Il se tram beaucoup de projets

Dans une gerbe d'étincelles et un nuage de fumée couleur rouille, les premiers rails de la Ligne E ont été symboliquement soudés hier aux Arènes. Cinquante-trois ans après sa mise au rancard, le tramway fera son grand retour à Toulouse au « deuxième ...

Hélène Ménal - ©2008 20 minutes

— 

Dans une gerbe d'étincelles et un nuage de fumée couleur rouille, les premiers rails de la Ligne E ont été symboliquement soudés hier aux Arènes. Cinquante-trois ans après sa mise au rancard, le tramway fera son grand retour à Toulouse au « deuxième semestre 2010 ». Ensuite, il engendrera des « petits ».

· La ligne pionnière La ligne E reliera Beauzelle aux Arènes, via Blagnac et Purpan. Elle comptera dix-huit stations. Sa vitesse commerciale sera de 20 km/heure grâce à un parcours isolé de la circulation automobile, exception faite des carrefours où les rames auront la priorité sur les voitures. D'après les calculs de Tisséo, la ligne permettra de transporter 30 000 voyageurs par jour, avec des fréquences de passage de 5 à 6 minutes aux heures de pointe et de 10 minutes en heures creuses. En tramway, le centre de Blagnac se retrouvera à 30 minutes du coeur de Toulouse, au lieu de 50 avec le réseau de transports en commun actuel. L'investissement s'élève à 211 millions d'euros.

· D'autres prolongements Du conseil général à la région, en passant par la mairie, le « maillage du territoire par le tramway » a la cote auprès des élus de l'agglomération. A la fin du mois, la synthèse des Assises de la mobilité permettra d'y voir plus clair. Mais un prolongement de la ligne E vers Saint-Orens est d'ores et déjà envisagé. « Plusieurs options sont possibles pour le tracé toulousain. On peut envisager de passer par le pont des Demoiselles, mais aussi par Saint-Agne en doublant la voie ferrée », explique Stéphane Coppey (Verts), le président de Tisséo.

Pour la deuxième ligne de tram, l'élu défend l'hypothèse d'un départ au Pont des Demoiselles pour rejoindre par les boulevards les Ponts-Jumeaux. La ligne bifurquerait ensuite vers « Purpan puis Saint-Martin-du-Touch, Tournefeuille et Plaisance ». L'écologiste veut mener les deux projets à un train d'enfer « et les achever dans les six ans ». A 20 millions d'euros le kilomètre de tram (contre le double pour le métro), il reste tout de même à réunir les financements.

Mots-clés :

Aucun mot-clé.