Vous avez interviewé Alice Audouin, auteure du livre «On entend dire que... L'écologie, c'est fini - Qu'en pensent les experts?»

17 contributions
Publié le 22 février 2013.

VOS QUESTIONS - La spécialiste du développement durable a répondu à vos questions...

[Le chat est terminé]

Je vous remercie vivement. Ces questions étaient très stimulantes pour moi. On peut continuer la discussion sur mon Facebook  et surtout sur mon blog Alice in Warmingland (wwww.aliceaudouin-blog.com). Aujourd’hui, j’essaie de voir comment la culture peut aider tout cela, car le changement est forcément culturel et les arts, la culture, ne sont pas assez actives, visibles sur la construction du monde de demain. Je voudrais finir en vous invitant tous au Domaine de Chamarande, où mon association COAL, qui travaille sur le rapprochement de l’art et de l’écologie, organise un vernissage le dimanche 17 mars. Finir ce chat par l’art ! :-) Quelque chose qui ne soit pas une guerre de camp, mais qui ouvre le champ… L’art, l’imagination, la vision des artistes, la créativité, la fantaisie, ne doivent pas être sortis de toutes ces questions. Nous devons nous tourner aussi vers l’art, pour imaginer un nouveau monde, créer une avant garde culturelle qui dessine ce nouveau monde et qui le rende inspirant! Voilà!

L'écologie de droite ou de gauche, vous y croyez?
L’écologie n’est, selon moi, ni de droite ni de gauche, parce que le réchauffement climatique est un fait. Un fait n’est ni de droite, ni de gauche, c’est un fait. Là où la droite et la gauche interviennent, c’est dans la solution, mais le diagnostic est le même pour tous! :-) Alors, on peut revenir aux vieux schémas, solutions par l’état pour la gauche, solution par le marché par la droite. Aujourd’hui la solution a été bien plus de droite que de gauche et elle n’a pas marché, j’explique pourquoi dans mon livre. Alors aujourd’hui, je pense qu’il faut mettre le curseur à gauche, sur la réglementation, mais pour cela faudrait-il encore avoir un gouvernement de gauche qui comprenne la nécessité de cette règlementation! A l’opposé, je pense que la règlementation est une solution très imparfaite, car je crois à la liberté, la liberté de trouver ensemble une solution, je crois à l’entrepreneuriat, à l’intelligence, la jeunesse. En fait, je pense surtout que ce qu’il faut arrêter c’est justement cette dichotomie droite-gauche, je pense que plus de réglementation et plus d’innovation et de création d’entreprises vertes sont les deux parts de la solution. 
 
Julie : L'écologie n'est-elle pas un luxe de riches?
Oui,  l’écologie, c’est pour partie un luxe de roches, car pour de nombreux biens de consommation, ils coutent plus cher. Mais si on raisonne en termes de « coût global », c’est à dire si l’on intègre dans ce coût celui des impacts environnementaux, ils sont moins chers. Les lasagnes bio sont plus chères, mais qu’évitons-nous? Du cheval, des de EEE, du CO2 lié au transport de tout ce qui est assemblé, et un goût moins bon! On y perd! Coût global, coût global… Il faut toujours avoir cela en tête. Manger sain, c’est nécessaire pour la santé, pour son avenir. Nous devons raisonner à moyen et long terme, et non à court terme. Chez les personnes pauvres, il y en a toujours eu qui ont économisé même sur un petit salaire. Là, c’est pareil, il faut penser à demain, si l’on intègre demain dans ses choix alors ce qui est écolo est moins cher. Par ailleurs, les riches peuvent rendre service, premiers acheteurs, premiers prescripteurs, ils sont une source d’influence, en tant que «early adopters», ils sont importants. Je suis contre le critique de cette écologie pour les riches. Les riches jouissent d’une position dans la société qui les rend influent, à eux d’influencer dans le bon sens, ce sont les premiers à acheter les voitures électriques qui sont chères, et par cet achat, ils lancent la dynamique.
 
ESCALIBURE: L'Allemagne taxe deux fois plus l'électricité que la France, sans avoir des frais énormes de démantèlement de centrales nucléaires. N'est-il pas malhonnête de faire passer des augmentations d'impôts en disant que c'est pour l'énergie renouvelable et ainsi de se contredire sur l'énergie, soit disant pas chère?
Je suis tout à fait d’accord! Notre énergie n’est pas chère parce que ce prix est factice. Si nous rajoutons le coût du démantèlement et de maintenance, car notre équipement nucellaire est désuet, cela monte! Nous n’avons pas accès aux vrais prix. L’Union Européenne nous critique régulièrement, mais nous n’entendons pas. C’est dommage, que ce ne soient pas les vrais prix, car d’autres types d’énergie, plus écolos, pourraient du coup devenir rentables! J’ai toujours été pour un pôle de l’Etat dans la gestion de l’énergie, mais je me rends compte que, concernant la France, cela n’est plus efficace. Sous prétexte d’énergie pas chère, on a laisse un système se délabrer. Sous prétexte de nucléaire, on n’a pas de tradition de débat public sur l’énergie. Sous prétexte de moins de CO2, le nucléaire garde ses lauriers. Tous cela dans une culture poussiéreuse. Dans mon livre, j’explique cela et j’annonce que le prix du solaire sera égal au prix du nucléaire d’ici 2017. Pourquoi? Parce que notre énergie à la «papy» est de plus en plus chère et que le solaire, aujourd’hui hors de prix, est de moins en moins cher.
 
Laurent: On parle beaucoup de surconsommation de viande. L'ONU préconise de diviser par deux sa consommation de viande; l'élevage étant une catastrophe pour la planète. Qu'en pensez-vous?
Oui, oui et oui! D’abord, nous sommes devenus trop grands. On peut s’arrêter :-) Plus sérieusement, il faut réduire la consommation de viande, pour la planète mais aussi sa santé. Si on réduit déjà à une ou deux fois par semaine, c’est bien! Pour ma part, je n’ai pas supprimé la viande, j’en consomme de temps en temps, je tiens compte de son impact carbone, et au maximum, j’essaie de consommer bio. Je me dis que le bio, c’est un peu plus de plein air et donc de vie décente pour les animaux. La grosse erreur de la culture écolo, c’est d’avoir proposé le tofu comme alternative. Ca ne passe pas (même si, très bien cuisiné, c’est très bon! Mais tout le monde n’a pas Alain Passart à la maison). Oui, nous devons diminuer notre consommation de viande et arrêter avec l’idéologie du mec grand, fort et plein de muscles, dopé à la viande rouge. La force, y en a marre, l’intelligence, la douceur, c’est mieux :-)
 
Biiiiiip: On nous parle beaucoup de panneaux photovoltaïques mais personnes ne parlent de leur recyclage. Quelles sont les possibilités en ce domaine étant donnés que beaucoup contiennent des métaux lourds?
je vois que Biiiiiip pose beaucoup de questions, il va faloir qu’il lise mon livre :-) Je suis bien d’accord, il y a cependant des recherches sur une nouvelle génération de panneaux photovoltaiques, inspirés du mécénisme de la photosythèse. Une autre voie consiste à imaginer des cellules photovoltaiques mais qui ne soient plus sur des panneaux, mais dans des briques, des vitres. Tout cela est en plein essor, à un stade de recherche, mais cela va aller vite. Les Chinois commencent à parler de taxe car leur seuil de pollution devient intolérable, il va y avoir une accélération de la recherche... Bref, je pense que le problème que vous soulevez existe mais que de nouvelles générations pourront partiellement y remédier. Là encore, je suis optimiste! :-)
 
Biiiiiip: Les énergies renouvelables (éoliennes, panneaux PV, etc.) ne peuvent pas remplacer le nucléaire. Quelles sont vos solutions?
Oui, elles ne peuvent pas le remplacer. La triste nouvelle, c’est qu’en France nous n‘avons ni la géothermie, ni l’hydraulique, ni le vent, ni le soleil qui nous permettent d’imaginer une substitution complète. On pourrait déjà progresser sur la biomasse, on exploite mal nos forêts. Nous avons quand même aussi en France de très bonnes idées en termes de biofuel. Je pense à une startup qui en produit à partir du marc récupéré dans les vignes. De plus, si on a de bons deals avec des pays très favorisés sur l’exposition solaire, cela peut changer la donne. Tout est question de dynamique, il faut chercher tous azimuts, le soleil chez nos amis très ensoleillés ou dans nos territoires d’outre-mer, là encore, je suis optimiste, je pense que les jeunes ingénieurs sont en train de mobiliser leurs neurones pour trouver des solutions et que nous, consommateurs, nous évoluons. Pour ma part, je suis cliente Biocoop depuis deux ans, et je pense que c’est un geste très important pour soutenir les énergies renouvelables.
 
Sevada: On nous remet la farine animale dans les alimentations de poissons, on nous ment en permanence sur le bio et les surgelés. Qu'en pensez-vous? A quoi sert la législation?
Je suis d’accord! :-) Mais cela dit, une chose, il ne faut pas se fier à ce que l’on nous dit, mais à nous-mêmes. On se doute bien qu’un plat industriel très transformé où de nombreux EEE figurent sur la boîte, n’est pas bon pour notre santé. On se doute aussi que s’il n’y  pas de pesticides, c’est mieux pour notre santé, et on se doute aussi que donner des animaux aux poissons, cela ne doit pas être une bonne idée… Si l’on agit avec bon sens, pas besoin d’avoir fait des études… Nous pouvons simplement nous dire : «Est-ce normal, ça ?». La législation devrait être plus forte, mais la législation est-elle le reflet des mentalités?  Soyons en tant que consommateurs non pas plus intelligents mais plus «terre-à-terre», cela suffit largement! :-)Noteo propose un pas de géant, c’est la première application qui donne vraiment en direct l’info sur les produits au consommateur, il faut promouvoir cette solution. Si la législation ne fait pas le travail, nous devons agir nous-mêmes.
 
Biiiiiip: Beaucoup d'écologistes souhaitent démocratiser l'usage des voitures électriques. Comment pourrions-nous faire, en se passant de centrales nucléaires et en sachant que lors des pics hivernaux, nôtre production est déjà aux limites sans voitures électriques?
La voiture électrique est selon moi une avancée, même si les plus écolos la critiquent. Elle commencera à devenir vraiment une solution le jour où l’alimentation en électricité sera produite localement, il faudrait idéalement connecter la voiture à une habitation à énergie positive, là je pense qu’un système peut commencer à être vraiment vertueux, Mais sinon, pas de bruit, pas d’odeur, pas de particules, c’est déjà super comme progrès. Par ailleurs, plus la fabrication avancera, moins elle consommera d’électricité, donc on peut imaginer à terme qu’elle ne menacera pas les choses au point où vous l’imaginez. Aujourd’hui, j’ai décidé d’être optimiste ! :-)
 
Maubert: Est-il possible, selon vous, de lier la crise à l'écologie? En effet, actuellement, si les Français semblent en avoir cure de l'écologie c'est car ils sont préoccupés par d'autres choses, la crise, le chômage, le pouvoir d'achat... L'écologie peut-elle remédier à ces problèmes selon vous?
 Là aussi, c’est drôle de lire cette question juste après ma réponse à la question à celle d’avant, il y a de belles coïncidences dans ce chat! :-). La seule manière de ne pas opposer social et écologie, c’est de les concevoir comme liés, et la définition de ce lien, c’est le développement durable. Tant que l’on raisonnera avec l’écologie d’un coté et le social de l’autre, on ne pourra pas avancer. Dans mon livre, je cite deux personnes hyper compétentes et qui luttent sans cesse contre la séparation entre social et écologie, il s’agit des économistes Eloi Laurent et Guillaume Sainteny, il faut les lire :-). Il y a la pratique et la théorie. Si dans la pratique la lutte contre la précarité énergétique réunit bien ces deux univers, en théorie, je crois à la social-écologie dont parle Eloi Laurent. Et il faut rendre hommage aussi à Mélenchon, qui essaie aussi de faire avancer un duo social et écologie. Maintenant, l’écologie peut-elle régler la crise? Oui, je crois aux emplois verts, je crois surtout que si nous n’avançons pas plus vers le développement durable, nous allons perdre encore plus d’emplois, c’est une solution mais aussi une mesure préventive.
 
JC34: Quel bilan peut-on faire du Grenelle de l'environnement sous Sarkozy? Le nouveau plan pour l'environnement lancé par Hollande, vous y croyez vraiment? Hollande va-t-il nous faire du Sarkozy?
Je pense que le Grenelle était un projet fou et que le plus fou est qu’il a partiellement réussi. Moi qui suis vieille :-), j’ai assisté à ce moment historique je peux dire que vraiment, c’était une initiative exceptionnelle. Aujourd’hui, on a le débat sur la transition énergétique, il y a des personnes vraiment très bien dans ce train là, comme Alain Grandjean, Laurence Tubiana, je croise les doigts pour qu’ils aient de l’influence. Depuis le Grenelle, les choses se sont aggravées, les prévisions de réchauffement sont pires, et des gourous positifs sont apparus, comme Jeremy Rifkin, on commence à voir des grands systèmes qui apparaissent comme des solutions. La présence de Pascal Canfin au gouvernement est également un excellent signe. De même pour Cécile Duflot. Pour être sincère, concernant François Hollande, j’attends… J’essaie de ne pas désespérer ! :-)
 
Leostock: J'imagine que vous ne pensez pas que l'écologie soit terminée. Pourquoi? Quels seraient les moyens selon-vous pour qu'elle revienne en tête des préoccupations des Français?
Bien-sûr, l’écologie n’est pas terminée, mais je dis que son isolement, sa position en tant que niche, doit s’arrêter. Pour cela, elle doit repartir de la notion de développement durable, qui propose une intégration de l’écologie dans un dialogue avec l’économique et le social. Beaucoup critiquent le développement durable, mais il faut ouvrir les yeux: il est la chance de renouveau de l’écologie.
 
Julie C: Comment expliquez-vous l’échec des écologistes aux dernières élections?
Selon moi, c’est l’erreur de ne pas avoir choisi Nicolas Hulot, et j’explique cela par le fait que lorsque Cohn-Bendit a lancé Europe écologie, il a eu la mauvaise idée de vouloir rallier les Verts, je pense que si les Verts n’avaient pas été dans l’aventure d’Europe écologie, Hulot aurait été choisi. Eva Joly était de qualité mais avait moins d’atouts pour rallier qu’hulot. De plus je pense qu’elle na pas fait une très bonne campagne. Tout était dans le choix du candidat, selon moi.
 
Meopj23: Le problème des écologistes en France, n'est-ce pas qu'ils sont trop dispersés et qu'il n'y a pas de vrai leader actuellement en France? A mon sens Cohn-Bendit aurait pu l'être mais il ne semble jamais avoir voulu jouer les premiers rôles.
C’est drôle de lire cette deuxième question après avoir répondu à la première :-) oui, il avait du charisme, et aujourd’hui, je trouve que par exemple, Michèle Rivasi en a beaucoup, ce sera peut-être elle, la relève? Elle est très présente dans les medias en ce moment, elle est très militante, mais version charme, bon sens, et hyper sympa, personnellement je parierais sur elle si j’étais chez EELV.
 

---------------------

Présentation du chat:

Entre les piètres scores des écologistes aux dernières élections, la crise économique qui relègue l’environnement au bas de l’échelle des préoccupations des Français et les sommets internationaux sur le climat qui vont d’échec en échec, l’écologie semble mal en point. 

Mais est-elle finie? Alice Audouin, qui a participé à la création de Novethic, premier média sur la responsabilité sociale des entreprises, et responsable développement durable dans un grand groupe de communication, s’est posée la question dans son ouvrage On entend dire que... L’écologie c’est fini.
 
 
Audrey Chauvet & Cédric Garrofé
Newsletter
La MATINALE

Recevez chaque matin
l'actualité du jour

publicité
publicité
publicité

publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr