Latifa Ibn Ziaten, lors d'une intervention dans un établissement scolaire de Haute-Garonne, en 2015.
Latifa Ibn Ziaten, lors d'une intervention dans un établissement scolaire de Haute-Garonne, en 2015. - PASCAL PAVANI / AFP

Jeudi, cela fera quatre ans que son fils Imad est tombé sous les balles de Mohamed Merah. Quatre ans que cette mère courage prend son bâton de pèlerin pour aller prêcher auprès des jeunes les vertus de la vie, du respect, de la République.

Après s’être recueilli sur la tombe de son fils, première victime du tueur au scooter, mardi, Latifa Ibn Ziaten est retourné dans le quartier des Izards, là où le bourreau de son fils a grandi.

Plus tôt dans la matinée, elle s’est rendue dans un collège toulousain pour parler avec les jeunes. « La France m’a accueilli, donné la chance de réussir, tout le monde peut réussir. Il faut que les jeunes apprennent leur identité car souvent ils ne savent pas qui ils sont », rappelle la présidente de l’association « Imad pour la jeunesse et la Paix ».

Ouvrir des maisons « Imad pour la jeunesse » partout en France

Il y a moins d’un mois,Latifa Ibn Ziaten a ouvert à Garges-lès-Gonesse, dans le Val-d’Oise, la première « Maison Imad pour la jeunesse et les parents » dont l’objectif est d’échanger avec les jeunes, leur apprendre à éviter les pièges, notamment ceux qui mènent à la radicalisation. Inlassablement, elle répète aux adolescents qu’elle croise « qu’il faut toujours rester positif, se faire confiance d’abord à soi-même » et espère pouvoir ouvrir des maisons dans toutes les villes de France.

>> A lire aussi : La mère d'une victime de Merah ouvre un centre contre la radicalisation

Et qu’elle soit dans un établissement scolaire du Nord de la France ou de la Ville rose, les réactions sont souvent les mêmes. Encore ce mercredi matin, lors de son passage au collège Maurice-Bécanne.

Je me permet de partager avec vous ce témoignage que j'ai eu lors de mon intervention ce matin 8 mars au collège Maurice bécane à Toulouse.

Posté par Latifa Ibn Ziaten sur mardi 8 mars 2016

« Un jeune m’a dit " Merci madame, je n’écoutais pas ma mère, maintenant je vais le faire ". Une autre m’a expliqué que je lui donnais envie d’apprendre », a rapporté Latifa Ibn Ziaten lors d’une rencontre avec le président du Conseil départemental, Georges Méric (PS).

Un parcours de la laïcité à la rentrée dans les collèges

Le nouveau président du Département a décidé de mettre en place à la rentrée prochaine dans tous les collèges de la Haute-Garonne « le parcours Laïque et Citoyen ».

Ce projet s’adressera aux 30.000 élèves de 3e et 4e sur les temps scolaires et périscolaires sous différentes formes. Il doit permettre de rappeler les différentes valeurs de la République, du vivre ensemble, et sera mis en place à travers des projets proposés par des associations.

Mots-clés :