L'usine a fermé en septembre 2009.
L'usine a fermé en septembre 2009. - f . scheiber / 20 minutes

julie rimbert

Un an de lutte en format 90 minutes. Ce soir, Arte diffuse à 23 h un documentaire retraçant le combat mené par les Molex pour sauver leur usine de la fermeture. Pour tourner Les Molex, des gens debout, le réalisateur José Alcala a accompagné, caméra au poing, les 283 salariés de l'équipementier automobile du 31 décembre 2008 à novembre 2009.

Un film qui « fait mal aux tripes »
« Le film est fidèle à la réalité car il raconte bien notre lutte, tout en montrant le côté humain des salariés, estime Patrick Fregolent, président de l'association Solidarité Molex, qui a vu le documentaire lors d'une projection en avant-première à Villemur en décembre. J'ai été touché par le passage où Guy Pavan, notre délégué CGT, rappelle comment il a appris la fermeture par la direction. C'est un des moments les plus émouvants du film. » Pour Denis Serres, qui a travaillé pendant 28 ans à l'usine Molex, « ce film fait mal aux tripes pour ceux qui ont vécu le combat de l'intérieur. Surtout que la lutte continue car nous ne pouvons pas tourner la page tant que les procédures judiciaires sont en cours ».
En braquant une nouvelle fois les projecteurs sur leur mobilisation, les anciens salariés espèrent faire évoluer les lois sur les licenciements économiques. « Le documentaire montre que la justice ne suffit plus aujourd'hui à contrer les licenciements boursiers, poursuit Patrick Fregolent. Il faut maintenant que les politiques légifèrent pour que cela ne se reproduise plus dans d'autres entreprises ».

procédure

188 anciens salariés de l'usine Molex ont saisi le conseil des prud'hommes pour contester leur licenciement économique. Ils réclament 25 millions d'euros d'indemnités à la multinationale américaine. L'audience devrait se tenir en octobre.