La galaxie Tayna observée grâce à Hubble et Spitzer.
La galaxie Tayna observée grâce à Hubble et Spitzer. - NASA/ESA/L. Infante

Aux confins de l’Univers, il y a Tayna, « l’aînée » en dialecte Inca. Petite lumière rouge venant d’une source lointaine, cette galaxie a pu être observée grâce à Hubble et Spitzer dans le programme du programme Frontiers Filed. Ce n’est pas la première fois que les deux télescopes spatiaux détectent des amas de galaxies composés de plusieurs milliards d’étoiles.

400 à 500 millions d’années après le Big Bang

Mais celle-ci est bien plus petite que les autres et peut nous en apprendre bien plus sur la formation de notre propre Voie Lactée. Elle permet d’étudier les propriétés de ces objets formés 400 à 500 millions d’années après le Big Bang qui remonte à 13,8 milliards d’années.

« Plus on observe loin, plus la galaxie est jeune et mieux on arrive à comprendre son évolution et par conséquent celle de notre propre galaxie. Elle est représentative des premières galaxies de l’Univers », explique David Bina, doctorant à l’Institut de recherche en Astrophysique et Planétologie de Toulouse (CNRS/Université Paul-Sabatier).

>> A lire aussi : MUSE scrute les confins de l’Univers et débusque de nouvelles galaxies

Il est l’un des co-auteurs de cette découverte internationale dont les résultats ont été publiés dans la revue scientifique The Astrophysical Journal. Pour parvenir à la détecter au milieu de cette immensité, Hubble s’est concentré sur un amas d’autres galaxies déjà connues composées de plusieurs millions de milliards d’étoiles. Ce sont elles qui ont joué un rôle de loupe et permis d’observer cette source loitaine.

« On est aux limites de ce que l’on peut aujourd’hui observer. Il faut maintenant agrandir la profondeur de champs et ce sera possible grâce au télescope James Webb Space qui doit être lancé en 2018 », conclut David Bina.

Mots-clés :