L'attaquant du TFC Wissam Ben Yedder lors du match de Ligue 1 contre Nantes, le 6 février 2016 au Stadium de Toulouse.
L'attaquant du TFC Wissam Ben Yedder lors du match de Ligue 1 contre Nantes, le 6 février 2016 au Stadium de Toulouse. - P. Pavani / AFP

Affluences en berne, banderoles et slogans réclamant la démission de Dominique Arribagé lors du dernier match, samedi face à Nantes (0-0)... Les supporters du TFC ne cachent plus leur déception face à la situation de leur équipe, avant-dernière de Ligue 1 à six points du premier non-relégable.

« Je trouve légitime qu’ils revendiquent leur colère, ils ont le droit de la montrer, admet l’entraîneur toulousain. Mais l’équipe a besoin de soutien. » Toulouse jouera deux rencontres capitales face à des concurrents directs pour le maintien, samedi à Montpellier et une semaine plus tard à domicile, contre le Gazélec Ajaccio.

>> Lire aussi : On a cherché dans l’Histoire des raisons de croire au maintien du TFC… et ce n’est pas gagné

« L’an dernier, nous avions eu un gros soutien populaire et nous avions fait de super matchs au Stadium, rappelle Arribagé, nommé en mars 2015 à la tête d’un TFC relégable (déjà), qui avait finalement sauvé sa peau en L1. Il ne faudrait pas qu’on rentre dans une psychose lorsque nous jouons au Stadium, dans une ambiance néfaste qui n’arrangerait personne à l’arrivée. »

« Il reste 13 matchs de dingue à disputer »

Le technicien lance un appel aux amoureux déçus des Violets : « S’ils considèrent qu’on n’est pas bons, qu’eux le soient. » Promis, le temps des critiques viendra à la fin de la saison.

« Il reste 13 matchs de dingue à disputer, on fera un constat au mois de juin, lance Arribagé. Il faut rester en Ligue 1. » Sur ce point au moins, le club et la plupart de ses supporters seront d’accord.

Mots-clés :