Illustration police nationale
Illustration police nationale - LODI Franck/SIPA

Un Tunisien d'une trentaine d'années a été placé en garde à vue vendredi à Toulouse après avoir menacé avec une arme à feu le consul de Tunisie, a indiqué le parquet, excluant «en l'état» un acte terroriste.

Il devrait y rester jusqu'à dimanche, avant une probable comparution immédiate lundi, d'après le parquet.

L'homme, un Tunisien d'un peu plus d'une trentaine d'années, était reçu dans le bureau du consul de Tunisie quand il a «menacé et séquestré» le diplomate, a indiqué le parquet, confirmant une information d'Europe1.

L'agresseur a été neutralisé suite à l'intervention des services de sécurité du consulat puis placé en garde à vue, a-t-on précisé de même source.La police judiciaire de Toulouse a été saisie d'une enquête pour «séquestration volontaire», «violence avec arme» et «menace sous condition», selon le parquet. «En l'état des éléments», l'acte terroriste est exclu, a-t-il précisé. «Il s'agit plutôt d'une affaire personnelle, sous toute réserve», a-t-on ajouté de même source.

«On a évité de peu la catastrophe »

Le gardé à vue, qui n'est «a priori pas connu des services de police», aurait été reçu par le consul au sujet de sa famille qui réside en Italie, selon le parquet.

Intterogé ce samedi par la radio tunisienne Shems FM, Sami Sik Salem a expliqué que l'individu a sorti un pistolet dès qu'il est entré dans son bureau et «m'a annoncé qu'il me prenait en otage... jusqu'à ce que les autorités tunisiennes et françaises interviennent auprès des autorités italiennes» pour faire venir sa famille actuellement en Italie. Avec l'aide d'un agent qui était sur place, le consul a maîtrisé l'individu .« On lui a maintenu les mains dans l'air et Dieu merci aucun coup de feu n’est parti de l’arme. On a évité de peu la catastrophe », a-t-il expliqué.

Mots-clés :