VIDEO. Toulouse: l'Espace grouille de «hand spinners» géants, dites-le à vos enfants

SCIENCE A Toulouse, la Cité de l’espace exploite intelligemment le « hand spinner » – LE phénomène du moment – en rappelant que l’effet gyroscopique est amplement utilisé dans le spatial. Pour la sonde Rosetta par exemple…

Helene Menal

— 

Olivier Sanguy, le journaliste scientifique de la Cité de l'Espace a posté une vidéo pour prendre de la hauteur sur le phénomène.

Olivier Sanguy, le journaliste scientifique de la Cité de l'Espace a posté une vidéo pour prendre de la hauteur sur le phénomène. — Capture d'écran YouTube

  • L’effet gyroscopique des hand spinners est largement utilisé dans le spatial
  • La Cité de l’Espace en a fait une vidéo pédagogique qui élargit l’horizon
  • Les satellites Meteosat sont en fait des hand spinners géants de deux tonnes

Marre de parler dans le vide pendant que votre bambin bloque sur le bout de son doigt où se trouve son hand spinner ou de manquer de produit vaisselle parce qu’il a décidé d’« huiler les roulements » tous les jours ? Elargissez son horizon.

C’est ce que fait la Cité de l’Espace, à Toulouse, en surfant sur le phénomène du moment. Son journaliste scientifique, Olivier Sanguy, vient de poster sur YouTube une vidéo bien pédago qui fera lever le nez aux plus accros.

Parce qu’en fait, le fameux effet gyroscopique, qui permet de stabiliser un objet sur son axe grâce à la rotation, les animateurs de la Cité de l’Espace l’évoquent toute la journée. « Il est utilisé depuis le début de la conquête spatiale pour stabiliser les engins », explique le spécialiste.

Juno mais aussi Rosetta

Pas de tous les appareils spatiaux, tout dépend de la mission, mais de certains. C’est notamment le cas pour les célèbres satellites Meteosat. Ils sont en position géostationnaires et tournent sur eux-mêmes, à 100 tours par minute, grâce à l’effet gyroscopique. « Du coup, ils ne sont pas toujours braqués sur leur objectif mais les caméras sont programmées pour se déclencher au bon moment », souligne Olivier Sanguy.

>> A lire aussi : Le «hand spinner», la toupie qui fait tourner la tête des petits et grands

Bien plus loin dans l’univers, la sonde Juno, actuellement en orbite autour de Jupiter, utilise elle aussi l’effet gyroscopique pour accomplir sa tâche sans être tourneboulée. Même la sonde Rosetta a eu sa période « hand spinner géant ». C’est le système qui a été retenu quand elle était en sommeil pendant son long voyage vers la comète « Tchouri ». Avec ces billes-là, vous allez peut-être regarder le jouet autrement.