Toulouse: 90 militaires déployés devant les lieux de culte et écoles juives

TERRORISME Une centaine de militaires déployés en renfort à Toulouse...

Beatrice Colin

— 

Des militaires dans le métro toulousain, en 2012, après les assassinats commis par Mohamed Merah

Des militaires dans le métro toulousain, en 2012, après les assassinats commis par Mohamed Merah — F. Lancelot /Sipa

Les militaires prennent la relève. Depuis lundi, près d'une centaine de parachutistes sont affectés à la surveillance permanente des lieux de cultes et des écoles juives. Une mission effectuée par la police sur une dizaine de sites depuis les assassinats perpétrés par Mohamed Merah, en mars 2012.

Des militaires et des CRS en renfort

C'est une déclinaison départementale des mesures annoncées par le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve.

«Il reste encore trois sites surveillés par la police en attendant les renforts militaires. En plus, des patrouilles aléatoires assurent la surveillance d'un certain nombre d'autres lieux et participent à des missions de surveillance en centre-ville. Une compagnie de CRS de 80 personnes a été affectée à Toulouse pour cela et elle pourrait être doublée», a indiqué mardi Lucien Pourailly, le directeur départemental de la sécurité publique de la Haute-Garonne.

Une demande de la communauté juive depuis trois ans

Une annonce qui était attendue depuis longtemps par les représentants de la communauté juive.

«Les parents sont très demandeurs pour être rassurés. Depuis trois ans, il y a eu beaucoup d'efforts de fait, beaucoup de bonnes paroles, mais les actes n'ont pas toujours suivi. Il y avait déjà une surveillance lors des entrées et sorties, elle va être accrue», relève Yossef Itshak Matusof, directeur de l'école primaire juive Gan Rachi.