Toulouse: Perpétuité et 20 ans pour les deux meurtriers de l’étudiant Jérémy Roze

JUSTICE Deux hommes ont été reconnus coupables du meurtre de l’étudiant toulousain Jérémy Roze à l’issue de leur procès en appel devant les assises du Tarn-et-Garonne…

H. M. et B. C.

— 

Le fronton dune cour d'assises. Illustration

Le fronton dune cour d'assises. Illustration — PHILIPPE HUGUEN AFP

La réclusion à perpétuité pour l’un, 20 ans de prison pour le second. C’est le verdict prononcé ce vendredi soir par les jurés de la cour d’assises du Tarn-et-Garonne contre Hicham Ouakki et Driss Arab, jugés appel pour le meurtre de Jérémy Roze, un sympathique et chaleureux étudiant en pharmacie qu’ils ont tenté de détrousser.

>> A lire aussi : Ils tuent un étudiant pour une cigarette, les deux meurtriers présumés de Jérémy Roze à nouveau jugés

Le drame s’est produit le 27 février 2011 dans le quartier Saint-Michel, non loin du centre-ville de Toulouse. Jérémy Roze rentrait à pied d’une soirée festive avec des amis. Il se trouvait à 200 mètres de chez lui quand il a été mortellement poignardé au thorax. Sa mort avait soulevé une vive émotion dans la Ville rose.

Une famille soulagée

Lors du premier procès, Hicham Ouakki, 25 ans, désigné par ses amis comme l’auteur du coup de couteau, et Driss Arab, 27 ans, avaient écopé de peines identiques. Pour leur deuxième passage dans le box des accusés, ils ont d’ailleurs continué à se renvoyer l’un l’autre la responsabilité de la mort de l’étudiant.

>> A lire aussi : Perpétuité et 20 ans de prison pour les deux meurtriers de Jérémy Roze

Dans son réquisitoire de vendredi matin, Philippe Renzi, l’avocat général, a indiqué n’avoir « ressenti aucune maturation chez les accusés depuis le procès de 2014 ». « Il n’y a chez eux aucune remise en question. On ne peut écarter le risque de récidive », a-t-il souligné.

Le verdict a été accueilli avec soulagement par la famille de Jérémy. « C’est une magnifique nouvelle, a réagi son père, Christian Roze. A nouveau, la justice a sifflé la fin de la récréation. Nous nous sommes battus et nous avons sauvé par anticipation de nombreuses jeunes victimes de ces délinquants qui savent désormais le prix à payer ».