Toulouse: La drôle d'histoire de Jérôme, sans-abri mais pas sans ami

JUSTICE Ce SDF atypique, qui doit comparaître vendredi devant le tribunal correctionnel, a suscité un élan de sympathie chez les habitants de la Daurade qui veulent «l'innocenter»...  

Helene Menal

— 

Jérôme Wyss , sans abri depuis dix ans, doit comparaître vendredi devant le tribunal correctionnel de Toulouse.

Jérôme Wyss , sans abri depuis dix ans, doit comparaître vendredi devant le tribunal correctionnel de Toulouse. — H. Ménal - 20 Minutes

« On ne récolte que ce qu’on sème », avance timidement Jérôme Wyss, 29 ans. Ce SDF venu de Paris, jongleur spécialisé dans les torches enflammées, a pris ses quartiers depuis plusieurs années du côté du quai de la Daurade. Sa vie tient dans deux chariots de supermarché.

Et jamais les habitants du secteur ne l’ont vu boire une goutte d’alcool. Ils ont surtout remarqué sa gentillesse et ses bonnes manières. Louise a par exemple noté qu’il se fait un point d’honneur « à amener ses cinq chiens à la canisette tous les matins ». Bref, il a récolté pas mal de respect avec ses spectacles « bien travaillés ». Il replie même proprement sa tente tous les matins, histoire de ne « pas gêner dans ce lieu touristique ». Ou plutôt, il repliait.

Deux versions et des témoins

Car tout a basculé le mercredi 3 juin. Ce soir-là, les polices municipale et nationale mènent une opération conjointe à la Daurade, pour contrecarrer la consommation illicite d’alcool sur le domaine public. Jérôme est prié de déguerpir. C’est à partir de là que la situation dérape et que les versions divergent. Jérôme le sans-abri se retrouve en garde à vue et fait les gros titres du lendemain : « Un SDF lâche ses chiens, quatre policiers mordus ».

« Même les fois où je me suis accroché avec d’autres marginaux, je n’ai jamais lâché mes chiens sur personne », assure l’intéressé. « Il a obtempéré docilement dans une opération totalement disproportionnée », ajoute Régis Godec (EELV), le conseiller municipal d’opposition, présent au moment des faits. En tout, « six témoins », iront s’exprimer vendredi, lors du procès en correctionnelle, « pour innocenter » Jérôme.

Quatre policiers mordus par des chiens

Son avocate, commise d’office, produira notamment les analyses sanguines qui prouvent qu’il boit encore moins que le Toulousain lambda. Son « comité de soutien » (rien que la formulation l’étonne et le gêne encore) réunit les témoins visuels «choqués par la tournure des événements» et des riverains attachés à ce SDF atypique qui joue aux échecs et emmène régulièrement ses chiens chez le vétérinaire. Un prêtre qui le connaît a même publié une tribune pour le défendre.

Trois policiers ont porté plainte. Le sans-abri est poursuivi pour violence avec arme (les chiens en l’occurrence) sur personne dépositaire de l’autorité publique. Celui qui n’a pas revu ses chiens depuis le 3 juin, et respecte son interdiction de séjour à la Daurade, risque jusqu’à cinq ans de prison.

Mots-clés :