Malgré une légère amélioration début mars, le niveau de la Garonne reste préoccupant. Pour soutenir l'étiage - niveau annuel le plus bas - du fleuve, l'Etat, le Syndicat mixte d'étude et d'aménagement de la Garonne, EDF et l'Agence de l'eau Adour-Garonne ont signé, hier, une convention pluriannuelle. Ainsi, jusqu'en 2012, EDF fournira, en cas de niveau trop bas, 51 millions de m3 d'eau entre juillet et octobre, contre 40 millions de m3 jusqu'à présent. Ces ressources en eau proviennent des barrages hydroélectriques implantés dans les Pyrénées. Le coût du projet, qui s'élève à 3,1 millions d'euros, sera financé pour 30 % par les consommateurs des 69 communes du corridor de la Garonne. Du coup, leur facture d'eau va augmenter d'environ 2 euros par an. Les irrigants paieront eux 7 euros par hectare irrigué. Cette mesure ne compensant pas la totalité des déficits hydrologiques de la Garonne, Jean-François Carenco, le préfet de région, a évoqué la construction de la retenue de Charlas, d'une capacité de 110 millions de m3. « Je suis autorisé par le gouvernement à poursuivre le débat, indique-t-il. D'ici à six mois, on saura si c'est oui ou non. »

Mots-clés :

  • Aucun mot-clé