Toulouse: Grâce à leur vélo 100 % recyclé, ils remettent en selle des précaires

ECONOMIE L’association Cycles-Re fabrique des vélos avec des carcasses de deux-roues vouées à la déchetterie, tout en formant des personnes en voie de réinsertion…

Beatrice Colin

— 

L'association Cycles-Re va créer un atelier d'insertion qui réalisera des bicyclettes à partir des vélos mis au rebut.

L'association Cycles-Re va créer un atelier d'insertion qui réalisera des bicyclettes à partir des vélos mis au rebut. — Kamel Secraoui

Des poignées de vélos confectionnés avec des bouchons de liège et des morceaux de cuir issus de vieux canapés, des cadrans destinés au rebut désossés, sablés, poncés et remis en état : c’est la marque de fabrique de Cycles-Re, une association toulousaine qui transforme les vieilles bicyclettes promises à la casse en véritable deux-roues vintage.

Mais l’objectif de cette jeune structure n’est pas seulement de recycler les vieilles carcasses abandonnées sur les barrières du centre-ville ou des résidences. « A travers la refabrication des vélos, nous faisons le pari de créer d’un parcours qualifiant vers des métiers qui recrutent comme la peinture industrielle, la soudure ou la mécanique vélo », avance Florent Motte l’un des deux fondateurs de l’association.

Atelier d’insertion

Ancien responsable de l’atelier d’insertion de la Glanerie, spécialisée dans la récupération et transformation des déchets, il espère pouvoir rapidement créer une quinzaine d’emplois. Cycles-Re peut en tout cas compter sur le développement de la pratique du vélo dans la Ville rose pour vendre ses deux-roues à des prix oscillant entre 250 et 300 euros, tout étant réinvesti dans l’atelier d’insertion.

>> A lire aussi : Toulouse: Récupérer les meubles abandonnés sur les trottoirs, c'est simple comme une appli

Il compte d’ailleurs sur le retour au made in France pour toucher les pratiquants. « Les gens en ont marre d’acheter tout chinois. Nos vélos participent à l’économie circulaire et solidaire », plaide Florent Motte.

En attendant de décrocher des financements pour accueillir ses premiers employés, l’association a signé un premier partenariat avec Toulouse Métropole. La collectivité lui a déjà commandé quatre vélos et vient de renouveler son offre pour quatre bicyclettes supplémentaires. Elle a aussi des touches avec le Département et le CNES. A terme, Cycles-Re aimerait ouvrir une boutique pour commercialiser ses vélos solidaires et éthiques.