Les pressings lavent plus vert

0 contributions
Publié le 11 juillet 2012.

Adieu le perchloroéthylène. Soupçonné d'être cancérigène, ce solvant n'est désormais plus le bienvenu dans les pressings. Depuis le début du mois, les établissements doivent changer leurs méthodes de nettoyage et utiliser un autre solvant, moins polluant. Dans son magasin Bel et Blanc de la rue de Rémusat, Pierre Althabegoïty vient d'investir dans trois machines à laver utilisant du K4, le remplaçant du « perchlo ». « Si j'ai accepté de changer, c'est d'abord pour la sécurité de mes employés. Ce produit est très volatil et peut être dangereux pour la santé », relève-t-il.

Aides financières
Avant de se lancer dans une acquisition onéreuse, il a bénéficié d'un pré-diagnostic gratuit de la chambre des métiers. « Ça permet de faire un bilan et de renseigner les gérants sur la législation, explique Fabrice Boury-Esnault, conseiller environnement à la chambre. On évalue aussi le coût de la remise aux normes. » Le nouvel arrêté concerne aussi la sécurité anti-incendie et le traitement des résidus de solvant. « J'ai déjà installé un sol étanche et des murs coupe-feu », avance Pierre Althabegoïty. Prix d'une machine plus verte : environ 30 000 €, avec une aide financière incitative de l'agence de l'eau Adour-Garonne de 7 000 €, variable selon les établissements. Celle-ci y voit un intérêt, celui de « limiter l'impact polluant dans la nature de ces produits au maximum », souligne Eric Gouzenes, chef de département au service industrie de l'agence.Mathilde Romagnan

Newsletter
BREAKING NEWS

Recevez nos alertes
info en temps réel

publicité
publicité
publicité
publicité
Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr