Ebru Firat, lors d'un reportage de France 2 sur les Français partis en Syrie combattre Daech
Ebru Firat, lors d'un reportage de France 2 sur les Français partis en Syrie combattre Daech - France 2 / Capture ecran

Depuis le 8 septembre 2016, elle croupit dans les geôles turques. Ebru Firat, une étudiante toulousaine partie en Syrie combattre Daesh, a été  condamnée le 8 novembre 2016 à cinq ans de prison pour ses liens avec des unités de protection du peuple kurde (YPG), assimilées à une « organisation terroriste » par le président Erdogan.

>> A lire aussi : Toulouse. Partie combattre Daesh et emprisonnée en Turquie, elle écrit à François Hollande

Fin mars, la jeune femme écrivait à François Hollande pour qu’il appuie son transfert en France. Mais c’est un autre soutien qu’elle vient de recevoir. Celui de Jean-Luc Mélenchon lors de son passage dans la Ville rose, dimanche.

Le candidat de La France insoumise a demandé « qu’on nous la rende, qu’elle revienne en France pour qu’on lui remette la Légion d’honneur ».

Il a écorché au passage le président Erdogan qui met en prison les contestataires de son régime et qui vient d’obtenir le renforcement de ses pouvoirs après un référendum contesté.

>> A lire aussi : Présidentielle. Posez une question qui fâche à Jean-Luc Mélenchon

 

Mots-clés :