Pris dans la toile en solo

société Une artiste toulousaine a décidé de croquer les célibataires

Julie Rimbert

— 

Sandrine Follere a déjà réalisé une vingtaine de portraits de célibataires.

Sandrine Follere a déjà réalisé une vingtaine de portraits de célibataires. — F. Scheiber / 20 minutes

Ils représentent 55 % de la population toulousaine et pourtant on ne sait pas grand-chose d'eux. La peintre Sandrine Follère a décidé de lever un bout du voile sur le monde des célibataires en croquant une centaine de volontaires, sans critère d'âge. L'objectif de cette initiative, intitulée Wanted : avec ou cent, n'est pas de dresser un profil du célibataire type mais de s'interroger sur ce que signifie le célibat au XXIe siècle. « C'est avant tout un échange avec le modèle qui me raconte ce qu'il attend d'une relation amoureuse, ses efforts pour construire une histoire durable, explique l'artiste. Certains n'ont jamais vécu en couple, d'autres, en particulier les femmes savent exactement ce qu'elles attendent d'une rencontre avec un homme ».

Intérêt sociologique
Les volontaires pourront aussi servir la cause scientifique. Entre deux poses, les modèles sont sollicités pour remplir le questionnaire d'une sociologue. « Comme aucune étude n'existe sur cette population, c'était intéressant de m'allier à la démarche artistique pour apporter des pistes de réflexion sur ce phénomène », note la chercheuse Erwane Monthubert qui espère éditer un livre avec Sandrine Follere.
www.sandrine-follere.com

appel

Cette expérience s'adresse aux célibataires ayant 2 h de temps libre pour prendre la pose. En échange l'artiste offre 2 h de cours d'arts plastiques.

Mots-clés :

Aucun mot-clé.