• « 80 % des entreprises du numérique ont du mal à recruter », annonce la directrice générale de DigitalPlace.
  • En moins de 24 heures d’existence, DigitalSkills recensait déjà 180 offres et 673 CV postés gratuitement.

Web designer, social media manager, Data analyste, « Jedi back-end developer » (avec ou sans sabre laser, on ne sait pas)… Voilà un tout petit, petit, échantillon des offres d’emploi disponibles àToulouse via le nouveau site DigitalSkills. Cette plateforme communautaire vient d’être lancée par le cluster DigitalPlace qui regroupe les entreprises du secteur numérique de la région. Ses adhérents ont augmenté leurs effectifs de 49 % en cinq ans et le filon n’est pas près de s’épuiser.

Seulement, voilà, trouver le bon candidat vire au casse-tête. « 80 % des entreprises du numérique ont du mal à recruter, explique Amélie Leclercq, la directrice générale de DigitalPlace, alors qu’elles proposent une fois sur deux des CDI, sans pénibilité, et les moyens de mener de très belles carrières ».

Des « petits » paradis

Un eldorado que le site va permettre aux candidats de trouver, peuplé notamment de petites PME créatives, dont les étudiants ou diplômés ne soupçonnent parfois même pas l’existence, préférant jouer des coudes pour charmer les « géants » régionaux du secteur. « Pourtant, ces petites boîtes proposent des contrats en alternance et embauchent bien souvent leurs stagiaires », précise Amélie Leclercq.

DigitalSkills est copiloté par la direction régionale de l’Emploi (Direccte), qui ne s’y trompe pas En moins de 24 heures d’existence, il recensait déjà 180 offres et 673 CV postés gratuitement.