Le djihadiste présumé Farouk Ben Abbes a demandé le RSA et l'a obtenu

ISLAMISME Ce Belge de 31 ans, assigné à résidence à Toulouse et proche de l'islamiste radical Fabien Clain, a obtenu cet été le versement du revenu de solidarité active...

J. R. et H. M.

— 

Farouk Ben Abbes, tel qu'il apparaît sur un document que s'est procuré Paris-Match.

Farouk Ben Abbes, tel qu'il apparaît sur un document que s'est procuré Paris-Match. — Paris Match

C’est un homme extrêmement procédurier… Farouk Ben Abbes, figure du djihadisme belge assignée à résidence à Toulouse, touche à nouveau le RSA après une interruption cet été suite à une condamnation pour ne pas avoir respecté son assignation à résidence entre mars et mai, indique Le Parisien. Une information confirmée à 20 Minutes par le Conseil départemental de la Haute-Garonne.

>> A lire aussi : Qui est Farouk Ben Abbes, un des chaînons de la nébuleuse djihadiste, emprisonné à Toulouse?

Ressortissant de l’Union européenne

Ce proche de Fabien Clain, ce Toulousain qui a revendiqué pour Daesh les attaques terroristes de Paris, bénéficie à nouveau du dispositif de solidarité, après en avoir fait la demande auprès de la Caisse d’allocations familiales de Haute-Garonne. Ce Belge de 31 ans étant ressortissant de l’Union européenne et disposant d’un titre de séjour, le conseil départemental lui a accordé  le RSA, avec effet rétroactif depuis le 1er juillet.

Un député va interpeller le gouvernement

Gérard Bapt, député socialiste de la Haute-Garonne, a réagi à cette nouvelle en estimant qu’elle est « humainement douloureuse pour les familles des citimes d’attentats ». Il compte interpeller le gouvernement sur ce qui lui apparaît « être un dysfonctionnement de notre Etat de droit, qu’il s’agisse de l’efficacité de la lutte antiterroriste ou des troubles qu’il risque de susciter dans l’opinion ».

En mars dernier, Farouk Ben Abbes avait déjà créé la polémique après avoir touché 21.650 euros de l’Etat pour deux mois d’incarcération jugée abusive par la cour d’appel de Paris. Un montant dont sera déduit un trop perçu de 15.000 euros après une procédure de recouvrement de la Chancellerie auprès du Trésor Public.

>> A lire aussi : Quand l’Etat français dédommage une figure de l’islam radical