Illustrations d'oeufs Kinder .
Illustrations d'oeufs Kinder . - MOILANEN/LEHTIKUVA OY/SIPA/LEHTIKUVA OY/SIPA

La petite fille de trois ans décédée dans la nuit de samedi à dimanche à Toulouse aurait bien avalé une partie d’un jouet Kinder. La procureure de la République de Saint-Gaudens, en Haute-Garonne, l’a confirmé mercredi dans un communiqué, au lendemain d’une autopsie qui a conclu « à un décès suite à une asphyxie mécanique ».

>> A lire aussi : Une enquête ouverte après la mort d’une fillette, étouffée par le jouet d’un oeuf-surprise

Interrogée par la gendarmerie du Fousseret près du domicile de la famille à Saint-Elix-le-Château, la mère de la fillette a indiqué « qu’elle se trouvait dans le salon de son habitation en compagnie de sa fille lorsque celle-ci avait avalé une petite roue en plastique provenant d’un jouet Kinder », poursuit le texte.

Cette petite roue était « désolidarisée du jouet ». « Le grand-père de l’enfant, très vite sur les lieux, réussissait à extraire l’objet », mais l’enfant « dans un état comateux » décédait au cours de la nuit à l’hôpital des enfants de Purpan, à Toulouse, ajoute le communiqué. Une enquête a été ouverte « pour recherches des causes de la mort ».

La société Ferrero, qui commercialise la marque Kinder, n’a pas encore réagi à la précision du parquet. Mardi soir, elle indiquait avoir appris « la triste nouvelle » et promettait de communiquer « tout élément nouveau qui sera porté à sa connaissance » en cas d’implication de Kinder.

Mots-clés :