Des zones de quiétude ont été mises en place dans les Pyrénées pour ne pas déranger les animaux.
Des zones de quiétude ont été mises en place dans les Pyrénées pour ne pas déranger les animaux. - Joël Combes/ PNP

L’hiver, chaussés de leurs raquettes ou de leurs skis,les randonneurs des Pyrénées ont le sentiment de communier avec la nature. Mais les saines motivations de ces amoureux de la montagne ont parfois de fâcheuses conséquences pour la faune locale.

Au détour d’un bois, le bruit va déranger les animaux. « Stressés, ils vont s’enfuir en puisant dans leurs réserves déjà juste suffisantes pour passer l’hiver. Quelques dérangements peuvent suffire à affaiblir les individus jusqu’à leur mort, augmenter leur vulnérabilité aux prédateurs ou, au moins, avoir des conséquences sur la reproduction printanière à venir », relève le Parc national des Pyrénées.

Trois zones ciblées

Pour limiter la casse, le Parc a mis en place des zones de refuge signalées par des panneaux. Ces sites d’hivernage visent particulièrement la population des grands tétras et des lagopèdes alpins
 

>> A lire aussi : Le grand tétras empêche l'extension d'une station de ski en Ariège

Des panneaux ont donc été installés du côté du col du Somport, au cirque de Gavarnie ou dans la réserve de Néouvielle. Pour aider les professionnels de la montagne à éviter au mieux ces zones de refuge, et à les reconnaître, une formation est dispensée par les gardes moniteurs du Parc.

Pour aider les promeneurs lambda, les principales recommandations et réflexes à adopter ont été compilés dans une vidéo par le Parc.

 

Mots-clés :