Le premier fast-food bio, végan et sans allergène ouvrira à Toulouse en septembre

RESTAURATION Une Toulousaine compte ouvrir en septembre le premier établissement de restauration rapide pour les allergiques, mais pas que…

Beatrice Colin

— 

Illustration d'un panier de légumes

Illustration d'un panier de légumes — A. GELEBART / 20 MINUTES

Quand on a des allergies et intolérances alimentaires, manger sur le pouce en centre-ville est impossible sans risquer de finir aux urgences. Marie Dubois en sait quelque chose.

Cette maman de 32 ans a une famille de polyallergiques et scrute sur les paquets de gâteaux ou de pâtes la liste des 14 produits à bannir des plats qu’elle prépare : des amandes au gluten, en passant par les produits laitiers.

Un emploi pour Lucas, son enfant autiste

Pour répondre à ce manque, Marie a décidé de se lancer dans l’aventure et d’ouvrir son propre établissement de restauration rapide dans le centre-ville à la fois bio, végan et sans allergène.

« Quand on est confronté aux allergies, on est obligé de cuisiner. Je suis aussi végan, donc j’ai juste eu à éliminer la viande et les œufs, pour moi ce n’était pas énorme. La difficulté est de trouver des fournisseurs, car s’il en existe sans gluten, souvent leurs laboratoires de fabrication utilisent des fruits à coque », explique la jeune entrepreneuse qui compte ouvrir son point de vente en centre-ville en septembre. Et on ne « trouvera pas que des salades et des soupes », lance-t-elle avec humour, histoire de ne pas refréner les autres clients potentiels.

Au-delà de ses motivations alimentaires, ce qui a poussé Marie à passer le cap, c’est l’avenir de son fils Lucas. « Il est autiste de haut niveau et va avoir 15 ans, ce qui signifie qu’il arrive à la fin de la scolarisation obligatoire. La cuisine est quelque chose qui le passionne et il pourra être apprenti », relève la jeune entrepreneuse.

Pour voir aboutir son projet « Lucas & Marie sans-gêne », elle a lancé une opération de crowdfunding sur KissKiss BankBank et a été aidée par l’Adie, l’association pour le droit à l’initiative économique.

Cette structure, spécialiste du microcrédit, a financé l’an dernier 890 entreprises dans la région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées et aidé à la création de 1.044 emplois, comme celle de Marie, mise en valeur lors de la semaine du microcrédit, jusqu’à vendredi.