Nicolas Sarkozy (C) salue l'ancien ministre du budget Eric Woerth (G), lors d'un meeting le 9 avril 2015 à Gouvieux dans le nord-est de Paris
Nicolas Sarkozy (C) salue l'ancien ministre du budget Eric Woerth (G), lors d'un meeting le 9 avril 2015 à Gouvieux dans le nord-est de Paris - Kenzo Tribouillard AFP

Il a joint l’acte à la parole. Albert Chennouf-Meyer ne décolère pas et a déposé une plainte ce lundi contre Eric Woerth et Nicolas Sarkozy à la gendarmerie de son village.

Le père d’Abel, l’un des deux militaires tués par Mohamed Merah le 15 mars 2012 à Montauban, ne digère pas les propos polémiques tenus jeudi soir par le député de l’Oise, ancien ministre du Budget, sur le plateau de iTELE où il a affirmé qu’il ne s’agissait pas « d’un attentat » mais du « crime d’un furieux». « Ce n’est pas Daesh, ce n’est pas un réseau international », a-t-il ajouté.

VIDEO. L’affaire Merah, « pas un attentat » : Eric Woerth tente de calmer la polémique

« Falsifier les faits, c’est du révisionnisme. Cette stratégie qui consiste à nier les faits pour nettoyer un bilan catastrophique, c’est abject », s’emporte Albert Chennouf-Meyer.

Excuses publiques demandées

Dans son viseur aussi, l’ancien Président de la République qui en décembre lors d’une interview à Europe1 avait tout simplement omis de parler des attentats perpétrés par Mohamed Merah, indiquant que « de 2002 à 2011, il n’y a pas eu un seul attentat en France », avait expliqué au micro l’ancien Président de la République, zappant une année de son mandat.

« S’ils s’excusent publiquement, je retirerai ma plainte. Tout ce que je veux c’est qu’ils foutent la paix à nos enfants », conclut Albert Chennouf.

Mots-clés :