Des colis alimentaires de l'asso.
Des colis alimentaires de l'asso.

Des jeunes de 18 à 25 ans de plus en plus précaires, laissés en marge de la société. C'est le constat de l'enquête livrée par le Secours Catholique qui a accueilli en 2010 près de 18 000 personnes en Haute-Garonne et Ariège, dont 6,5 % étaient des jeunes de moins de 25 ans. « Le taux de pauvreté des jeunes était en 2009 de 22,5 % contre 13,5 % dans la population globale, explique Alain Cerisola, président du Secours Catholique Haute-Garonne et Ariège. 30 % d'entre eux sont sans aucune ressource, 36 % en logement précaire et plus de 40 % au chômage ».
Antoine, 23 ans, est arrivé à Toulouse il y a deux mois. Il dort chaque nuit sous une tente, avec son chien. Détenteur d'un BEP électrotechnique, il a connu la prison et est rupture avec sa famille. Pour ce jeune précaire, gravement malade, « la priorité, c'est de trouver un emploi pour sortir la tête de l'eau mais quand on est à la rue, c'est difficile de faire les démarches ». Selon le Secours Catholique, les demandes exprimées par les jeunes concernent à 85 % l'alimentaire.