Vous avez interviewé Jean-François Amadieu, auteur de «DRH: le livre noir»

24 contributions
Publié le 18 janvier 2013.

VOS QUESTIONS - Le sociologue français a répondu à vos questions...

 [Le chat est terminé]
 
Il y a encore beaucoup d’injustices et de discriminations au travail. La perfection n’existe pas et les DRH sont souvent de bonne volonté mais il est temps de franchir une étape pour plus de justice sociale et de qualité. Il ne s’agit pas du tout d’accabler les DRH mais de dire ce que l’on doit rapidement changer avec l’aide des DRH, conscient des problèmes, des syndicats et de l’état. En fait l’enjeu ce n’est pas le milieu des RH mais l’emploi, le salaire, la carrière et l’évaluation de chacun d’entre nous. Jean-François.
 
Shimosan: Pourquoi la mentalité française consiste à obliger un candidat à avoir un CV copié collé de l'annonce pour laquelle il postule? Par exemple, dans le marketing, qui est un domaine transversal, pourquoi est-ce si compliqué de changer de secteur d'activité alors que les techniques de vente sont souvent similaires? Comme si le changement de secteur d'activité mais avec des compétences identiques serait impossible!
Oui, les évolutions sont bloquées. Pour faire mieux, il faudrait que plus de recruteurs fassent passer des tests qui mesurent des compétences génériques. Si l’on s’attache aux compétences et pas seulement à la lecture du CV, on fait un meilleur travail de recrutement. C’est pourquoi la méthode par simulation de pôle emploi est bonne, ou les mises en situation ou tests d’aptitudes. Les plus de 45 ans, ceux qui sont peu diplômés, ou encore ceux qui ont fait des études très spécialisées sont les premières victimes de recrutements ne consistant qu’à lire rapidement un CV.
 
Demogratte: J'ai un peu de mal à comprendre cette condamnation de la graphologie. En effet, j'ai eu à passer dans ma carrière un tel examen. J'étais assez incrédule, voire même en colère d'être «réduit» à mon écriture et n'avais guère de sympathie pour ce que je considérais comme du charlatanisme. Je me suis prêté au test de bonne grâce, ai eu connaissance des résultats et ils étaient étonnants, pertinents et ajustés...
Votre expérience c’est l’effet dit «Barnum» qui fait que pour la graphologie ou l’astrologie on est en général convaincus que le descriptif nous correspond très bien. Nous avons tous connu ce sentiment étrange, moi aussi, comme mes proches, sur l’astrologie notamment, mais évidemment je sais que c’est une pure illusion.
 
Nicolas: J'ai vécu au Canada ou le système de recrutement dans les entreprises est totalement différent par rapport à la France. Prenons simplement l’exemple du CV où l’ont ne doit surtout pas mettre sa photo ou sa date de naissance. Aussi, le bénévolat est nettement plus valorisant sur un CV qu'ici, en France. Quel regard portez-vous sur ces différences pratiques? La France a-t-elle vraiment un (ou même plusieurs) train(s) de retard?
Oui, merci de le signaler, nous sommes en retard sur d’autres pays. La photo, l’adresse l’âge, le sexe, la situation de famille sont indiquées. A quand des CV anonymes (comme une copie du Bac) et des tests professionnels (comme le fait pôle emploi avec de grandes firmes) pour gagner en objectivité?
 
Catherine - Je viens d'être sanctionnée par une «non prime» malgré mon investissement, mes heures non comptées. J'ai donc demandé les raisons d'une telle décision et là, les arguments restent flous, mon investissement ne serait pas suffisant. Le lendemain, deuxième entretien. J'annonce que je demande une rupture conventionnelle... Et là, le discours et tout autre. Je suis un bon élément, avec un caractère apprécié, des compétences reconnues que d'autres n'ont pas. Pourquoi une telle attitude?
La majeure partie des salariés partage votre sentiment de non reconnaissance du travail en particulier «en euros» (c’est pourquoi on souhaite vous garder dans cette entreprise mais en dépensant moins). Le problème des entreprises et de la fonction publique est la mauvaise qualité et la subjectivité des méthodes d’appréciation de la performance. La jurisprudence se développe du reste sur ce sujet.
 
Emeraldo: Avez-vous eu des retours de la part de DRH français après la sortie de votre livre? Que vous ont-ils dit? Ils n’ont pas du beaucoup apprécier...
Certains sont conscients qu’il faut franchir une nouvelle étape, par exemple, le président de leur association (ANDRH) Jean-Christophe Sciberras, qui est le DRH de Rhodia.
 
Tehena: Vous évoquez le physique. Un bel homme ou une belle femme, aurait plus de chance d'être recruté(e). J'ai récemment lu une étude qui évoque des résultats inverses - pour les femmes. Elles ne seraient pas recrutée par les chargées de recrutement (femme) sur l'a priori «tout dans le physique et rien dans la tête» et... par jalousie. Qu'en pensez-vous?
Seule l’étude menée en Israël indique cette discrimination des belles candidates. Pour le reste, les hommes beaux en Israël sont favorisés. Dans toutes les autres études, même pour les femmes, mieux vaut être beau pour réussir.
 
EcceHomo : Les techniques et démarches citées dans l'article sont-elles l'apanage des métiers demandant un certain niveau d'étude (ingénierie, tertiaire, finances...) ou bien est-ce que les recrutements pour d’autres métiers, comme le bâtiment, l’industrie, l’artisanat sont également gérés de cette façon?Je suis moi-même chaudronnier et je me demande dans quelle mesure la graphologie ou mon physique pourraient aider à me choisir plutôt qu'un autre?
Pour les emplois industriels et ouvriers, la graphologie est rare. En revanche, les effets de réseau jouent (amis, famille …) et les apparences aussi (look visage, poids, origine). L’âge, être un sénior, provoque une très forte discrimination (voir la dernière étude du Défenseur des droits, publiée cette semaine). 
 
Legol34: Bonjour, la thématique de votre livre est très intéressante. Pourriez-vous nous raconter une anecdote, qui vous a particulièrement marqué au cours de votre enquête?
Question d’un recruteur à un candidat lors de l’entretien pour embaucher des conducteurs de bus: «Qui est le secrétaire général de la CGT?» Si le candidat donne la bonne réponse, il n’est pas recruté!
 
Pierreplume : Les RH recrutent, mais accompagnent aussi les promotions, choisissent les gens pour les missions sensibles de l'entreprise, etc. Tous ces processus impliquent de faire des choix. Or par essence, choisir, n’est-ce pas discriminer?
En France, comme dans les autres pays, un droit de la discrimination s’est imposé qui rend illégal le choix sur certains critères (19 en France). La sélection, le choix, n’est pas nécessairement discriminant: on peut choisir le plus compétent, le plus intelligent, le plus professionnel des candidats sans discriminer. Et puis, pour les missions sensibles, comme je l’explique dans mon livre, il faut distinguer avec les bonnes méthodes les candidats fiables et les autres; ce n’est pas discriminer. La tête de quelqu’un ou le fait qu’il soit gros ou noir de peau ne sont pas des critères légaux et pertinents.
 
Letus : Hélas le monde des RH, dans le public ou le privé, n'est guère différent des autres. Ce sont le népotisme et la subjectivité flagrante qui dominent. Les recruteurs privilégient toujours ceux qui leur ressemblent le plus tant au niveau trait de caractère que formation. Par contre, il y a un grand doute sur le recours à la graphologie ou à l'astrologie que révèle votre livre, car aujourd'hui cette pratique d'avant l'ère internet semble avoir disparu dans 99% des cas. Qu'en pensez-vous?
En effet je parle surtout des effets de réseau pour le recrutement, les salaires ou les carrières. Pour la graphologie, qui heureusement depuis 20 ans est moins pratiquée, elle existe encore. En 2007, 70% des cabinets de recrutement la pratiquaient et 5% l’astrologie en province. En «volume», toutefois, il est vrai que cette pseudo technique est peu utilisé. Néanmoins, un cadre sur 10 recruté dans la banque déclare avoir passé un test de graphologie. La question est surtout de savoir comment cet ésotérisme  a été possible et pourquoi le journal officiel a reconnu en 2001 cette «technique». C’est aux bons recruteurs et aux bons DRH de changer les normes.
 
Laurence: Rien qu'en lisant le résumé du livre je suis en colère. Vous faites une «super» pub aux DRH... Comment doit réagir la DRH que je suis et qui est équitable dans ses missions au quotidien? C'est comme le slogan «patron voyou», tous dans le même panier. Comment faire pour que les salariés de mon entreprise n'aient pas cette image de leur DRH que vous décrivez et qui est très généraliste?
Un titre provocateur, c’est vrai mais le but est que les DRH de qualité fassent bouger les choses, par exemple prohiber la graphologie, mettre en place la loi sur les CV anonymes, discuter avec les syndicats les méthodes d’évaluation du personnel. Les salariés ont en effet le sentiment d’être mal reconnus. 
 
L34 et Dragon007- Le service des ressources humaines est plutôt mal perçu par les salariés dans les entreprises. Le conçoivent-ils? Font-ils des efforts pour évoluer? Un DRH vraiment heureux cela existe-t-il?
Les DRH savent qu’ils ont une image qui n’est pas la meilleure. Les pratiques dans les grandes firmes en particulier ont beaucoup progressé notamment pour éviter les discriminations depuis 2005. Le problème est que pour aller plus loin ils doivent diffuser partout les bonnes pratiques et condamner ce qui est inadmissible. Pour les DRH de bonne volonté c’est une situation difficile car ils sont souvent dépendant de leur direction, des financiers, de l’actionnaire.
 
-----------------------------------
 
Présentation du chat:
 
Comment se décident les embauches? Pourquoi certains salariés, plutôt que d'autres, à compétences égales (et même parfois inférieures) arrivent-ils à gagner plus et évoluer plus rapidement dans leur carrière? 
 
Avec «DRH: le livre noir» (Editions du Seuil), le sociologue Jean-François Amadieu publie une véritable plongée dans le monde des RH et nous livre des méthodes que l'on connaît (graphologie, sélection au nom...) et d'autres que l'on connaît moins: tri des CV en fonction de la photo, de l’adresse, incursions dans la vie privée, recours à la graphologie, à l’astrologie ou la numérologie...
 
Une étude à charge qui démontre que les entreprises françaises discriminent à tour de bras...
 
Jean-François Amadieu est professeur à l'université Paris I Panthéon-Sorbonne et spécialiste dans les questions de recrutement. Il dirige l'Observatoire de la Discrimination qui vise à mesurer et étudier les discriminations en France dans le domaine de l’emploi, pour l’essentiel.
 
 

 

C.G.
Mots-clés
Newsletter
La MATINALE

Recevez chaque matin
l'actualité du jour

publicité
publicité
publicité
publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr