Vous avez interviewé Anne Susset, du collectif «Oui Oui Oui»

74 contributions
Publié le 11 janvier 2013.

VOS QUESTIONS - La représentante du collectif a répondu à vos questions...

Le chat est terminé 

Merci aux internautes pour leurs questions constructives, il arrive que ce débat ne permette pas l’échange serein d’arguments réfléchis, j’espère que ce fut le cas ici. J’espère surtout que certain.e.s comprendront l’absurdité de descendre dans la rue pour s’opposer à l’obtention d’un droit pour certain.e.s qui n’enlève rien à leurs droits à eux/elles. A l’inverse, nous comptons sur la mobilisation de tous ceux pour qui l’égalité des droits ne se discute pas le 27 janvier prochain.

Cyfecile: Que pensez-vous du retrait de la PMA du projet de loi présenté par le PS? 
Je pense que c’est encore un regrettable atermoiement de la part d’un gouvernement qui a multiplié les lâchetés sur ce sujet. L’attitude du PS depuis plusieurs mois a permis le déferlement d’homophobie que nous ressentons aujourd’hui, et que nous allons encore subir ce weekend. C’est inadmissible quand on sait que c’est un engagement pris depuis très longtemps et que le gouvernement dispose de tous les moyens législatifs pour le mettre en œuvre.
 
Laurent: Ne faudrait-il pas - contrairement à ce que propose votre association - dissocier mariage, adoption et PMA pour favoriser le débat? Les Français semblent favorables au mariage pour tous mais semblent également plus réservés sur l'adoption et la PMA.
Je comprends votre argument en termes de stratégie politique. Néanmoins, ce que nous réclamons aujourd’hui, c’est la stricte égalité. Ni plus, ni moins. Or, cela passe aussi par le droit à l’adoption et à la PMA. Nous contribuons à la solidarité nationale à part entière, nous refusons d’en bénéficier à moitié.
 
Reholas: Que pensez-vous d'un groupe comme Civitas? Est-il normal que ce groupe existe encore?
Je pense que ces gens sont fous, mais surtout qu’ils sont très très peu nombreux. Leur visiblité depuis quelques mois est bien supérieure à leur représentativité dans la population. Il est de la responsabilité des médias de ne pas leur donner plus d’importance qu’ils n’en ont. Je vais donc immédiatement arrêter de parler d’eux ;-)
 
Leila: Notre société, qui reste assez conservatrice, est-elle, selon vous, prête à accepter le mariage d'abord, mais aussi l'adoption et la PMA pour les homosexuels?
Je pense que la société est prête bien sûr. Ces droits sont passés dans des pays (l’Espagne, la Belgique, et bien d’autres) qui sont tout de même très proches de la société française et elles ne se sont pas écroulées! Mais je crois aussi que parfois la loi peut devancer l’évolution de la société. Les Français.es n’étaient pas prêt.e.s en 1981 à abolir la peine de mort. Pourtant le gouvernement l’a fait, et très rapidement c’est devenu une évidence pour l’immense majorité, et ce n’est plus remis en question aujourd’hui.
 
Paul: Croyez-vous que l'homophobie pourrait diminuer de façon significative avec l'extension du mariage aux homosexuels?
Oui, je crois que cela permettrait en quelque sorte de «banaliser» les couples homosexuels, de les rendre plus visibles. Je crois que beaucoup de l’homophobie que nous ressentons aujourd’hui vient d’une méconnaissance des gens. Je suis persuadée que beaucoup réviseraient leur jugement s’ils connaissaient un.e homosexuel.le et pouvaient constater que peu de choses les séparent finalement, en termes de valeurs, de mode de vie, etc.
 
Neillia: Pourquoi ne pas faire un référendum qui éclairerait tous les Français? Puisqu’on nous dit que le mariage pour tous est accepté par la majorité des Français, cela aurait le mérite d'être clair. Non?
Le droit au mariage pour tou.te.s était un engagement de campagne clair et sans ambigüité de François Hollande. Une majorité de Francais.es a voté pour lui en connaissance de cause, je crois que l’opinion publique s’est déjà prononcée sur ce sujet par la voie électorale. Les représentant.e.s élu.e.s doivent maintenant faire ce pour quoi ils/elles ont été élu.e.s.
 
Cyfecile: On a relativement peu entendu la parole des lesbiennes dans les grands médias, à propos du projet de loi en cours. Quelle est la place des lesbiennes dans la mobilisation et les revendications portées par le mouvement homosexuel actuellement? Y-a-t'il des spécificités dans les revendications des filles et des garçons?
Les lesbiennes sont extrêmement mobilisées dans les combats actuels. Elles composent d’ailleurs la grande majorité du collectif «Oui Oui Oui pour l’Egalité» que je représente aujourd’hui. Néanmoins, elles souffrent d’une double invisibilisation de la part de la société et des médias, en tant que femmes et en tant qu’homosexuelles, ce qui explique qu’on les voit et les entend moins. Les grandes associations de défense des droits LGBT sont encore dirigées par des hommes et il est parfois difficile pour les filles de se faire entendre.
 
Emilie: Que devront répondre des parents homosexuels à leur enfant qui leur demande: «Comment on fait les bébés?». 
Ils pourront répondre exactement la même chose que les parents hétérosexuels: un bébé est créé par la fécondation d’un ovule par un spermatozoïde. Ensuite, il est élevé, éduqué, soigné, veillé, accompagné, consolé par des gens qui deviennent ainsi ses parents.
 
kingofthebongo: Êtes-vous favorable à la pluriparentalité (un enfant peut avoir 3 ou 4 parents) comme cela est en train d'être voté aux Pays-Bas? Qu’en pensez-vous?
Je pense que la loi doit s’adapter aux nouvelles formes des familles et de la parentalité afin de ne laisser personne en situation de vulnérabilité. Des formes de coparentalité existent déjà et il est essentiel que ces familles puissent être reconnues et protégées, pour le bien de l’enfant et des parents. Il est des endroits dans le monde où l’on considère qu’il faut tout un village pour élever un enfant...
 
Bonjour Madame Susset, pensez-vous que le développement de la technologie utilisant les cellules souches soit une avancée pour la procréation médicalement assistée pour les couples homosexuels?
En matière de procréation médicalement assistée, nous revendiquons la stricte égalité entre personnes hétéros et homosexuelles. Je ne crois pas que le recours aux cellules souches soit actuellement permis pour les couples hétéros, donc cela ne rentre pas dans le débat actuel qui concerne, je le répète, une revendication d’égalité entre tous et toutes.
 
Neila: Je manifesterai dimanche, j'ai sept enfants, a priori aucun n'est homosexuel. Mais s'il s’avérait que l'un d'entre eux le soit, il est évident que je continuerai à le voir et à le recevoir. Cependant je serai contre le fait qu'il se marie et élève des enfants. Notre société n'a plus de repères, et entre liberté tout ce qu'on veut et vivre à "l' ancienne" sans aucune contrainte elle ne sait plus où se situe la juste mesure. Qu'en pensez-vous?
Je crois que si l’un de vos enfants vous annonçait son homosexualité, vous ne souhaiteriez rien d’autre pour lui ou elle, qu’il ou elle puisse disposer des mêmes droits que ses frères et soeurs. A mon sens les fondements de la société sont avant tout des valeurs humanistes: l’amour, le respect de l’autre, la tolérance, la solidarité, etc. Le combat pour l’égalité des droits pour toutes et tous va dans ce sens.

---------------------------

Présentation du chat:

A l'occasion du débat sur le mariage homosexuel et la manifestation contre le projet de loi «Mariage pour tous» prévue ce dimanche à Paris, nous recevons Anne Susset, représentante de «Oui Oui Oui».

Ce collectif a été créé par «différents groupes, associations, organisatrices/teurs de soirées gouines, trans*, pédés, hétéro-te-s et bi-e-s et simples citoyen-ne-s» pour obtenir une complète égalité des droits entre homosexuels et hétérosexuels.

Cédric Garrofé
publicité
publicité
publicité
publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr