Jonathan Bois et Benjamin Serralta, les deux fondateurs de la brasserie La Garonnette.
Jonathan Bois et Benjamin Serralta, les deux fondateurs de la brasserie La Garonnette. - La Garonnette
  • La brasserie La Garonnette a lancé une opération de financement participatif pour récolter de l’argent afin de développer leur activité.
  • Une trentaine de points de vente propose la dizaine de bières locales de la brasserie toulousaine.
  • Les internautes donnant 250 euros auront le droit de boire « une bière par mois… à vie ».

Leurs bières artisanales et locales plaisent tellement qu’ils n’ont plus la place de les stocker dans leur local. Pour développer son activité et s’agrandir, la brasserie toulousaine La Garonnette a lancé une opération de financement participatif. Les donateurs les plus généreux seront récompensés par « une bière par mois… à vie » !

Pour un nouveau local et du matériel

Les internautes peuvent soutenir le projet des deux jeunes fondateurs de cette brasserie locale encore une quinzaine de jours sur la plateforme Miimosa. Depuis le lancement de la campagne de crownfunding mi-avril, ils ont déjà récolté les 9.000 euros minimum nécessaires à l’achat de trois fermenteurs. « Si nous arrivons à réunir plus d’argent, notre objectif est d’en acheter six en tout, détaille Benjamin Serralta, l’un des fondateurs qui a créé cette brasserie en octobre 2015 avec son ami d’enfance Jonathan Bois. Cet investissement va nous permettre de booster notre production, plus rapidement afin de répondre à la demande ».

Car les bières toulousaines plaisent ! Les deux brasseurs mettent un point d’honneur à produire local exclusivement. Ainsi leurs bouteilles viennent d’Albi, le malt de Salvagnac sur Tarn, les étiquettes des bouteilles de la Ville rose. Seul le houblon provient de Cophoudal en Alsace puisque cette matière première n’est pas produite dans la région. Une trentaine de points de vente distribuent la dizaine de variétés de bières proposée par La Garonnette.

Des bières à vie pour un don de 250 euros

Et pour attirer les mécènes, les deux jeunes Toulousains de 27 ans ont de la suite dans les idées. Les donateurs qui verseront la somme de 250 euros seront récompensés de leur soutien par « une bière par mois… à vie ». « Une quinzaine de personnes, dont une partie de nos familles, ont déjà opté pour cette option mais si notre brasserie est toujours là dans quarante ans, cela nous fera rigoler de voir tous les mois ces clients amoureux de nos bières », s’enthousiasme Benjamin Serralta.

>> A lire aussi : Une brasserie bien de son temps à Toulouse

Au total, les deux jeunes Toulousains vont investir 150.000 euros pour trouver un nouveau local, passer leur production de 1.200 à 7.000 litres par mois, acheter une embouteilleuse et une étiqueteuse, et créer une maison brassicole comprenant un bar, une cave, des ateliers de brassages et du matériel à vendre pour les brasseurs amateurs en lieu et place de leur actuel local.

Mots-clés :