Un Milan royal.
Un Milan royal. - Patrick Harlé

L’hiver, les Pyrénées, c’est un peu « The place to be » quand on est un Milan Royal. Durant cette période, le massif est en tout cas le premier site d’accueil de l’espèce en France selon la Ligue pour la protection des oiseaux (LPO) Pyrénées-Vivantes.

Mille rapaces de plus que l’an dernier

Lors d’un comptage européen réalisé les 9 et 10 janvier derniers en partenariat avec 16 organisations environnementales, 170 observateurs ont pu dénombrer plus de 5.000 milans royaux dans les différentes vallées des Pyrénées.

>> A lire aussi : Plainte après le braconnage d'un milan royal dans les Hautes-Pyrénées

Une bonne nouvelle pour la biodiversité locale, car ce chiffre est en hausse. L'an passé, ornithologues amateurs et professionnels avaient dénombré mille rapaces de moins.

En provenance d’Autriche et de Suisse

Cette espèce, classée vulnérable par l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), se plaît particulièrement dans le massif car elle y trouve de quoi se nourrir, notamment des micromammifères comme les campagnols.

Et ils sont nombreux à venir de loin pour passer l’hiver dans les Pyrénées. Neuf Milans porteurs d’une balise GPS et douze équipés de marques alaires ont ainsi pu être observés. Ce qui a permis à la LPO de savoir que certains venaient d’Autriche, d’Allemagne, de Suisses ou encore de République Tchèque.

Mots-clés :