Toulouse: Un jeune handicapé en fauteuil assigne la SNCF pour discrimination

SOCIETE Il paie le même prix que les autres passagers et voyage dans des conditions souvent indignes. Kévin, un jeune Toulousain en fauteuil roulant, assigne la SNCF pour discrimination…

Helene Menal

— 

Un usager en fauteuil roulant. Illustration

Un usager en fauteuil roulant. Illustration — V. WARTNER / 20 MINUTES

Quand il ne voyage pas avec les vélos, il se retrouve au milieu du couloir, sans arrêt « enjambé » par les autres voyageurs. Et quand Kévin embarque à Matabiau pour rallier Paris, c’est avec la certitude qu’il ne pourra pas aller aux toilettes pendant minimum 5h40. « Forcément, la porte des toilettes mesure 60 cm alors que mon fauteuil électrique fait 70 cm de large », souligne l’étudiant toulousain de 25 ans.

>> A lire aussi : Discriminations et handicap, un Londonien aveugle équipe son chien guide d'une caméra et diffuse les vidéos sur Twitter

Pour lui, la galère a commencé quand il est parti faire ses études de droit à Montpellier. En rentrant le week-end dans la Ville rose, il a découvert, en plus des toilettes inaccessibles, les boutons d’alerte désactivés et les wagons bars impénétrables. Désormais engagé dans le monde associatif, il voyage davantage et plus loin. « Et à chaque fois, vraiment, j’ai l’impression d’être atteint dans ma dignité », confie-t-il.

Après les lettres et la plainte, il se tourne vers le tribunal

Mais la coupe est pleine. Après avoir écrit plusieurs courriers de mise en demeure à la SNCF (et reçu des réponses types), déposé plainte auprès du procureur de la République de Toulouse pour « discrimination », Kévin et son avocat viennent de saisir le tribunal administratif.

>> A lire aussi : En fauteuil roulant, il dénonce l'accessibilité des bus sur Facebook

« Il n’est pas possible de maltraiter de cette façon les personnes en situation de handicap alors que nous sommes tous des citoyens égaux (…) et sachant que nous payons nos billets au même prix que les autres voyageurs », s’emporte le jeune homme.

S’il reconnaît avoir la chance, de temps en temps, de tomber sur des autorails neufs et aménagés, il est déterminé à aller au bout de ce qu’il considère désormais comme « un combat ».

Les rames aux normes arrivent progressisement

La direction régionale de la SNCF ne souhaite pas faire de commentaires sur le cas précis de Kévin. Elle indique toutefois qu’au plan national un Schéma directeur d’accessibilité a été signé en concertation « avec les associations qui représentent les personnes à mobilité réduite ». Il vise notamment, d’ici 2024, à améliorer l’accès de 160 arrêts ferroviaires, dont Matabiau.

>> A lire aussi : PHOTOS. Des nouveaux TGV ultramodernes pour la ligne Bordeaux - Paris - Toulouse

Concernant le matériel roulant, l’opérateur précise que quatre rames de TGV neuves, « en total respect des normes européennes d’accessibilité », circulent depuis un mois entre Toulouse et Paris. Il y en aura une quarantaine d’ici 2019. Enfin, 25 nouveaux TER Regiolis roulent déjà en Midi-Pyrénées, 26 autres doivent être « injectés » d’ici 2020.