Top 14: Piqué au vif, le Stade Toulousain promet de «respecter» Oyonnax

RUGBY Toulouse reçoit Oyonnax samedi en Top 14. A l’issue de la même affiche, le 21 novembre en Coupe d’Europe, certains, à l’USO, avaient jugé que le Stade avait pris leur équipe de haut…

Nicolas Stival

— 

Le numéro 8 du Stade Toulousain Louis Picamoles tente de résister au pilier d'Oyonnax Antoine Guillamon, le 21 novembre 2015 lors d'un match de Champions Cup.

Le numéro 8 du Stade Toulousain Louis Picamoles tente de résister au pilier d'Oyonnax Antoine Guillamon, le 21 novembre 2015 lors d'un match de Champions Cup. — P. Pavani / AFP

C’est aussi ça, le charme du rugby. Samedi, Toulouse reçoit en Top 14 une équipe d’Oyonnax qui s’est déjà déplacée à Ernest-Wallon deux semaines plus tôt, en Coupe d’Europe. A l’issue de ce match gagné sans briller par le Stade (24-18), le capitaine de l’USO Fabien Cibray, entre autres, avait émis l’hypothèse suivante : « peut-être que Toulouse nous a pris de haut ».

« On a le droit de ne pas être bons en rugby »

Ugo Mola n’a pas du tout apprécié « l’interprétation de notre performance et son association à un manque de respect. » « On a le droit de ne pas être bons en rugby », juge l’entraîneur principal stadiste, qui a trouvé, si besoin était, une source de motivation supplémentaire pour samedi. « Oyonnax est une équipe difficile à manœuvrer, poursuit-il. J’ai beaucoup de respect pour elle, notamment envers les joueurs qui la composent. Je suis certains qu’ils retrouveront leurs valeurs. »

 

Equipe surprise de la saison dernière, l’USO souffre depuis le départ de son mentor Christophe Urios à Castres, et se retrouve lanterne rouge du Top 14 après une nouvelle déconvenue à domicile, contre Brive (9-34).

Des matchs souvent très serrés à Ernest-Wallon

« Les matchs contre Oyonnax sont toujours difficiles, juge toutefois le deuxième ligne argentin Patricio Albacete, de retour après une opération aux épaules. Comment ne pas respecter une équipe qu’on a battue deux fois d’un petit point chez nous la saison dernière (20-19, en phase régulière comme en barrage), et face à laquelle cela a aussi été très dur cette année en Coupe d’Europe ? Nous respectons tout le monde. »

Que les joueurs de l’Ain se « rassurent », le Stade Toulousain, en quête d’un succès dans un haut de tableau resserré, ne les prendra donc pas de haut, comme le promet aussi le jeune trois-quarts Arthur Bonneval. « Quand on lit des trucs comme ça dans la presse, on a envie de faire un grand match et de les respecter, comme ils disent. »