A Toulouse, le parquet enquête sur les revenus présumés d'astrologue d'une candidate En Marche

JUSTICE Le procureur de la République de Toulouse a ouvert une enquête sur les eventuels revenus d’astrologue de Corinne Vignon, la candidate LREM sur la 3e circonscription de Haute-Garonne. Elle dément catégoriquement…

Beatrice Colin

— 

Corinne Vignon, candidate la République en Marche dans la 3e circonscription de Haute-Garonne etmaire de Flourens.

Corinne Vignon, candidate la République en Marche dans la 3e circonscription de Haute-Garonne etmaire de Flourens. — B. Colin / 20 Minutes

  • Corinne Vignon, candidate LREM dans la 3e circonscription de Haute-Garonne, est arrivée en tête au premier tour
  • Après saisine de la direction des finances publiques, le parquet a ouvert une enquête pour « travail dissimulé » dans le cadre des prévisions astrales réalisées par Corinne Vignon

A quatre jours du second tour, c’est un gros caillou qui vient de se glisser dans la chaussure de la « marcheuse » Corinne Vignon. Et ça, elle ne l’avait certainement pas prédit. La candidate La République en marche sur la 3e circonscription de la Haute-Garonne est en effet visée par une enquête ouverte par le Procureur de la République pour ses activités d’astrologie.

Activité dissimulée ?

Suite à une saisine de la direction départementale des finances publiques, le responsable du parquet a confié au service régional de police judiciaire (SRPJ) de Toulouse le soin de faire la lumière sur les revenus issus de cette activité pratiquée par la maire de Flourens dans le cadre d’une enquête ouverte pour « travail dissimulé, infraction susceptible d’avoir été commise entre 2012 et 2014 dans le cadre de l’exercice d’une activité dissimulée d’astrologie ».

Selon France 3 Midi-Pyrénées, qui avait révélé la semaine dernière la passion pour les astres de la candidate, ses consultations auraient été facturées 90 euros et payées en chèque. Est-ce que ces activités ont été payées et déclarées à l’époque des faits ?

Une enquête qui risque fort de perturber la fin de campagne de Corinne Vignon, en ballottage favorable à l’issue du premier tour face à la députée sortante, Laurence Arribagé (LR).

Démenti catégorique de Corinne Vignon

Dans un communiqué publié jeudi soir, la candidate LREM a démenti catégoriquement les faits qui lui sont reprochés « Je démontrerai que ces allégations n’ont pour unique but que de détourner les électeurs des vrais sujets de campagne. Je tiens également à exprimer ma surprise de voir une telle procédure judiciaire survenir à moins de 36h de la fin d’une campagne marquée par des attaques personnelles incessantes », relève Corinne Vignon qui se réserve le droit d’attaquer en justice.