Toulouse: Sigfox planche sur un collier connecté, pour suivre son chien à la trace

INNOVATION L'entreprise toulousaine spécialiste de l'Internet des objets va mettre son réseau bas débit au service d'un tracker pour animaux...

Beatrice Colin

— 

Un berger australien, illustration.

Un berger australien, illustration. — Jerry Shulman/SUPERSTOCK/SIPA

Dès qu’on laisse la porte ouverte, Médor et Felix ont tendance à prendre la poudre d’escampette. Jusqu’à présent, les propriétaires de chiens et de chats avaient recours à la bonne vieille affichette placardée sur les murs du quartier, dans l’espoir qu’un de leur voisin les aperçoivent. Mais ça, c’était avant.

D’ici à la fin de l’année, ils pourront suivre leurs animaux fugueurs à la trace avec un nouveau tracker arrivé surce marché en plein développement. L’entreprise toulousaine Sigfox, spécialiste de l’Internet des objets grâce à son réseau bas-débit, planche depuis plusieurs mois sur un collier innovant.

Lancé en Italie

Cet « OnTrack Pet » vient d’être lancé en Italie, en partenariat avec une société transalpine, B810.

Il doit être commercialisé d’ici à la fin de l’année en France. « Il est simple d’utilisation et permet de savoir par exemple si votre animal de compagnie sort de la maison ou lorsqu’on le perd de vue au parc, savoir où il se trouve », explique Thomas Nicholls, directeur marketing et communication de Sigfox.

Ultra-léger, ce dispositif émettra de très faibles ondes radios histoire de ne pas rendre les matous et chiens dingos. Le maître pourra définir des zones grâce à une application et dès que son animal en sortira, il sera alerté. Et il pourra suivre alors ses déplacements directement sur son portable.

Expérimentation sans pile

Sans abonnement mensuel, le maître déboursera pour deux ans une somme qui pourrait avoisiner les 50 euros. C'est l'un des avantages de ce tracker comparé aux autres déjà sur le marché, il profite du réseau Sigfox déjà existant.

Si l'objet fonctionnera avec une pile, Sigfox expérimente parallèlement d’autres sources d’énergie pour le faire marcher. Comme celle testée il y a peu sur des chiens partis avec leurs maîtres en Finlande. Leurs colliers connectés ont pu émettre grâce à l’énergie issue de la chaleur du corps des animaux, et envoyer des infos notamment de localisation.

>> A lire aussi : Depuis Toulouse, ils connectent les rhinocéros d'Afrique et lancent un appel pour les sauver

« Demain il y aura des milliards d’objets connectés, nous devons minimiser le nombre de piles car c’est une source de pollution. Pour l’instant, nous n’avons pas pour objectif de commercialiser le collier utilisé en Finlande, mais nous voulons montrer que cette technologie est possible, qu’il est possible de récupérer de l’énergie et s’en servir », indique Thomas Nicholls.

Cette technologie, si elle fonctionne avec les animaux de compagnie, pourra être étendue aux bêtes d’élevage ou sauvages.