Toulouse: Des robots s'alignent sur un insolite 110 mètres (mais sans les haies)

INSOLITE Une vraie course de robots est organisée ce mercredi, en public, au centre-ville de Toulouse. Une première du genre…

Helene Menal

— 

Un "flash-mob" de robots, le 31 juillet 2016 en Chine. Illustration

Un "flash-mob" de robots, le 31 juillet 2016 en Chine. Illustration — SIPA

Ils s’échauffent les roulements et passent un dernier coup de chiffon sur leurs capteurs. S’il n’y a pas de forfait de dernière minute, une douzaine de robots feront mercredi à Toulouse la course de leur vie. L’idée de ce «  110 mètres Robots » est née il y a quatre mois à peine dans « l’écosystème numérique toulousain », en marge de la 20e édition de la Mêlée numérique.

Pas de télécommande !

Et de mémoire de « techno », cela ne s’est jamais fait ailleurs. Il a donc fallu créer de toutes pièces les règles de cette discipline « ovni ». La première et la plus importante étant de ne pas recourir à une télécommande.

Pas besoin de sortir le jouet du petit dernier, il ne passera pas le contrôle antidopage. « Tout repose sur la programmation logicielle, sur la capacité du robot à faire cette course en autonomie », précise François de Rochebrune, administrateur de La Mêlée en temps normal, converti ces derniers temps en concepteur de circuit avec « chicane de la mort ». Conçu en aluminium brut et en bois, il a été installé mardi sur les pavés des allées Jules-Guesde, près duQuai des Savoirs.

C’est là que des particuliers fondus de robotique, ou les élèves ingénieurs de l’ENSEEIHT par exemple, aligneront leurs candidats le matin pour les essais libres et l’après-midi pour la compétition. Il y aura trois catégories : les roulants, les piétons et les multipattes.

Chaque robot courra trois manches contre la montre pour obtenir son temps de référence. Il était trop compliqué pour cette première édition de mettre ces onéreux bijoux de technologie en lice en même temps étant donné les risques de collision.

Les vainqueurs gagneront une petite coupe, à remplir de boulons pour fêter la victoire, et l’admiration de leurs concurrents. Les organisateurs espèrent que pour les prochaines éditions de la Toulouse Robot Race des industriels du secteur relèveront le défi.