La barrière de péage Toulouse Nord
La barrière de péage Toulouse Nord - Frederic Scheiber/20MINUTES

Après une pause en 2015, les péages repartent à la hausse. Il ne s’agit que de quelques centimes d’euros, mais deux fois par jour, quand on prend l’autoroute pour aller travailler à Toulouse, ça peut faire mal au porte-monnaie.

Pour les usagers de Vinci Autoroutes, l’augmentation la plus courante est de 10 centimes d’euros. Elle concerne par exemple :

- Ceux qui arrivent de l’ouest sur l’A68 avec un péage qui passe d’1,40 à 1,50 euros.

- Ceux qui arrivent du sud-est par l’A61: c’est désormais 2 euros tout ronds en provenance de Villefranche-de-Lauragais (ça ne bouge pas en revanche pour ceux qui entrent une bretelle plus près, à Montgiscard), 3,80 euros en venant de Castelnaudary.

- Ceux qui viennent de l’Ariège sur l’A66/A61: 5 euros en provenance de Pamiers.

- Ceux qui viennent du nord: 2,70 euros désormais au péage Toulouse nord-ouest pour les conducteurs qui arrivent de Montauban, 1,30 euro quand on rentre à Eurocentre.

Pas d’augmentation à L’Union ou Muret

Le péage de L’Union, déjà le plus cher de France, et dont le Conseil départemental a souhaité jeudi qu’il soit supprimé, ne bouge pas. Celui de Muret, très polémique aussi, échappe également à l’inflation. Il reste à 1,80 euro.

>> Lire aussi : Le Conseil départemental vote pour la suppression du péage de L’Union, le plus cher de France

Amateurs de ski, sachez que le péage du tunnel du Puymorens n’échappe pas au mouvement. Il prend 10 centimes aussi et passe à 6,70 euros.

Côté place, le trajet Toulouse-Sète prend 60 centimes (à 19,20 euros), Toulouse-Agde 40 centimes (à 16,40 euros).

 

Mots-clés :