Vous avez interviewé Jean-Marie Biette pour son livre «Ayrault, l'inconnu de Matignon»

VOS QUESTIONS Le journaliste a répondu à vos questions...

Cédric Garrofé

— 

G. LABARTHE / 20 MINUTES

Conclusion:
Merci à vous pour toutes ces questions. Le travail de biographe est toujours très compliqué. Pour éviter les écueils de la complaisance ou du lynchage. J’ai tenté en écrivant ce livre de m’attacher aux faits et d’être non pas objectif, c’est impossible, mais le plus honnête intellectuellement possible. Y suis-je arrivé? That’s the question!

Blabla: Ce ministre aura-t-il le assez de cran selon vous de faire certaines réformes?
Si François Hollande lui exige ces réformes, sans aucun doute. Quand il s’agit de sécurité, Ayrault n’hésite pas à se montrer ferme et à fustiger «les gauchistes». Maintenant, s’il s’agit d’allonger la durée du travail ou de changer le régime des retraites, je ne crois pas que ce soit la personne indiquée.

Gerardo : Vous avez l’air de beaucoup l’apprécier… Où est votre objectivité là-dedans?
Votre remarque le ferait beaucoup rire. Les qualités de droiture de l’homme ne me sont pas indifférentes. Ses décisions politiques sont parfois beaucoup plus contestables et je les conteste régulièrement.

Maggie: Pouvez-vous donner un défaut et une qualité de Ayrault?
Comme défaut, perfectionniste jusqu’à en devenir anxiogène voire têtu et susceptible. Bref, quand il prend une décision il vaut mieux être de son côté. Une qualité, la ténacité.

Gwénolé: Vous connaissez Jean-Marc Ayrault par coeur. Mais avez-vous appris quelque chose que vous ignoriez, en préparant cette biographie?
Oui, l’incroyable importance qu’a sa vie familiale et notamment les témoignages très aimants de ses deux filles qui, avec distance et parfois dérision, se jouent toutefois un remake de «Mon père, ce Ayrault».

Gwénolé: Jean-Marc Ayrault a-t-il envie de retrouver son fauteuil de maire de Nantes après son passage à Matignon?
Lui n’en dit rien mais des proches collaborateurs ou des élus le souhaitent très fortement.

Girbalski: L’homme est perfectionniste et respectueux de l'autre. Pas de pommade : je n'appartiens à aucun parti. Qualités amenant la réussite? Pas obligatoirement dans ce contexte brûlant, hélas où Ayrault n'est qu'une courroie de transmission. Qu’en pensez-vous?
C’est vrai qu’on a souvent décrit Matignon comme étant un enfer. Il a pour lui d’être quelqu’un de très endurant. Il a le cuir épais et ne se perd pas dans des états d’âme. De plus, il n’a aucune ambition élyséenne. Il entend faire son travail au service de son pays. C’est sa langue de bois, mais je la crois sincère.

Philippe: Votre livre est remplie de photos, plus étonnantes et épiques les unes que les autres. Où les avez-vous eu? En avez-vous d’autres encore plus mémorables? Quelle est votre préférée?

La très grande majorité des photos provienne de la collection privée de Brigitte Ayrault, son épouse. Pour les encore plus mémorables, c’est à elle qu’il faudrait demander! Ma préférée, c’est celle où il est sur la moto de son grand-père. Celle qui buzze le plus est celle de la guitare dans la chambre rose: «Guitare Ayrault?»

Fanny: Quelles sont ses ambitions?
Réussir l’agenda de deux ans fixé par François Hollande. Inverser la courbe du chômage. Mais des intentions aux résultats, la crise et la conjoncture internationale rendent ce pari assez périlleux. En revanche, il n’a aucune ambition élyséenne contrairement à beaucoup de ses prédécesseurs. Pour le reste, mystère.

Archi: Quelles études a-t-il fait? A quel moment a-t-il décidé de se lancer en politique?
Il a fait une fac de langues avant de devenir professeur d'allemand. D’allemand de l’est, dit-on à Nantes pour moquer sa légendaire austérité. Il s’est lancé en 1976 lorsque le PS cherchait un candidat pour les élections cantonales. Tout le monde lui prédisait Waterloo, ce fût son premier pont d’Arcole.

Vava: Ayrault/ Fillon, quels points communs? Quelles différences?
Christophe Barbier disait qu’il suffisait de tremper Fillon dans de l’eau de javel et on obtenait Ayrault! En fait, ils ont en commun d’être deux hommes de l’ouest où on aime la discrétion et le travail dans la durée. Il me semble toutefois que François Fillon est plus «politique» et ambitieux que ne peut l’être Jean-Marc Ayrault.

HenriBres: Comment voyez-vous Ayrault dans 5 ans? 10 ans?
Il a 62 ans et se dit adepte du renouvellement des générations en politique. Aura-t-il la sagesse de s’appliquer ses préceptes? L’avenir le dira.

Julien: Ayrault a-t-il des ennemis dans le monde de la politique?

Ennemis, non. Faux-amis, oui. Laurent Fabius ne cache pas en privé sa forme de mépris pour ce «petit prof». Arnaud Montebourg a passé ces dix dernières années à tenter de piquer son poste de Président du groupe PS à l’Assemblée nationale. Et je ne parle que des plus connus... Sans oublier Marisol Touraine qui, cet été, a cru bon de lui expliquer son job de premier ministre. Et Malek Boutih lui prédisant une chute en janvier s’il ne changeait pas.

Conifage: Question toute bête mais quel style de premier ministre est-il avec ses ministres? Avec son équipe?
Il aimerait certainement travailler en cohérence comme il aime à le dire à Nantes. Aura-t-il l’autorité suffisante pour éviter les couacs avec les poids lourds de son gouvernement? Rien n’est moins sûr...

Julie: Jean-Marc Ayrault a toujours été réputé comme un pro-tibétain. Il suffit de voir le drapeau du Tibet érigé à la mairie de Nantes. Désormais numéro 1 du gouvernement, il va devoir tracter avec les dirigeants chinois. Qu’en pensez-vous?
Ce sont les délices de la «real politik» une fois qu’on est parvenu au pouvoir les mains dans le cambouis.

Lionel: Comment Ayrault est-il vu à Nantes? Est-il un baron, comme Georges Frêche le fût en son temps, comme on pourrait peut être le penser.
Il a été élu plus jeune conseiller général de France à 26 ans à St Herblain, grande ville de la banlieue nord de Nantes. L’année suivante il était élu maire, toujours à St Herblain. En 1989, François Mitterrand et Pierre Mauroy lui demandent de reconquérir Nantes ce qu’il a fait sans aucun problème. Est-ce un baron? Oui au sens de sa longévité dans le poste. En revanche la comparaison avec Georges Frêche ne me semble pas pertinente. Il en est même le parfait opposé.

Rere34: Pensez-vous que François Hollande prenne le «risque» de laisser Ayrault à son poste pendant toute la durée de son mandat? On a vu comment ce sont terminés les duos Sarkozy/Fillon mais aussi Chirac/Jospin (Défaite de Sarkozy puis de Jospin). Qui verriez-vous pour lui succéder? Moscovici? Sapin? Valls?

Non, François Hollande aime la tactique politique. Il choisira très certainement d’articuler son quinquennat autour de balises évidentes comme les échéances électorales de 2014 ou 2015. Suivant l’évolution de la conjoncture il choisira pour l’une ou l’autre des hypothèses. Ayant déjà fixé un agenda ambitieux de deux ans, on peut penser que 2014 a les faveurs de François Hollande. Pour le remplacer, tout dépendra de la situation politique. Michel Sapin me semble trop proche du profil de Jean-Marc Ayrault. S’il s’agit de dynamiser et recentrer politiquement, Manuel Valls est tout indiqué. Pierre Moscovici aurait plus ses chances en cas de problème monétaire et politique au sein de l’Europe.

Cricridu78: Pouvez-vous nous dire un mot sur la condamnation de Jean-Marc Ayrault en 1997, lui qui était à deux doigts de devenir un ministre de Lionel Jospin? A-t-il été vraiment si touché?
Oui, il dit d’ailleurs que c’est le pire souvenir de sa vie politique. Même si rien d’officiel n’a été dit. Cette condamnation pour délit de favoritisme lui a bloqué les portes du gouvernement Jospin. Il a fallu toute la confiance de François Hollande pour que le début de polémique née avant la nomination à Matignon ne bloque une nouvelle fois Jean-Marc Ayrault.

Eric: Pourquoi Hollande a-t-il choisi Jean-Marc Ayrault ?
François Hollande avait décrit le portrait robot de son futur premier ministre sur France 2 dans Des paroles et des actes. Il voulait un premier ministre proche de lui connaissant bien la vie parlementaire et en qui il ait toute confiance. En filigrane on y voyait le nouveau visage de Jean-Marc Ayrault.

Julrem: Pourquoi le 1er ministre Jean-Marc Ayrault est-il si absent de l'actualité? Ses différents ministres semblent être sur pilote automatique alors que c'est LUI le chef du gouvernement, celui qui donne le tempo, celui qui doit être sur le devant de la scène.
Jean-Marc Ayrault est quelqu’un de discret voire de pudique. Pour lui, la politique c’est du sérieux et non du spectacle. C’est sans doute pour cette raison que son staff de com l’a remit sur le devant de la scène médiatique avec la même émission Des paroles et des actes.

Mani31: Quels rapports existent entre François Hollande et Jean-Marc Ayrault? Comment se sont-ils connus? Pourquoi a-t-il atterri à ce poste? Comment sentez-vous leur relation aujourd’hui?

Ce ne sont pas des amis intimes. Ce sont plutôt des amis de quinze ans, des bancs de l’Assemblée nationale. En 1997, Lionel Jospin les a nommés tous les deux à des postes clés. Hollande à la tête du PS et Ayrault comme Président du groupe PS à l’Assemblée nationale. C’est là qu’ils ont sympathisés et appris à travailler ensemble.

Sylvain: Ayrault, homme du peuple, on y croit vraiment ou pas?
Homme du peuple dans sa jeunesse, oui. Il est issue d’une région agricole et textile, celle des Mauges, du Choletais. Il s’est formé aux jeunesses catholiques rurales. Evidemment, 23 ans à la tête de la ville de Nantes et réélu député sans discontinuer depuis 1984 assurent des revenus confortables. Il s’est sans doute embourgeoisé mais ce n’est pas un homme d’argent.

----------------

Qui est Jean-Marc Ayrault? Bien connu des Nantais, l'homme politique l'est beaucoup moins des Français, qui l'ont découvert le 16 mai dernier lors de sa nomination à Matignon.

Dans Ayrault, l'inconnu de Matignon, le journaliste Jean-Marie Biette retrace les étapes de la carrière de «JMA», de l'élection au conseil général de Loire-Atlantique à sa nomination au poste de Premier ministre en passant par son passage dans sa ville de Nantes.

Quel homme est-il? Quelles sont ses ambitions? Restera-t-il en poste pendant tout le mandat de François Hollande ou n'est-il destiné qu'à être un «fusible», comme bon nombre de ses prédécesseurs?

Jean-Marie Biette sera l'invité de la rédaction de 20 Minutes ce mardi dès 10h. Posez-lui dès maintenant vos questions sur son livre dans les commentaires ci-dessous ou via reporter-mobile@20minutes.fr.

 

Mots-clés :

Aucun mot-clé.