Dans la cave du pub Avalon, à Toulouse.
Dans la cave du pub Avalon, à Toulouse. - H. Menal - 20 Minutes

Faut pas descendre à la cave. A moins d’aimer dégommer des zombies vicelards, qui attaquent en meute et, souvent, par-derrière.

Cette expérience, jubilatoire ou angoissante, c’est selon, en tout cas inédite, est le gros plus de l’Avalon, un pub qui ouvrira ses portes ce jeudi à midi, rue Clémence-Isaure (en lieu et place du BarBu).

Unique en Europe

Donc, en dehors d’y boire un coup, et de s’y remplir la panse avec des produits locaux, on peut y vivre une étonnante expérience de réalité virtuelle. Il suffit d’attendre que son badge sonne, de se diriger dans les entrailles de l’établissement et cette immense cave voûtée, de passer un casque avec lunettes intégrées. Et de ne pas oublier son arme. Traqué par huit caméras, vous voilà plongé dans un monde parallèle, sans décalage et sans nausée.

« Nous sommes le premier établissement en Europe à utiliser la technologie VRCade, venue tout droit des Etats-Unis », explique Jérémy, le gérant du pub. Ce diplômé en commerce a imaginé le concept avec sa compagne Cécile et son vieux complice Thomas, qui vient de plaquer son boulot d’informaticien dans une banque.

Les deux garçons, qui se sont connus au collège, ont d’innombrables heures de joystick au compteur, à jouer à Counter-Strike ou Battlefield. En gamers aguerris, ils ont testé plusieurs systèmes de réalité virtuelle.

Les tables basses sont des tablettes géantes

Leur pub fait vraiment antre de geeks. Mais ils visent plus large. « La réalité virtuelle intrigue tout le monde. Pour vivre l’équivalent chez soi, il faudrait plus de 2.000 euros de matériel et de bonnes connaissances en informatique », insiste Thomas. A l’Avalon, c’est sept euros les dix minutes.

>> Lire aussi : On a testé pour vous AdventureRooms, le jeu qui vous laisse une heure pour vous échapper

Et le debrief entre potes peut durer toute la soirée autour des tables basses qui ne sont autres que des tablettes géantes qui fonctionnent vraiment. Le tout sous le haut patronage d’une drôle de sculpture (du Toulousain François Bel) composée de consoles et de manettes quasi préhistoriques. Sinon, c’est un bar comme les autres.

Mots-clés :