La famille de Rémi Fraisse, le jeune militant tué par un jet de grenade offensive le 26 octobre 2014 à Sivens, demande qu’une nouvelle juridiction soit saisie. Selon Mediapart, ses avocats ont déposé lundi 27 mars auprès de la Cour de cassation une « requête en renvoi pour cause de suspicion légitime », réclamant le dessaisissement des juges d’instruction toulousains chargés du dossier.

Refus d’actes

D’après le site d’information, la famille a « des doutes » sur l’impartialité des magistrats. Elle constate que, plus de deux ans après le drame, il n’y a aucune mise en examen. Le gendarme qui a lancé la grenade offensive a été placé sous le statut de « témoin assisté ».

>> A lire aussi : Son père dépose deux nouvelles plaintes par crainte d’un non-lieu

Les reproches portent aussi sur la non prise en compte de plusieurs témoignages et sur le refus de nombreuses demandes d’actes présentées par les avocats de la famille.