Guy Novès, le sélectionneur du XV de France, lors d'une conférence de presse à Levallois-Perret, le 19 janvier 2016.
Guy Novès, le sélectionneur du XV de France, lors d'une conférence de presse à Levallois-Perret, le 19 janvier 2016. - D. Faget / AFP

De sa prime jeunesse dans le quartier de Saint-Michel au poste de sélectionneur du XV de France, en passant, bien entendu, par le Stade Toulousain. Le magazine Tampon, en kiosques ce mardi, propose un portrait intime, fouillé et au final passionnant de Guy Novès.

Il y est forcément beaucoup question de rugby, et un peu d’athlétisme, le sport que pratiquait, adolescent, le toujours détenteur du record de France cadet du 1 200 m. Mais l’article révèle aussi que dans son enfance, Novès se rendait plus souvent au Stadium qu’au stade des Ponts-Jumeaux, où ont évolué jusqu’en 1980 les rugbymen Rouge et Noir.

« Il y avait une équipe (du TFC) cohérente à l’époque »

« Je me revois tenant la main de mon père, partir voir le TFC, se souvient le patron du XV de France, dont le papa jouait au foot. On habitait à cinq minutes à pied du Stadium. » Novès (61 ans) en profite pour glisser un bon tacle aux footballeurs toulousains actuels, relégables en Ligue 1. « Il y avait une équipe cohérente à l’époque », glisse-t-il.

« J’aurais pu faire une carrière dans le foot »

« L’époque » en question n’est pas mentionnée exactement, mais on peut la situer au début des années 1960. « J’aurais pu faire une carrière dans le foot, j’étais tout le temps le ballon au pied », ajoute-t-il.

On est donc peut-être passé à côté de duels entre Guy Novès et René Girard, ancien milieu de terrain international et ex-entraîneur de Montpellier et Lille, lui aussi né en 1954. Vu le caractère sanguin des deux hommes, cela aurait été sans doute électrique.

Mots-clés :