurations) et la présence d’une moitié de représentants des salariés dans les conseils d’administration des entreprises à côté d’une moitié de représentants des actionnaires. C’est notamment pour ça que les entreprises allemandes ont des politiques moins court-termistes que les autres. Les salariés français ne sont pas plus bêtes que leurs collègues allemands!
 
lekhmervert: L'industrie a toujours été la spécialité de l’Allemagne, et l'agriculture et l'artisanat de luxe sont celles de la France. Les deux pays ont leur histoire propre. Pourquoi toujours vouloir copier ce qui se passe chez le voisin?
En effet. Les succès de l’Allemagne s’expliquent surtout par une spécialisation industrielle très particulière (et qui date de bien avant Schröder). Les Allemands sont en particulier très forts pour produire des machines: ils représentent ⅓ des gens qui produisent des machines en Europe contre 8% en France, 4 fois moins (voir par ici). Du coup ils ont profité à fond de l’explosion de la demande des pays émergents quand les usines ont poussé comme des champignons au Brésil, en Inde, en Chine... Quand Renault construit une usine à Tanger au Maroc, ce sont aussi des machines allemandes qu’elle installe...
 
Mais le problème aujourd’hui c’est que l’Allemagne exporte aussi plus d’agroalimentaire que la France. Il ne faut à coup sûr pas chercher à avoir la même spécialisation industrielle que l’Allemagne mais il faut trouver des spécialités françaises qui permettent d’exporter suffisamment pour pouvoir continuer à s’offrir ce que nous ne fabriquons plus et ce n’est pas évident: nous avons un déficit commercial en biens manufacturés qui tourne autour de 40 milliards d’euros (+70 pour l’énergie). En face, l’excédent touristique ne représente jamais que 8 milliards d’euros. S’il faut compter seulement sur le tourisme pour équilibrer nos comptes il va falloir accueillir beaucoup de touristes américains, chinois, indiens… en plus…
 
Scribidouille: Le taux de chômage faible masque 3 réalités: les départs en retraite massifs avec le problème du financement, le manque de personnes qualifiées et la précarité/mi temps en très forte hausse. Qu’en pensez-vous?
Le faible taux de chômage allemand est lié d’abord à une démographie en baisse: l’Allemagne a perdu environ 500.000 habitants depuis l’an 2000, tandis que la France en a gagné 5 millions. Pour stabiliser le chômage, il faut créer beaucoup plus d’emplois en France chaque année qu’en Allemagne (qui en a d’ailleurs créé beaucoup moins que la France depuis vingt ans (Voir par ici).
 
Les Allemands travaillent aussi moins longtemps que nous (et ça aide à avoir moins de chômage) car ils ont davantage réduit leur temps de travail depuis 20 ans que nous malgré les 35 heures (voir par ici ). Cela surtout en effet parce qu’il y a beaucoup plus de temps partiel féminin et même de temps très partiel en Allemagne qu’en France (voir par ici). Les minijobs à moins de 400 euros par mois déjà évoqués, contribuent également à expliquer le faible niveau de chômage allemand qui va de pair avec un haut niveau de pauvreté.
 
jef007: Depuis qu'Angela Merkel est au pouvoir, quelle a été l'évolution du nombre de personnes vivants en dessus du seuil de pauvreté? Si ce nombre a augmenté, quelles en seront les conséquences sur le long terme?
C’est surtout le social-démocrate Gerhard Schröder, au pouvoir de 1998 à 2005, qui est responsable d’une hausse très forte de la pauvreté en Allemagne (Le taux de pauvreté est passé de 12 à 15% au dessus de la France). Depuis qu’Angela Merkel est au pouvoir, ce taux s’est stabilisé à ce haut niveau.
 
A long terme, il est probable que cette hausse de la pauvreté et des inégalités aura des répercussions très négative sur la compétitivité allemande qui reposait pour une part significative sur une forte cohésion sociale associée à des inégalités significativement plus faibles (avant Schröder) qu’en France et dans les pays d’Europe du Sud. L’Allemagne va être confrontée en particulier au cours des prochaines décennies à un retour important de la pauvreté parmi les personnes âgées du fait des réformes des retraites très restrictives adoptées au cours des dernières années.
 
lekhmervert: Où est l'Allemagne quand «ça pète» quelque part dans le monde? L'Allemagne ne serait-elle pas un géant économique mais un nain politique, militaire et diplomatique? Est-ce le fait que l'Allemagne est un pays qui a une population très vieille, ou serait-ce plutôt le fait de son histoire, notamment au cours du XXe siècle?
Ce n’est pas tout à fait exact: il y avait des soldats allemands en ex-Yougoslavie et en Afghanistan. Mais c’est vrai que les Allemands dépensent beaucoup moins que nous pour la défense et que c’est une des explications importantes du fait qu’il y ait moins de dépenses publiques en Allemagne qu’en France.
 
C’est lié bien sûr à leur histoire meurtrière au cours du XXe siècle mais il y a clairement aussi aujourd’hui la tentation égoïste de devenir une sorte de grande Suisse industrielle dans la mondialisation, l’espoir de faire un maximum de business sans avoir à assumer les responsabilités correspondantes en matière de sécurité pour ne pas avoir à en supporter les risques politiques et les coûts économiques...
 
Goganjin: Juste une question concernant les «sous-salaires» allemands (des gens payés 3-4 euros de l'heure): est-ce vrai? Est-ce que ces gens s'en sortent ou survivent plus qu'autre chose? Sont-ils aidés par l'État? Ou est-ce plutôt des «mini-jobs» ressemblant à ce que Sarkozy voulait mettre en place?
Oui, c’est vrai. L’Allemagne n’a pas de SMIC pour l’instant. Il y a des conventions collectives mais elles ne s’appliquent qu’aux entreprises qui adhèrent aux syndicats patronaux (alors qu’en France elles sont étendues par l’Etat à tout le monde). Beaucoup de petites entreprises et notamment dans les services les cafés, les restaurants...ne sont pas soumises à ces conventions. On estime que 3 millions d’Allemands (surtout des Allemandes en fait) travaillent pour moins de 6 euros de l’heure. C’est notamment pour ça qu’il y a en Allemagne plus de pauvres qu’en France.
 
Cela suscite cependant de plus en plus de débats outre-Rhin et les Allemands devraient prochainement se doter d’un SMIC à un niveau proche du nôtre. Comme quoi, le «modèle français» influence aussi parfois nos voisins ;-) Schröder avait développé en effet ce que les Allemands appellent des «minijobs»: quand on gagne moins de 400 euros par mois, on n’a besoin de payer qu’un tout petit peu de cotisations sociales. Un régime qui regroupe aujourd’hui 5 millions d’Allemands (surtout des Allemandes aussi). De plus les chômeurs de longue durée peuvent être obligé de travailler par le Pôle emploi local pour 1 euro de l’heure (en plus de leurs allocations). C’est ce que les Allemands appellent le «1 Euro Job».
 
--------------------------------------
Présentation du chat:
 
La France doit-elle suivre le «modèle allemand»? Ces derniers mois, notamment durant la campagne présidentielle, les regards se sont souvent tournés vers Berlin, persuadés que le salut de la France passait par l’importation de la recette allemande, moyennant de lourds sacrifices pour restaurer la compétitivité de notre industrie. Pas si simple répond Guillamume Duval, rédacteur en chef d’Alternatives économiques et auteur de «Made In Germany, le modèle allemand au-delà des mythes», publié aux éditions du Seuil...
 
Pourquoi l’industrie allemande défie la crise? Quelles leçons peut tirer la France du dialogue sociale pratiquée outre-Rhin? Les réformes menées au début des années 2000 par le chancelier social-démocrate Gerhard Schröder ont-elles été vraiment bénéfiques?