Anne-Laure Tollec à la remise des prix au Mémorial de Caen.
Anne-Laure Tollec à la remise des prix au Mémorial de Caen. - Page Facebook du Mémorial de Caen

Les lycéens vendredi, les élèves avocats samedi et les avocats ce dimanche. Pendant trois jours, le Mémorial de Caen, soutenu notamment par Amnesty International et Reporters sans Frontières, organise ses 19es Concours de plaidoiries pour les Droits de l’Homme.

La finale nationale de la première catégorie, qui réunissait 14 lycéens ou équipes de lycéens, a été remportée par une Toulousaine de 17 ans, Anne-Laure Tollec. Cette élève de terminale au lycée Saint-Sernin s’est vue attribuer le prix du Mémorial de Caen pour sa défense des « enfants fantômes ».

Pour la création d’une agence mondiale de l’état civil

Pendant huit minutes, la lycéenne a plaidé devant 1.500 personnes pour la création d’une agence mondiale de l’état civil, sous l’égide de l’ONU, afin de résoudre le problème méconnu des enfants privés d’acte de naissance, et donc d’existence légale. Anne-Laure Tollec a personnalisé sa cause en présentant l’histoire de Moussa, jeune Peuhl, élève de CM2 dans un village malien, qui ne peut se présenter à des examens faute de pièce d’identité.

Récompensée par un jury présidé par le réalisateur et scénariste Christian Carion, la lauréate toulousaine a remporté un voyage de trois jours à New York, avec une visite du siège de l’ONU.

Mots-clés :