Illustration d'une personne faisant de l'auto-stop.
Illustration d'une personne faisant de l'auto-stop. - ISOPIX/SIPA

Depuis quelques jours, des pancartes « Rezo Pouce » fleurissent au bord des routes des communes de Frouzins, Lamasquère, Roques et Seysses, au sud de Toulouse. Rien à voir avec une campagne de pub. Ces 43 arrêts disséminés sur le territoire de la communauté de communes d’Axe Sud est destinés à accueillir les adeptes de l’auto-stop. Et les premiers ont été inaugurés ce mardi.

Plus de 2.700 utilisateurs en France

Depuis 2012, il existe déjà des arrêts de ce type du côté de Moissac, en Tarn-et-Garonne, mais aussi dans le Frontonnais ou encore dans certaines communes de l’Essonne. Premier réseau gratuit d’auto-stop organisé et sécurisé, Rezo Pouce a été lancé au départ « pour désenclaver les campagnes » par l’association « Covoiturons sur le pouce ».

On est loin de la plateforme Blablacar qui permet de faire du covoiturage sur des grandes distances moyennant finance. « Nous restons sur du local. L’objectif et de donner la possibilité à ceux qui n’ont pas de moyens de locomotion, mais aussi là où les réseaux de transport en commun sont peu développés, d’effectuer de courts trajets en auto-stop de manière sécurisé. C’est de la solidarité », plaide Myriam Bourne, animatrice de Rezo Pouce qui comptabilise 386 communes adhérentes en France et plus de 2.700 utilisateurs.

Trajets courts

Une fois que les collectivités ont décidé de se lancer dans l’aventure, une communauté d’auto-stoppeurs et de conducteurs se met en place. Chacun s’inscrit sur le site et un kit, avec pancarte de destination et macaron pour mettre sur le pare-brise, leur est fourni. « Il n’y a aucun rapport financier, nous sommes vraiment dans du dépannage, du spontané, sans prise de rendez-vous », poursuit Myriam Bourne.

Et c’est bien ce qui a séduit les élus de la communauté de communes Axe Sud. « Nous cherchions des solutions de mobilité originales car notre territoire est confronté à des bouchons matins et soirs et à un rythme et à un passage des transports en commun peu fréquent. Ce dispositif simple et peu coûteux est fait pour des déplacements courts, notamment pour se rendre au collège ou dans les zones commerciales du territoire », indique Adeline Clerc, la directrice de l’aménagement du territoire et du développement économique de l’intercommunalité.

Et pour rassurer ceux qui auraient l’appréhension d’être convoyé par un inconnu, les auto-stoppeurs peuvent prendre en photo la plaque d’immatriculation du véhicule avant de grimper et l’envoyer par SMS à Rezo Pouce.

Mots-clés :