- F. Scheiber/20 minutes

C'est le sport de l'entre-deux-tours. Et pour ces législatives, les candidats battus dimanche dernier n'y ont pas dérogé. Le premier à s'être lancé dans la mêlée est Alain Fillola, lundi. Le maire de Balma a indiqué qu'il se désistait dans la 3e circonscription au profit de l'écologiste François Simon, investi par le PS. Son adversaire dimanche, l'UMP Jean-Luc Moudenc, a vu le ralliement des candidates de la droite : la centriste Laurence Massat et la représentante du parti démocrate chrétien, Marie-Claire Danen. Il bénéficie d'un appel au vote des membres de Toulouse Métropole, l'autre groupe d'opposition UMP à la mairie.

Rassemblement vs Hégémonie
Les dissidents d'hier ont pour la plupart mis leur mouchoir sur leur rancœur. Ainsi, dans la 10e circonscription, Gilbert Hébrard, exclu du PS, a appelé ses électeurs « au rassemblement » et cela se traduit par un appel au vote pour Kader Arif (PS), qui bénéficie aussi du soutien de Christian Picquet du Front de gauche. Beaucoup de candidats centristes, à l'instar de Jean-Jacques Bolzan dans la 1re circonscription et d'Eric Gautier dans la 9e, veulent faire obstacle à l'hégémonie de la gauche. Dans cette dernière circonscription, le candidat MRC Thierry Cotelle doit faire savoir ce mercredi s'il soutient, ou non, le socialiste Christophe Borgel.